Bio innovations

Il faut abandonner l’utopie d’une nature asservie par l’humanité

vivant
Moustiques modifiés, transformations du vivant, manipulations génétiques… Les progrès des biotechnologies nous donnent un sentiment de toute-puissance. Et c’est la nature qui en fait les frais. Ne serait-il pas temps de se poser les bonnes questions ?
 
Les menaces sur les écosystèmes et le climat forcent à changer de cap. Dans son dernier rapport intitulé « Biodiversité et santé : nouvelles relations de l’humanité avec le vivant ? », le Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et la santé (CCNE) demande de « repenser notre rapport au monde vivant ». Il s’agit d'en réapprendre le sens des limites, celles de notre « pouvoir » à transformer et posséder le vivant. Alors que la question de la croissance est centrale, les réponses apportées par les diverses parties doivent faire l’objet d’un regard moins dominateur et plus solidaire pour repenser le progrès et améliorer le bien-être dans un monde limité, mais divers. De manière concomitante, le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) publie son avis relatif à l’utilisation de moustiques génétiquement modifiés. Des cadres qui semblent bien fragiles à l’épreuve des logiques économiques…
 
La conscience du danger nous rend-elle sages ? Force est de constater que les « Sages » du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et la santé (CCNE) n’ont jamais été aussi lucides ! Il nous faut « abandonner l’utopie d’une nature asservie par l’humanité » martèle leur dernier rapport consacré à Biodiversité et santé, assumé par onze auteurs des plus divers : l’avocat Jean-Pierre Mignard, le philosophe engagé Abdennour Bidar, le pédiatre Alain Grimfeld… C’est un appel à la responsabilité de chacun pour « éviter de laisser aux générations futures une Terre moins propice à l'humanité qu'elle ne l'est aujourd'hui ».
Affaire de survie véritablement. « 20 % de l’humanité contrôlent, gèrent et consomment 80 % des ressources, alors qu’une partie importante des populations n’a pas accès à la nourriture, à l’eau potable et aux soins ».
Affaire de solidarité obligée aussi qui touche la santé de tous. « La rapidité de disparition de certaines espèces ou la menace pesant sur elles constitue un révélateur des atteintes que nous provoquons en termes de dégradation de l’environnement et leurs conséquences en matière de santé humaine ». 
On assiste à une fragilisation des plus précaires puisque, selon l’OMS, « 80% de la population mondiale dépendent des remèdes traditionnels issus d'espèces sauvages ».

La santé par le souci des autres, humains et non humains

A quoi bon de telles déclarations, me direz vous ! Certes les alertes et tentatives pour changer nos systèmes de production ont été légion depuis les années 80… Qui se souvient notamment de l’initiative de Nicolas Hulot (avec le biologiste moléculaire aujourd’hui décédé, André Adoutte) pour mettre en place un « Comité d’éthique de l’environnement » ? C’était en 1997, il y a 20 ans.
Aujourd’hui le « défenseur de la planète » est aux manettes. Et les reconfigurations politiques et économiques se multiplient, bientôt à marche forcée. Les transitions diverses sont en train de « faire système ». Si elles ont une longueur d’avance dans l’agriculture (voire la poussée de l’agriculture biologique ou de l’agroécologie) et le domaine de l’énergie, elles n’ont pas encore vraiment percolé le monde de la santé. Pourtant, les constats sont dramatiques rappelle le rapport du CCNE : « L’OMS indique que la pollution de l’air provoque à elle seule la mort prématurée de 8 millions de personnes, par an, dans le monde. La moitié de ces décès est liée à la pollution de l’air extérieur, et l’autre moitié, principalement dans les pays pauvres, à la pollution de l’intérieur des habitations par l’usage domestique d’énergies fossiles ».
Le CCNE veut promouvoir une approche écosystémique de la santé, indispensable face à la mondialisation des risques sanitaires. « L’usage inapproprié ou abusif des antibiotiques en santé humaine et animale peut déséquilibrer les écosystèmes bactériens dans l’environnement, à commencer par le microbiote intestinal humain ». Cet usage inapproprié, minorant les capacités évolutives du vivant, conduit à des impasses thérapeutiques redoutables. Afin de surmonter les limites des approches conventionnelles sur les maladies infectieuses, un nouveau concept, dénommé « One Health /Une seule santé», visant à renforcer les liens entre santé humaine, santé animale et gestion de l’environnement, s’est développé. Cette nouvelle approche de la santé, fondée sur une collaboration intersectorielle et interdisciplinaire, est encouragée par le gouvernement français.

LIRE DANS UP' : Révision des lois de bioéthique en 2018 : pas sans les citoyens !

Revisiter nos imaginaires du progrès

Mais le rapport se montre percutant quand il entend réviser la notion de progrès : « La notion de progrès jusqu’ici assimilée à une maîtrise croissante du vivant se doit d’être questionnée. La mise en œuvre du « principe de précaution » ou de la « compensation écologique » fait souvent l’économie d’une réflexion sur la dynamique des processus naturels et l’intérêt à moyen et long terme d’une démarche de coévolution limitant l’altération de ces processus ». 
 
Les rapporteurs insistent : « Le développement de l’humanité ne peut se faire au prix de perturbations mettant en cause les capacités d’adaptation et d’évolution des écosystèmes et des espèces. Il doit privilégier le concept de sa coévolution avec le vivant ». On reconnaît ici la pensée développée par la philosophe Cynthia Fleury notamment dans le livre collectif qu’elle a coordonné avec Anne-Caroline Prévot "Le souci de la nature". Un effort pour dire combien l’expérience de nature (relation et non connexion) peut transformer les politiques publiques.
Il s’agit là de considérer les conditions de vies des organismes dont le potentiel est totalement dépendant de leurs insertions. Bernard Chevassus-au-Louis et Gilles Pipien racontent cela parfaitement : « Si la description de la biodiversité en termes d’entités constitue une approche légitime […], un individu d’une espèce ne peut exister que s’il tisse, dès sa naissance, de multiples relations avec d’autres individus de son espèce ou d’autres espèces, relations qui vont déterminer à la fois son propre devenir et le rôle qu’il va jouer dans le fonctionnement des écosystèmes : la biodiversité, c’est d’abord une affaire de relations ! » (voir Chevassus-au-Louis B. et Pipien G. (2014). La biodiversité, du « grand inventaire » à la « toile du vivant », Humanité et biodiversité n°1, 15-24.

L’irresponsabilité de Trump pousserait-elle au courage ?

A propos du progrès, les auteurs soulignent que les dégâts de notre mode de développement sont aujourd’hui incontestables car « largement documentés ». Ce qui conduit à de graves menaces. « Approximativement 60% (15 sur 24) des services d'origine écosystémique étudiés dans le cadre de cette évaluation (y compris 70% des services de régulation et services culturels) sont en cours de dégradation ou d’exploitation de manière non rationnelle. Les services d’origine écosystémique qui ont été dégradés au cours des 50 dernières années incluent la pêche, l'approvisionnement en eau, le traitement des ordures et la désintoxication, la purification d'eau, la protection contre les risques de catastrophe naturelle, la régulation de la qualité de l'air, du climat régional et local, de l'érosion, la plénitude spirituelle, et le plaisir del’esthétique ».
Pour le CCNE, « l’irrespect des obligations des Etats (chartes mondiales de l’ONU concernant tant l’économie financière ou les échanges commerciaux que la santé et la nature) est préoccupant car ces engagements constituent un préalable à toute considération éthique effective de la biodiversité par l’ensemble de l’humanité ».
 
Les auteurs tiennent aussi à dénoncer les positions erronées assumées par des collègues scientifiques. Ils rappellent que la communauté scientifique peut à la fois être une pépinière de lanceurs d’alerte sur la fragilité du vivant, mais aussi un creuset de conservateurs, véritables « croyants de la science » et donc incapables de réviser leur conception du progrès. En 1992, à la veille du sommet de Rio, plusieurs centaines de scientifiques ont lancé l’appel d’Heidelberg qui dénonçait « l’émergence d’une idéologie irrationnelle qui s’oppose au progrès scientifique et technique » puis abandonnait l’analyse scientifique et toute prospective en poursuivant que « l’humanité a toujours progressé en mettant la nature à son service ».
On apprit par la suite que la compagnie Philip Morris et des industriels de l’amiante avaient cosigné cet appel. Ce type de collusion n’est pas à mettre aux exceptions du passé… La guerre avec les climatosceptiques continue de faire rage puisqu’elle a permis à Trump de sortir de l’accord de la Cop21. Elle ressurgit aussi très régulièrement dès qu’on évoque les OGM. C’est ainsi que l’on a vu en juillet dernier 100 lauréats du prix Nobel signer une pétition de soutien pour le riz doré contre Greenpeace….

Modifier les génomes : les dangers d’une perte de traçabilité et de contrôle

Le champ des biotechnologies est abordé par les auteurs du rapport, conscients que la « chirurgie du génome » que permettent les techniques d’édition comme CRISPR-Cas9 amplifient deux problèmes : l’absence de traces (donc l’incapacité de rendre des compte) et le court-circuit des règles de l’évolution par les techniques de forçage génétique. Quelle responsabilité pourra alors être assumée si l’on ne sait pas qui fait quoi ? Et quels impacts peuvent surgir ?

LIRE DANS UP’ : Dégâts collatéraux : CRISPR provoquerait des mutations génétiques inattendues 

Le CCNE recommande trois vigilances. La première est de faire en sorte que « toute fonction nouvelle greffée soit compatible avec les fonctions existantes de l’organisme, notamment ses capacités reproductives. La seconde est de respecter les équilibres biologiques. La dernière est de tenir compte des expressions hasardeuses des gènes. Trois garde-fous dont on voit mal la traduction concrète… ? Typiquement que fera-t-on face aux propositions de moustiques OGM ?
 
La question tombe à pic alors que le rapport du CCNE est publié le même jour qu’un avis fort attendu du Haut Conseil des biotechnologies (HCB) relatif à l’utilisation de moustiques génétiquement modifiés. La crise récente du Zika a fait resurgir en effet le problème des insectes vecteurs de maladies qui font un million de morts par an dans le monde (paludisme, dengue, fièvre jaune, fièvre du Nil, zika, chikungunya…). « C'est l'animal le plus dangereux pour l'humanité », insiste Pascal Boireau, vice-président du conseil scientifique du HCB. Et les menaces ne concernent plus seulement les DROM-COM mais la France métropolitaine où une nouvelle espèce de moustiques, le moustique tigre, vecteur d’agents pathogènes viraux majeurs, est désormais bien implanté.

LIRE DANS UP' : Zika est juste le premier front de la guerre biologique du XXIè siècle

Comme toujours, l’avis du HCB allie un travail scientifique - établi ici avec le Centre national d’expertise sur les vecteurs (CNEV) - et l’examen des aspects socio-économiques et éthiques fait par le Comité économique, éthique et social du HCB. D’emblée on comprend que les résistances croissantes aux insecticides (il n’en reste plus qu’un autorisé d’ailleurs) placent les autorités en risque d’impuissance.

Le Haut Conseil aux biotechnologies n’exclut pas le recours à des moustiques OGM

La palette des techniques alternatives aux traitements chimiques ne se limite pas à l’intervention génétique notamment développée par la firme Oxitec. Dès les années 50, la stratégie de l’accouplement infertile par lâchers de mâles stérilisés préalablement par irradiation a fait ses preuves sur des mouches parasites des cultures. La France et notamment son Institut de recherche pour le développement (IRD) développe depuis huit ans, à La Réunion, un projet de lâchers de moustiques stériles. Louis-Clément Gouagna, coordinateur du programme TIS-Réunion est optimiste : « La population entend parler de cette recherche depuis six ou sept ans et a compris que cette solution était une manière de préserver l’environnement tout en évitant les incertitudes sur des insectes génétiquement modifiés, que nos règlementations européennes ne sont pas prêtes à autoriser » explique-t-il.
Une autre possibilité est de recourir à une bactérie, appelée la Wolbachia qui stérilise les femelles. Les mâles infestés par celle-ci ne peuvent avoir de descendance viable avec les femelles (infectées ou non). Si bien qu’un lâcher de mâles infectés par cette bactérie a le même effet qu’un lâcher de mâles stériles. Responsable scientifique au HCB, Catherine Golstein, précise que « la spécificité d'action des différentes techniques de lutte basées sur des lâchers de moustiques constitue avant tout un avantage par rapport aux insecticides, puisqu’on obtient une réduction drastique de l'impact environnemental et sanitaire associé. Il nécessitera toutefois de déployer autant d'interventions que d'espèces de moustiques vecteurs ciblés. Le risque de remplacement d'Aedes aegypti par Aedes albopictus est envisageable mais n'a pas été observé sur le terrain. Il pourrait être contré en luttant simultanément contre les deux espèces ».  
 
Ces remarques plaident pour intervenir en combinant les techniques.En tout état de cause, "l'utilisation de moustiques modifiés nécessitera une évaluation extrêmement approfondie et une information du public", ajoute Christine Noiville. Sur ce point, le HCB estime que les impacts environnementaux et sanitaires devraient être évalués préalablement aux lâchers, notamment en termes de modification de niches écologiques ou de remplacement de vecteurs. « Le recours à ces êtres vivants modifiés est (…) loin d'être anodin, juge en effet le comité économique, éthique et social. La perception des populations, les bouleversements des manières de vivre et de penser la relation au milieu vivant… nécessitent d'associer la société civile aux processus de décision et de suivi, en tenant compte des perceptions culturelles propres à chaque territoire », avertit le HCB concernant l'information du public.
Pour Christine Noiville, « les moustiques OGM ne sont pas une solution miracle mais ils peuvent faire partie des solutions. Il reste aussi à qualifier juridiquement le statut des moustiques transinfectés par la bactérie Wolbachia pour savoir dans quelle catégorie – OGM ou non OGM – on les range. La référence au terme d’ « organismes vivants modifiés » utilisé dans le Protocole de Carthagène – en élargissant la définition des OGM - pourra aider à progresser."

LIRE DANS UP' : Un OGM n'est jamais naturel

Enfin, sur le sujet du forçage génétique (ou gene-drive) qui conduit à une héritabilité à 100% du caractère greffé (au lieu de 50%), le rapport propose davantage de recherche. Pas de bannissement donc de cette technique pourtant objet d’une contestation forte des ONG lors de la Conférence des parties du sommet de la biodiversité à Cancun en décembre 2016. Au plan des applications dans la nature, 160 ONG y ont souligné les risques associés à la volonté de destruction et/ou de modification des populations /espèces dites « nuisibles » dans la nature.  Pour rassurer, 32 institutions internationales de recherche ou de financement de la recherche ont publié en mars dernier, des règles de bonnes pratiques concernant les recherches sur le « forçage génétique », y compris l’implication du public dès les étapes de conception de ces recherches.

LIRE DANS UP' : Le forçage génétique pour éliminer les espèces

En tout cas, l’épreuve de vérité sur ces sujets bioéthiques se fait sur le terrain économique.  La Fondation Bill et Melida Gates a investi 75 millions de dollars sur la technique CRISPR-Cas9 afin de mettre rapidement au point des anophèles (moustiques vecteurs du paludisme) génétiquement modifiés pour résister au Plasmodium falciparum, agent du paludisme. Elle a permis de structurer le Consortium Target Malaria hébergé à l’Imperial Collège de Londres avec des équipes partenaires au Burkina Faso, au Mali et en Uganda. « Nous ciblons les gènes de la fertilité pour obtenir un moustique aux capacités reproductives modifiées, explique Austin Burt, le principal responsable du programme Target Malaria. Nous recourons au gene-drive qui permet d’accélérer le processus évolutif des espèces. Nous avons prouvé dans nos laboratoires que nous arrivons à transmettre un gène à 95% de la progéniture ».
Loin des mises en garde éthiques du CCNE ou du HCB, se révèle ici la "Géopolitique du moustique" chère à Erik Orsenna. 
 
 
Pour aller plus loin :
 
- Lire dans UP' : Quand économie rime avec écologie - Entretien avec Martino Nieddu, directeur du laboratoire d’économie et gestion REGARDS à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. 
- Livre "L'économique et le vivant" de René Passet, Professeur émérite de Sciences économiques / Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne).
 

 

Articles en relation
Pasteur, l'expérimentateur

L’exposition « Pasteur, l’expérimentateur », présentée du 12 décembre 2017 au 19 août 2018 au Palais de la découverte, revient sur l’homme et le travail du scientifique ; elle cherche à expliquer le...

Une horloge cachée dans nos muscles

Des chercheurs de l'université de Genève ont découvert que les cellules musculaires abritent une horloge biologique. Elle pourrait jouer un rôle important dans la régulation de notre métabolisme et le...

Revégétaliser nos villes, un devoir citoyen

Plus de la moitié de la population humaine habite aujourd’hui en ville. L’exode rural en cours depuis plus d’un siècle maintenant est loin d’être fini puisque des géographes estiment que d’ici 2050, la...