Climat & Ressources

ONU : 3°C de réchauffement climatique va noyer certaines des plus grandes villes du monde

villes innondées
La COP23 qui vient de s’achever laisse un goût amer. Les États ne sont pas parvenus à accélérer le rythme de leurs engagements. Une triste impression d’impuissance, alors que les rapports alarmants s’accumulent sur l’état du climat. Le dernier en date, publié par l’ONU alerte : si nous atteignons la barre des 3° C de réchauffement, de nombreuses grandes villes du monde seront noyées sous la mer.
 
L’ONU lance un avertissement : des centaines de millions de citadins dans le monde entier feront face à l'inondation de leurs villes par la montée des eaux de mer si le réchauffement planétaire atteignait les 3° C, ce qui, compte tenu de l’état actuel des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, est hautement probable. Des quartiers entiers seront engloutis, des millions de gens poussés à l’exode ou noyés. Ce scénario catastrophe a été vérifié par un groupe de scientifiques de Climate Central qui ont analysé avec l’aide d’équipes de journalistes du Guardian différentes hypothèses. Dans tous les cas, si le réchauffement atteignait 3°, le niveau de la mer augmenterait de deux mètres environ, ce qui anéantirait des zones urbanisées partout dans le monde. Les villes de Shanghai à Alexandrie et Rio à Osaka seront parmi les plus touchées. Miami serait inondé - tout comme le tiers inférieur de l'état américain de Floride.
 
Cette triste perspective, tout le monde la connaît ou en est conscient. Mais force est de constater que les efforts locaux pour se préparer à ce scénario, tout comme les efforts internationaux pour que cela ne se produise, sont très inégaux. Dans six des régions côtières les plus susceptibles d'être touchées, les planificateurs gouvernementaux ne font que lentement face à l'énormité de la tâche qui les attend - et, dans certains cas, ne font rien.
 
Selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement, la dynamique de changement est actuellement trop lente. Dans son rapport annuel sur les écarts d'émissions, publié pendant la COP23, l'organisme international a déclaré que les engagements du gouvernement ne représentaient qu'un tiers de ce dont il avait besoin. Les acteurs non étatiques tels que les villes, les entreprises et les citoyens ne peuvent que partiellement combler ce vide, ce qui laisse le réchauffement sur la voie des 3°C ou au-delà d'ici la fin du siècle, selon le rapport.
Le chef de l'environnement des Nations unies, Erik Solheim, a déclaré que les progrès réalisés au cours de l'année écoulée depuis l'entrée en vigueur de l'accord de Paris ont été insuffisants. « Nous nous trouvons toujours dans une situation où nous ne faisons pas assez pour sauver des centaines de millions de personnes d'un avenir misérable ", a-t-il déclaré. Et il y a urgence. La semaine dernière encore, l'Organisation météorologique mondiale a annoncé que les concentrations de dioxyde de carbone dans l'atmosphère ont augmenté l'an dernier à une vitesse record pour atteindre 403,3 parties par million - un niveau jamais atteint depuis l'ère du Pliocène, il y a trois à cinq millions d'années.
 
Une élévation de 3°C entraînerait des périodes de sécheresse plus longues, des ouragans plus violents et une élévation du niveau de la mer qui entraînerait la redéfinition de nombreuses côtes. Selon la vitesse à laquelle les calottes glaciaires et les glaciers fondent, cela pourrait prendre quelques décennies à peine. Colin Summerhayes, du Scott Polar Research Institute de Cambridge, a déclaré au Guardian que le réchauffement de trois degrés ferait fondre la glace polaire et glaciaire beaucoup plus intensément et plus rapidement qu'on ne s'y attendait, ce qui pourrait faire monter le niveau de la mer de deux mètres d'ici 2100.
 
Au moins 275 millions de citadins vivent dans des zones vulnérables, la majorité d'entre eux dans des mégapoles côtières asiatiques et des centres industriels comme Shanghai, Shenzhen, Bangkok et Tokyo.
Osaka, la deuxième plus grande ville du Japon, devrait perdre ses quartiers d'affaires et de divertissement d'Umeda et de Namba, à moins que les émissions mondiales ne soient réduites ou que des mesures de protection contre les inondations ne soient mises en place. Les fonctionnaires acceptent à contrecœur qu'ils doivent maintenant consacrer plus d'efforts à ces derniers.
 
« Dans le passé, notre réponse était axée sur la réduction des causes du réchauffement de la planète, mais étant donné que le changement climatique est inévitable, selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), nous discutons maintenant de la manière de réagir aux catastrophes naturelles qui suivront », a déclaré Toshikazu Nakaaki, du Bureau de l'environnement du gouvernement municipal d'Osaka.
 
À Miami - qui serait presque entièrement en dessous du niveau de la mer, même avec un réchauffement de 2°C - le sentiment d'urgence est évident à l'hôtel de ville, où les commissaires demandent aux électeurs d'approuver une obligation "Miami Forever" dans le bulletin de vote de novembre qui comprend 192 millions de dollars pour la modernisation des stations de pompage, l'extension des systèmes de drainage, l'élévation des routes et la construction de digues.
 
Ailleurs, il y a moins d'argent pour l'adaptation et le sentiment d'urgence est plus faible. À Rio de Janeiro, une montée de 3°C inonderait des plages célèbres comme Copacabana, l'aéroport domestique du front de mer, et de nombreux sites pour les Jeux Olympiques de l'année dernière. Mais la ville à court d'argent a été lente à se préparer. Un rapport établi pour la présidence brésilienne a constaté « des situations dans lesquelles les changements climatiques ne sont pas pris en compte dans le cadre de la planification ».
 
En Égypte, une élévation du niveau de la mer de seulement 50 centimètres devrait entraîner l'immersion des plages d'Alexandrie et déplacer 8 millions de personnes dans le delta du Nil si des mesures de protection ne sont pas prises, selon le GIEC. Mais les activistes locaux disent que les autorités y voient un problème lointain. « En ce qui me concerne, cette question ne figure pas sur la liste des priorités du gouvernement », a déclaré Ahmed Hassan, de l'Initiative Save Alexandria, un groupe qui travaille à sensibiliser la population aux effets du changement climatique sur la ville.
 
« Nous sommes conscients que les changements climatiques se produisent, et peut-être plus rapidement que prévu. Alors, nous essayons d'atténuer les changements climatiques et de nous y adapter pour protéger les gens et les biens. Nous ne pouvons pas l'arrêter, mais nous pouvons réduire le risque », a déclaré Alison Baptiste, directrice de la stratégie et des investissements à l'Agence de l'environnement du Royaume-Uni. Elle ajoute que les mesures en place devraient protéger la plupart des collectivités à court et à moyen terme, mais dans 50 ans, la situation deviendra plus difficile. « Si les projections sur le changement climatique sont exactes, nous allons devoir prendre des décisions difficiles ».
 
 
Source : The Guardian
 

 

Articles en relation
Revégétaliser nos villes, un devoir citoyen

Plus de la moitié de la population humaine habite aujourd’hui en ville. L’exode rural en cours depuis plus d’un siècle maintenant est loin d’être fini puisque des géographes estiment que d’ici 2050, la...