Sécurité alimentaire et agrostratégies

Webedia dévoile les enseignements de son étude sur la thématique Food Tech

foodtech
L’attrait naturel des Français pour l’univers culinaire et les avancées digitales et technologiques offrent un terrain de jeu inédit et passionnant aux startups et industriels qui révolutionnent les attitudes de consommation.
Aux côtés des objets connectés, de l’intelligence artificielle et de la biotechnologie, s’organise une révolution « Food Tech » respectueuse des saveurs, du bien manger, loin des anticipations futuristes imaginées dans la littérature, et qui développent désintermédiation, logistique de production et de livraison en local, recyclage et consommation responsables. C’est ce que révèle la dernière étude sur la thématique Foodtech réalisée par Webedia.
 
Le groupe Webedia révèle aujourd’hui les résultats de son étude « Food : quand la Tech s’en mêle ». Il s’agit d’une analyse des nouvelles tendances de consommation des marques et services dans l’univers culinaire, basée notamment sur des méthodologies sémantiques et sociales innovantes comme celles de Sémantiweb qui met à disposition des marques et des annonceurs une technologie de structuration sémantique et de décodage marketing des contenus consommateurs. Ses solutions, basées sur des algorithmes sémantiques uniques, permet à ses clients de mieux comprendre les usages et les attentes des consommateurs. Les annonceurs sont ainsi capables d’enrichir leur stratégie marketing et digitale avec des contenus nouveaux, en adéquation avec les attentes des consommateurs.
Ces offres s’articulent autour de trois briques : l’e-listening, ou audit conversationnel, permettant d’écouter et de décoder ce que disent les consommateurs sur le Web, Insight Track, une suite logicielle basée sur une interface de suivi de conversations sur les médias sociaux, et du conseil en data expertise et consumer content.
Ou encore NukeSuite, autre technologie d’écoute du web, solution SaaS (« software as a service ») qui permet aux marques de gérer l’ensemble de leurs présences sociales : gestion des processus de publication, planification, gestion des interactions avec les utilisateurs, analyse des performances, mise en place d’applications interactives. 
 
Comme le définit parfaitement foodtech-mag, le secteur de la Food Tech englobe des services de gestion, de logique et d’optimisation visant à améliorer un process prédéfini : ce sont des outils informatisés qui visent à organiser et donc à numériser l’activité d’un restaurant ou d’une enseigne ainsi qu’à être plus respectueux de l’environnement en contrôlant mieux l’apport des denrées alimentaires dans l’assiette du consommateur. Les startup dédiées à la Food Tech se multiplient sur un marché en plein essor : une offre qui correspond à une demande bel et bien réelle depuis quelques années.
Le concept de la « révolution » Food Tech concerne tous les secteurs qui touchent, de près ou de loin, à notre alimentation : le retail, la livraison, les ingrédients, les ustensiles… mais aussi les médias.
Fort de son savoir-faire d’éditeur de contenus et de technologies (web listening avec Sémantiweb, gestion sociale avec NukeSuite), le groupe Webedia propose aujourd’hui de partager son analyse des tendances, communautés et conversations autour de cette thématique, complétée par une étude quantitative réalisée avec SSI.

Food révolution : toutes les étapes du parcours food des consommateurs sont « hackées »

Disons-le tout net : les internautes ne parlent pas de la Food Tech ! Enfin… pas en ces termes, réservés au microcosme marketing.
En revanche, ils parlent déjà beaucoup des solutions Food Tech qui sont entrées dans leurs vies. Vidéos food, chefs digitaux, livraison à domicile remportent déjà l’adhésion. Tout comme les robots cuisiniers : « Le cooking chef, c'est mon second au quotidien... Je l'aime d'amour mon robot. » (source Sémantiweb).
 
 
Ces volumes de conversations et leur tonalité préfigurent les offres Food Tech qui devraient décoller demain. Et les propositions ne manquent pas…
 
Des exemples comme ceux du four connecté June et d’Arcade (service de livraison de repas proposant un plat unique chaque jour, à New York) sont emblématiques : les offres Food Tech proposent de s‘attaquer aux points de friction du consommateur dans son parcours food : perte de temps et d’énergie, tâches ingrates... Et elles devraient avoir d’autant plus d’écho que le consommateur de 2017 est pressé, paresseux et un peu egocentrique !

JUMP IN ! ou comment se saisir de la tendance Food Tech en tant que marque

Du point de vue des marques et des distributeurs, le constat vis-à-vis de la Food Tech peut être plus partagé. Désintermédiation, service personnalisé… si ces initiatives ont tendance à redonner le pouvoir aux consommateurs, elles ouvrent aussi de larges opportunités aux marques pour tisser une nouvelle proximité avec eux.
Les façons de mettre une pincée de Food Tech dans son mix marketing sont variées, de la plus incontournable à la plus impliquante :
• digitaliser son produit / son service,
• créer et entretenir une communauté digitale,
• capitaliser sur des influenceurs food digitaux (25% des moins de 35 ans citent un chef digital comme leur personnalité préférée pour les aider à réaliser des recettes au quotidien – Source Webedia/SSI),
• s’associer à une start-up Food Tech
• ou encore développer une initiative tech en interne.
 
 
Quelle qu’elle soit, il faudra garder en tête que toute solution tech doit prendre en compte la part d’émotionnel et de plaisir inhérente à l’univers culinaire. En conséquence, plaisir des papilles et des yeux, plaisir de faire, de partager seront des cases à cocher avant de proposer une innovation tech aux consommateurs.
 

 

Articles en relation
Se nourrir de plaisirs

L’alimentation n’est-elle qu’un objet de santé, de nutrition stricto sensu ? Où est passée la notion de plaisir ? Celui d’une assiette gourmande, celui de la convivialité, celui du marché, du...

Huiles minérales : un vrai danger pour la santé

Dans son avis sur les huiles minérales, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) confirme que des substances toxiques qui migrent des...

Où manger bio, bon, local près de chez vous ?

Ventes à la ferme, brasseries artisanales, viticulteurs, fromageries, magasin bio, drive fermier, ferme auberge, magasins de producteurs, amap … vous voulez consommer bon et local près de chez vous ?...

A table en 2030 ! Festival de l'alimentation

Première édition de ce rendez-vous consacré à l’alimentation, À table en 2030 se penche sur les défis de la demande alimentaire et de la gastronomie à l'horizon 2030 ces 3 et 4 décembre. Quelle sera la...

Oui au bio et local dans les cantines !

Les députés ont adopté ce 23 novembre, à l’unanimité, l’inscription de 40% de produits locaux et de saison dont 20% de produits bio en restauration collective d’ici à 2020, dans le cadre du projet...