UP' Magazine L'innovation pour défi

Close
Dans Analyses

La fabrique d'une nouvelle vision du monde

...ou l'éloquence des oiseaux.

Transition, changement, complexité... dans cette période troublée que nous traversons, notre soif de sens, de cohérence, de rassurance nous ramène aux fondements du mythe.

Autour de nous, le monde se transforme de plus en plus visible. Face à cette grande Transition et à l'accroissement de la complexité ambiante, nos inerties, nos zones aveugles et notre peur du changement nous handicapent, freinant notre évolution.

Au dernier congrès de la World Future Society américaine - qui regroupe l'essentiel de la communauté anglo-saxonne de la prospective - une session dédiée au storytelling consacrait l'importance de celui-ci. En 1998, à l'autre bout du monde, le prospectiviste indo-pacifique, Sohail Inayatullah, expliquait déjà le rôle essentiel des narratives dans la construction de la pensée du futur (1). Mais de quoi parle-t-on au juste ?

Storyletting et narratives

Considérons tout d'abord le storytelling comme l'art de raconter des histoires. Des histoires cohérentes, construites, vraisemblables. Un art que l'on sait difficile à maîtriser si on a lu un roman à suspense dont l'intrigue est évidente dès les premières pages ! Le storytelling renvoie donc autant à l'imagination créatrice qu'à la compétence technique pour l'exprimer. Or, ces deux qualités semblent commencer à faire défaut dans un monde occidental où l'accélération du temps vécu précipite la perte des savoirs techniques - notamment la maîtrise du langage soutenu - et où le système éducatif valorise la reproduction des savoirs plutôt que leur création.

Le concept de narratives est un peu plus compliqué. Il ne s'agit pas seulement d'histoires construites, mais porteuses de sens. La narration est en effet l'un des quatre modèles réthoriques identifiés par les Grecs antiques : son objectif est de mettre en évidence un ordre logique et des conséquences claires. Mais plus encore : le narrative - oral ou écrit, peint ou mimé, fictionnel ou réaliste - exprime une vision du monde, une worldview. C'est-à-dire la manière dont nous nous représentons, individuellement et collectivement, l'ordonnancement et la logique des choses.

De l'importance des mythes et des oiseaux...

Le narrative est donc le message éducatif ou moral qui sous-tend un récit. Mythes, contes, paraboles, cosmogonies ont en commun d'être d'abord des narratives. Ce n'est pas la vraisemblance qui les caractérise mais leur capacité à dépasser des contradictions apparentes (thèse, antithèse, synthèse) en faisant apparaître un sens, une structure (Claude Levi-Strauss), intemporels.
Ils contribuent ainsi à fonder un paradigme explicatif du monde et des événements qui s'y déroulent.

Lorsqu'un ordre ancien s'effondre, crispé sur sa préservation à tout prix, un double langage émerge alors, porteur des idées nouvelles, proscrites, sous une forme cachée. La "langue des oiseaux" en fait partie (2). Mais la référence renvoie aussi aux récents travaux de ABE & WATANABE (3) : nous avons considéré pendant des siècles les trilles des oiseaux comme la simple expression musicale d'une espèce dépourvue d'intelligence (une "cervelle d'oiseau"). Pourtant nous sommes aujourd'hui capables de renverser notre point de vue pour comprendre qu'elles peuvent correspondre à un langage complexe. Le mythe originel des oiseaux, messagers des dieux et reflets de l'avenir, peut à nouveau surgir : nous sommes prêts à l'entendre, prêts à comprendre que nous pouvons renaître de nos cendres tel le phénix, que nous devons nous forger des ailes mentales pour plus de fluidité et d'adaptation, ou que nous devons maintenant prendre de la hauteur (macroscaling), privilégier la synthèse sur l'analyse, pour voir enfin la "Big Picture" et agir en conséquence.

... pour changer de paradigme

Car les narratives ont aussi pour but de nous préparer au changement. C'est ainsi que nous substituons peu à peu aux certitudes mathématiques des statistiques et de la prévision des récits porteurs de sens (narratives) qu'il nous faut apprendre à fabriquer (storytelling). Les managers en ont besoin pour résoudre les dilemmes qui surgissent lorsqu'ils affrontent la mondialisation et la gestion des différences. Les DRH en ont besoin pour gérer un corps social qui aspire au bonheur, à des valeurs immatérielles, à un renouveau du sens et un réenchantement de l'avenir. Les marketeurs en ont besoin pour valoriser les marques et leur influence grandissante dans l'économie conceptuelle. Les citoyens en ont besoin pour se retrouver ensemble autour d'une culture commune, plus riche que l'individualisme ambiant. Nos enfants en ont besoin pour comprendre ce nouveau monde qu'il leur faut se préparer à habiter et que nous ne savons pas encore leur expliquer.

(1) Inaatullah Sohail, "Causal layered analysis  poststructuralism as method", Futures, vol. 30, n°8, Oct 1998, pp 815-29
(2) Burger Baudouin, La langue des oiseaux, Saint-Zénon (Canada) : Louise Courteau éditrice, 2010
(3) Abe Kentaro, Watanabe Daj, "Songbirds possess the spontaneous ability to discriminate syntactic rules", Nature Neuroscience, 14, 2011, pp 1067-1074.

Fabienne Goux-Baudiment, Directeur de ProGective, Paris ; Professeur associé à l'université d'Angers (ISTIA) ; Présidente de la Société Française de Prospective.

Avec nos vifs remerciements à la revue RH&M n°54, dans laquelle cet article est paru en Juillet 2014

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
MAGAZINE COMMENTS POWERED BY DISQUS
Loading...
Loading...