Neurosciences appliquées

Face aux neurotechnologies, de nouveaux droits de l’homme s’avèrent nécessaires

neurosciences
Le droit à la liberté cognitive, le droit à la vie privée mentale, le droit à l’intégrité mentale et le droit à la continuité psychologique sont les quatre nouvelles lois proposées par des chercheurs pour se protéger d’un futur qui sera dominé par les neurosciences.
 
De nouveaux droits de l’homme pour se préparer aux progrès de la neurotechnologie qui mettent en danger la liberté de l’esprit ont été proposés dans la revue Life Sciences, Society and Policy. Les auteurs de l’article suggèrent que quatre nouvelles lois pourraient apparaître dans un proche avenir :  le droit à la liberté cognitive, le droit à la vie privée mentale, le droit à l’intégrité mentale et le droit à la continuité psychologique.
 
Marcello Lenca, auteur principal et doctorant à l’Institut d’éthique biomédicale de l’Université de Bâle, précise : « L’esprit est considéré comme le dernier refuge de la liberté personnelle et de l’autodétermination, mais des progrès dans l’ingénierie neurale, l’imagerie cérébrale et la neurotechnologie mettent en danger la liberté de l’esprit. Nos propositions de loi permettraient aux gens de refuser la neurotechnologie coercitive et invasive, de protéger la vie privée des données recueillies par la neurotechnique et de protéger les aspects physiques et psychologiques de l’esprit contre les dommages provoqués par l’utilisation abusive de la neurotechnologie ».
 
Les progrès de la neurotechnologie tels que l’imagerie cérébrale et le développement des interfaces cerveau-ordinateur ont provoqué un éloignement de ces technologies du monde médical pour se rapprocher de plus en plus du domaine de la consommation et du marketing. Bien que ces progrès soient bénéfiques pour les individus et la société, il y a un risque que la technologie puisse être mal utilisée et créer des menaces sans précédent pour la liberté personnelle.
 
Le professeur Roberto Andorno, co-auteur de la recherche, explique : « Par exemple, la technologie de l’imagerie cérébrale a déjà atteint un point où il y a une discussion sur sa légitimité dans un tribunal pénal comme un outil d’évaluation de la responsabilité pénale ou même du risque de récidive. »
 
Déjà, en 2014, le président Obama s’en était inquiété et avait attiré l'attention sur l'impact potentiel des neurosciences sur les droits de l'homme, soulignant la nécessité d'aborder des questions telles que celles : « concernant la vie privée, la responsabilité morale des actions ; celles sur la stigmatisation et la discrimination basées sur des mesures neurologiques de l'intelligence ou d'autres traits ; et des questions sur l'utilisation appropriée des neurosciences dans le système de justice pénale ».

La révolution neurotechnique

Pendant longtemps, les limites du crâne ont généralement été considérées comme la ligne de séparation entre la dimension observable et non observable de l'être humain vivant. En effet, bien que les formes primitives de neurochirurgie utilisées dans les sociétés anciennes ont pu permettre l'observation et même la manipulation du tissu cérébral, les processus neuronaux et mentaux, les émotions sous-jacentes, le raisonnement et le comportement sont restés intouchables. Toutefois, les progrès modernes en neurosciences et neurotechnique ont progressivement permis le déverrouillage du cerveau humain et ont permis de comprendre les processus du cerveau ainsi que leur lien vers des états mentaux et des comportements observables. En 1878, Richard Canton a, le premier, découvert la transmission de signaux électriques à travers le cerveau d'un animal. Quarante-six ans plus tard, la première électroencéphalographie humaine (EEG) a été enregistrée. Depuis lors, une révolution neurotechnique a eu lieu à l'intérieur et à l'extérieur des cliniques. Dans les années 1990, parfois appelée «décennie du cerveau», l'utilisation de techniques d'imagerie pour des études neuro-comportementales a considérablement augmenté.
Aujourd'hui, on observe un large spectre de technologies de neuro-imagerie qui sont devenues diponibles sur le marché. Ainsi, par exemple, l'enregistrement non invasif et l'affichage des modèles d'activité cérébrale (souvent associés à l'accomplissement de tâches physiques ou cognitives) sont devenus une pratique courante.
Une autre technique comme l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMF), permet de mesurer indirectement l'activité électrique du cerveau, c'est-à-dire à utiliser des réponses hémodynamiques (flux sanguin cérébral) comme marqueurs indirects. Les techniques actuelles d'IRMF peuvent localiser l'activité cérébrale, afficher graphiquement les modèles d'activation du cerveau et déterminer leur intensité en codant les couleurs de la force d'activation. Les techniques d'IRMF sont mises en œuvre à diverses fins, y compris l'évaluation des risques pré-chirurgicaux et la cartographie fonctionnelle des zones cérébrales pour observer une récupération post-accident vasculaire cérébral ou post-chirurgical. En outre, un certain nombre d'états neurologiques, y compris la dépression et la maladie d'Alzheimer, peuvent maintenant être diagnostiqués avec l'utilisation de l'IRMF.
 
La capacité des techniques de neuroimagerie à cartographier le fonctionnement du cerveau a été testée efficacement aussi pour avoir une idée des intentions, des points de vue et des attitudes des gens. Les scans cérébraux permettent non seulement de « lire » des intentions et des souvenirs concrets liés à l'expérience. Ils semblent même capables de décoder des préférences plus générales. Une étude américaine a montré que les analyses d'IRMF peuvent être utilisées pour inférer avec succès les opinions politiques des utilisateurs en identifiant les différences fonctionnelles dans les cerveaux des démocrates et des républicains. De même, la préférence fréquente des hommes pour les voitures de sport a été corrélée avec des différences fonctionnelles spécifiques chez les hommes par rapport au cerveau des femmes.

Neuromarketing

La possibilité d'identifier de manière non invasive de tels corrélats mentaux des différences fonctionnelles du cerveau présente un intérêt particulier à des fins de commercialisation. Il y a plus d'une décennie, des chercheurs ont utilisé l'IRMF pour montrer les différences fonctionnelles dans le cerveau des personnes qui consomment du Coca-Cola par opposition aux mêmes personnes qui consomment du Coca non marqué. Leurs résultats ont montré que les stratégies de commercialisation (par exemple le label Coca Cola) peuvent déterminer différentes réponses dans le cerveau des consommateurs. Ces résultats ont été les pionniers de l'établissement d'une branche des neurosciences à l'intersection avec la recherche marketing, le neuromarketing, qui s'est rapidement développé au cours de la dernière décennie.
 
Aujourd'hui, plusieurs sociétés multinationales, y compris Google, Disney, CBS etc., utilisent des services de recherche de neuromarketing pour mesurer les préférences et les impressions des consommateurs sur leurs publicités ou leurs produits. En outre, un certain nombre de sociétés spécialisées en neuromarketing comme EmSense, Neurosence, MindLab International et Nielsen, appliquent systématiquement des techniques de neuroimagerie, principalement de l'IRMF et de l'EEG, mais aussi la topographie de l'état stationnaire (SST) et des mesures pour étudier, analyser et prévoir le comportement des consommateurs. Cette possibilité d'extraction de l'esprit (ou au moins des aspects structurels de l'esprit au niveau de l'information) peut être potentiellement utilisée non seulement pour inférer les préférences mentales, mais aussi pour créer, imprimer ou déclencher ces préférences.

Neurotechnologie omniprésente

Les techniques d'imagerie cérébrale ont d'abord été développées et sont encore largement mises en œuvre dans le cadre de la recherche en médecine clinique et en neuroscience. Au cours des dernières années, cependant, un certain nombre d'applications de neurotechnique ont fait leur chemin sur le marché et sont maintenant intégrées dans un certain nombre de dispositifs de qualité grand public pour les utilisateurs en bonne santé avec divers objectifs non cliniques. Le terme générique habituellement utilisé pour englober toutes ces neurotechnologies non invasives, évolutives et potentiellement omniprésentes est la «neurotechnologie omniprésente» (Fernandez, Sriraman, Gurevitz et Ouiller 2015 ), une notion empruntée à la notion la plus répandue d'informatique omniprésente. Aujourd'hui, les applications de neurotechnique omniprésente incluent les interfaces cerveau-ordinateur (BCI) pour le contrôle des machines, le neuromonitoring en temps réel ou les systèmes d'opérateurs de véhicules à base de neurosensor.

Neurogadgets

La possibilité d'un contrôle non invasif du cerveau a attiré l'attention de l'industrie de la communication mobile. Plusieurs sociétés de premier plan, dont Apple et Samsung, incorporent des neurogadgets dans les accessoires de leurs principaux produits. Par exemple, les accessoires iPhone tels que les écouteurs XWave permettent déjà de brancher directement des iPhones compatibles et de lire des ondes cérébrales. Pendant ce temps, les prototypes de la nouvelle génération de Samsung Galaxy Tabs et d'autres appareils mobiles ou portables ont été testés pour être contrôlés par une activité cérébrale via BCI à base d'EEG. À la lumière de ces tendances, les chercheurs prédisent que les neuroproduits vont progressivement remplacer le clavier, l'écran tactile.
 
Non seulement les dispositifs de neuroimagerie et les BCI s'insèrent dans la catégorie des neurotechniques omniprésentes, mais plusieurs stimulateurs électriques du cerveau s'intègrent également dans cette catégorie. Contrairement aux outils de neuroimagerie, les neurostimulateurs ne sont pas principalement utilisés pour enregistrer ou décoder l'activité cérébrale, mais plutôt pour stimuler ou moduler l'activité cérébrale électriquement. Les dispositifs portables, faciles à utiliser, de stimulation du courant continu transcrânien basés sur le consommateur (TDCS) sont la forme la plus répandue de neurostimulateur de qualité grand public. Ils sont utilisés dans un certain nombre d'applications low-cost direct-to-consumer visant à optimiser la performance du cerveau sur une variété de tâches cognitives, selon la région du cerveau qui est stimulée.
 
En réumé, si au cours des dernières décennies, la neurotechnologie a débloqué le cerveau humain et l'a rendu lisible pour les scientifiques, les décennies à venir verront la neurotechnologie devenir omniprésente et intégrée dans de nombreux aspects de notre vie et de plus en plus efficace dans la modulation des corrélations neuronales de notre psychologie et comportement.
 
Tout en défendant les progrès continus dans le développement de la neurotechnique, les auteurs de l’article soutiennent que les implications éthiques et juridiques de la révolution neurotechnique devraient être envisagées rapidement et de manière proactive. Les auteurs appellent à ce que « le système juridique soit suffisamment préparé pour relever les nouveaux défis qui pourraient découler de la neurotechnique émergente, en particulier dans le contexte des droits de l'homme ».

Neurosciences et droits de l'homme

Bien que la neurotechnologie ait le potentiel d'influer sur les droits de l'homme tels que la vie privée, la liberté de pensée, le droit à l'intégrité mentale, l'absence de discrimination, le droit à un procès équitable ou le principe de l'auto-incrimination, le droit international des droits de l'homme ne fait aucune référence explicite aux neurosciences. Contrairement à d'autres développements biomédicaux, qui ont déjà fait l'objet d'efforts normatifs au niveau national et international, la neurotechnique demeure en grande partie une terra incognita pour les droits de l'homme. Néanmoins, les implications soulevées par la neuroscience et la neurotechnique pour les caractéristiques inhérentes des êtres humains, exigent une réponse rapide et adaptative des droits de l'homme.
 
La capacité d'adaptation des législations associées aux droits de l'homme a déjà permis de répondre aux défis posés par la technologie génétique. Ce précédent peut aider à anticiper la façon dont cette branche du droit pourrait évoluer au cours des prochaines années en réponse aux nouvelles questions soulevées par les neurosciences. En effet, depuis la fin des années 1990, la communauté internationale a déployé des efforts considérables pour résoudre une grande variété de problèmes découlant de l'accès croissant aux données génétiques humaines. En 1997, la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'homme (UDHGHR) a été adoptée pour empêcher que l'information génétique soit recueillie et utilisée de manière incompatible avec le respect des droits de l'homme et pour protéger le génome humain contre les manipulations inappropriées pouvant nuire aux générations futures.
 
Les principes contenus dans cet arsenal législatif ont été développés en 2003 par la Déclaration internationale sur les données génétiques humaines (IDHGD) qui définit des règles plus spécifiques pour la collecte d'échantillons biologiques humains et de données génétiques. Il est intéressant de noter que l'interaction entre la génétique et les droits de l'homme a abouti à des droits entièrement nouveaux, comme le «  droit de ne pas connaître son information génétique », reconnu formellement par l'UDHGHR (article 5 c)) et l'IDHGD (Article 10), ainsi que par d'autres règlements internationaux et nationaux. En plus de la reconnaissance de nouveaux droits, les « anciens » droits - tels que le droit à la vie privée et le droit à la discrimination - étaient spécifiquement adaptés aux nouveaux défis posés par la génétique. Ce lien étroit entre les sciences de la vie et les droits de l'homme a été renforcé par la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l'homme de 2005, qui aborde globalement le lien entre les deux domaines. Ce dernier document expose des principes qui s'appliquent non seulement à la génétique, mais à d'autres problèmes biomédicaux et de sciences de la vie.
 
Dans leur article, les auteurs affirment que, à l’instar de la trajectoire historique de la «révolution génétique», la «neuro-révolution» en cours remodelera certaines de nos notions éthiques et juridiques. En particulier, ils soutiennent que la sensibilité croissante et la disponibilité des neuroprotections nécessiteront, dans les années à venir, l'émergence de nouveaux droits ou au moins le développement des droits traditionnels pour relever spécifiquement les défis posés par les neurosciences et les neurotechniques.
 
Les auteurs de l’article s’efforcent de démontrer que « la volonté individuelle d'exercer un contrôle sur sa propre dimension neuro-cognitive ainsi que l'émergence de menaces potentielles pour les biens humains de base ou les intérêts posés par une mauvaise utilisation ou une application inadéquate des dispositifs neurotechniques peuvent nécessiter une reconceptualisation de certains droits de l'homme traditionnels ou même la création de nouveaux droits spécifiques aux neuro-spécifiques ».
 
Les nouveaux droits préconisés dans cet article - le droit à la liberté cognitive, le droit à la vie privée mentale, le droit à l'intégrité mentale et le droit à la continuité psychologique - répondent à ces exigences.
Les auteurs s’inscrivent dans la démarche du sociologue et bioéthicien américain Paul Root Wolpe qui a suggéré d’établir une ligne rouge autour de l'utilisation des technologies de lecture mentale : « Le crâne devrait être désigné comme un domaine d'intimité absolue. Personne ne devrait pouvoir saper l'esprit d'un individu contre sa volonté. Nous ne devrions pas l'autoriser même avec une ordonnance du tribunal. Nous ne devrions pas le permettre pour la sécurité militaire ou nationale. Nous devrions renoncer à l'utilisation de la technologie dans des circonstances coercitives, même si l'utilisation peut servir le bien public ».
 
Le volume et la variété des applications neurotechniques augmentent rapidement à l'intérieur et à l'extérieur du cadre clinique et de celui de la recherche. La répartition omniprésente des applications neurologiques moins chères, évolutives et faciles à utiliser a le potentiel d'ouvrir des opportunités sans précédent à l'interface cerveau-machine et de faire que la neurotechnologie soit intrinsèquement intégrée dans notre vie quotidienne. Le terrain normatif devrait donc être préparé de manière urgente pour empêcher une mauvaise utilisation ou des conséquences négatives involontaires. En outre, compte- tenu du caractère fondamental de la dimension neurocognitive, les auteurs appellent à ce que cette réponse normative ne soit pas concentrée exclusivement sur le droit de la responsabilité délictuelle mais aussi sur les problèmes fondamentaux au niveau des droits de l'homme. Cela nécessitera soit une reconceptualisation des droits de l'homme existants, soit même la création de nouveaux droits spécifiques aux neurosciences.
 
A cet égard, il faut insister sur les risques collatéraux émergents comme le piratage malveillant du cerveau. Marcello Lenca alerte : « La science-fiction peut nous apprendre beaucoup sur la menace potentielle de cette technologie. La neurologie présentée dans certains romans célèbres est déjà une réalité tandis que d’autres technologies sont plus proches ou existent en tant que prototypes militaires et commerciaux ».
 
 
Source : Life Sciences, Society and Policy
 

 

Articles en relation