Sécurité alimentaire et agrostratégies

Des légumes "moches" de toute beauté

légumes moches en beauté
Ce sont les « Gueules cassées » des rayons fruits et légumes : carottes à deux jambes, aubergines biscornues, tomates difformes, fruits tuméfiés, … bizarres, ils sont bizarres aux yeux d’une société de consommation où l’apparence prévaut sur la qualité. Et c’est parti pour le gaspillage ! Pour sensibiliser à ce gaspillage alimentaire, Sarah Phillips, entrepreneure américaine, a décidé de les valoriser via une série de photographies "Ugly Produce is Beautiful" (Les produits moches sont beaux), publiée sur Instagram.
 
Une initiative lancée à l’occasion d’une action de sensibilisation éducative plus globale lancée en amont, « The Ugly Produce is Beautiful℠ (UPIB) Educational Campaign » en janvier 2016 par cette experte en alimentation, Sarah Philips : un mouvement mondial de producteurs, détaillants, restaurateurs et consommateurs pour réduire les déchets alimentaires et la pollution. Aux USA, les produits « moches » font partie du problème plus vaste des déchets alimentaires aux États-Unis, bien qu'il se produise aussi dans le monde entier. Les Américains jettent l'équivalent de 165 milliards de dollars chaque année - de la ferme à la table - les produits « moches » et les aliments non consommés finissent par pourrir dans les sites d'enfouissement comme la plus grande composante des déchets solides municipaux, où ils sont responsables d'une grande partie des émissions de méthane aux États-Unis. Et tous les intrants utilisés pour produire cette nourriture - le sol, l'eau, les engrais et le travail humain - sont également gaspillés.
« Ces denrées abîmées sont souvent abandonnées dans les champs afin d'économiser les frais d'exploitation et de main-d'œuvre. Si elles sont récoltées, elles demeurent invendues et pourrissent dans les décharges simplement parce qu'elles avaient des petites écorchures qui n'affectaient en rien leur fraîcheur ou leur goût », explique Sarah Phillips.
 
Son but est de nous aider à passer à l'action et à inciter les consommateurs à acheter des produits « moches » (plutôt que d'en parler) car ces produits ont strictement les mêmes qualités que les autres et rien ne justifie qu’on puisse les écarter. Leurs petits défauts d’aspect n’influent en rien sur leurs qualités gustatives, sanitaires ou nutritives. Par le biais de la photographie, c’est une prise de conscience globale et mondiale que Sarah Philips veut susciter, même si les initiatives pour les valoriser sont nombreuses depuis quelques années, notamment en France, encore trop de légumes moches sont gaspillés.
 
Ces photographies sont autant de natures mortes qui subliment fruits et légumes dans une mise en lumière et en couleurs particulièrement réussies. De véritables tableaux d’art dont la composition n’a rien à envier au peintre maniériste Arcimboldo ...
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Nourrir la planète

Nourrir la planète de Louis Albert de Broglie - Edition Hoëbeke, collection Deyrolle pour l'avenir - Préface de Pierre Rabhi - Septembre 2018 - 112 Pages   A l'heure où l'écologie est une...

Protéines – Nutrition et enjeux environnementaux

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture estime que la population mondiale devrait compter un peu plus de 9 milliards d’âmes en 2050. Une prévision selon laquelle un...

Ethique et consommation sont-elles compatibles ?

Consommer est, par définition, un acte égoïste, par lequel l’on satisfait ses besoins – et désirs – personnels. Est-il possible de concilier consommation et éthique ? Quelques pistes de réflexion. « Je...