Sécurité alimentaire et agrostratégies

"Mes Voisins Producteurs" : l'alternative locale à la malbouffe

alimentation circuit-court
L’achat de produits alimentaires en mode circuit-court s’installe progressivement dans les habitudes des français. "Mes Voisins Producteurs", une nouvelle place de marché sur internet, ajoute une dimension Premium à ce modèle de consommation éco-responsable en réduisant encore plus la distance entre la fourche et la fourchette. Explications avec Jérémie Guilbert le fondateur de la marque.
 
Local, circuit court : de plus en plus de consommateurs achètent des produits du terroir directement auprès des producteurs, soit par internet soit en se rendant directement à la ferme. Parce que les consommateurs sont de plus en plus attentifs à ce qu’ils mangent – selon le cabinet Natural Marketing Institute, 71% des Français préfèrent acheter des produits locaux - le circuit court et le local répondent à une demande évidente : éviter de nombreux intermédiaires et favoriser le bien manger. Et l’origine des produits est l’une des préoccupations principales de la quasi-totalité des consommateurs. Acheter en circuit court, c’est pour le consommateur une façon de redécouvrir les saveurs de sa région, de réagir face à la banalisation des produits et de se réapproprier son alimentation. 
 
Le Réseau Amap, La Ruche qui dit oui, Emplettes Paysannes, Le panier paysan, … l’achat local a le vent en poupe. Plus qu’un simple feu de paille dû à un sursaut militantiste de consommateurs en révolte contre la société de surconsommation et la malbouffe, il s’agit bien là d’un phénomène durable prenant un caractère évident et routinier dans un nombre croissant de foyers.
Mes Voisins Producteurs est une entreprise lilloise qui s’est donnée pour ambition de mettre dans le panier des habitants de la métropole les meilleurs produits pour un impact toujours le plus faible sur l’environnement. Une façon de répondre aux préoccupations du moment tout en faisant des modes de consommation actuels un outil de progrès pour tous : producteurs et consommateurs. C’est une petite et jeune entreprise mais qui fait déjà beaucoup de bien autour d’elle.
 
Finis les légumes du soleil en décembre, l’hiver ce sera pommes de terre, betterave et soupe aux poireaux ! La plupart de ces collectifs d’agriculteurs propose le même modèle d’achat : Vous commandez sur internet vos produits et vous allez les chercher dans des points de collecte à l’atmosphère un peu underground et à des horaires et des jours fixes. Si la contrainte est facilement acceptable en regard de la fraicheur des produits achetés, il faut avouer qu’on a tous un jour (ou deux) oublié, ou eu l’impossibilité de se rendre au rendez-vous.
 

Mes Voisins Producteurs, la version lilloise

C’est en partant de ce constat et après avoir expérimenté plusieurs de ces coopératives rurales que le lillois Jérémie Guilbert s’est lancé dans un projet un peu fou. A l’instar de ces chefs cuisiniers devenu stars du petit écran qui vous revisitent le poulet aux champignons en suprême de volailles au diamant noir périgourdin, il modernise le modèle du circuit court en lui apportant quelques nouveautés. Les produits proviennent de producteurs à moins de 50 km de la métropole lilloise. 90 % en bio. (Voir la liste des producteurs)
 
Tout d’abord, alors que la distribution hebdomadaire est la pratique la plus répandue, lui, propose un service quotidien « Vous commandez vos produits sur le site avant minuit et ils sont disponibles le lendemain à 17h00. Il y a très peu de e-commerces qui sont aussi rapides. On fait presque mieux qu’ Amazon sur ce point ! » plaisante Jérémie.
 
Ensuite, l’autre élément qui ajoute du sens au projet Mes Voisins Producteurs est la récupération des déchets verts produits par les clients. « Les épluchures, les coquilles d’œuf et les autres résidus organiques seront compostés puis redistribués aux maraichers. C’est un cercle vertueux, tout ce qui est venu de la terre repartira à la terre. »
 

Evoluer pour s’adapter au client

Et enfin, cerise sur le gâteau ou noisette de beurre dans la soupe, la livraison à domicile est maintenant possible « En plus de fournir des bons produits, je propose un service qui minimise les contraintes. Dans ma démarche, c’est l’expérience client qui prime » nous explique Jérémie. Passionné de VTT et très sensible aux problèmes d’environnement, il a choisi naturellement le vélo comme mode de transport. Tous les soirs c’est une petite flotte de coursiers chargés de produits frais qui sillonne la métropole lilloise « Nous avons fait le choix de travailler avec une coopérative qui assure une protection sociale et fiscale à ses coursiers. Le tarif de la livraison est entièrement reversé aux livreurs. »
 
En permettant de passer ses commandes « depuis son canapé » et en proposant la livraison à domicile le lendemain, Mes Voisins Producteurs est en train de donner une nouvelle image au modèle d’achat en circuit-court. « Depuis juillet 2016 j’ai énormément travaillé sur le projet. Et puis le 11 Septembre 2017 à 3 h du matin j’ai ouvert le site internet. Le lendemain j’avais déjà 12 commandes. J’avoue avoir eu sur le coup un petit mélange de stress et d’euphorie. Maintenant nous avons 300 clients fidèles et des retraits ou livraisons tous les jours ».
 
Avec Cédric et Jean, ses deux associés, Jérémie a de nombreux projets de développement dont la multiplication des points de distribution pour se rapprocher encore plus des consommateurs et l’achat d’un nouveau vélo remorque que vous pouvez aider à financer sur la plateforme Miimosa. Si la grande distribution évolue pour s’adapter aux nouvelles habitudes et exigences de leurs clients, les associations de producteurs locaux aussi. Et ça c’est bon pour l’avenir.
 
 
Crédits photos : Mes Voisins Producteurs

Pour aller plus loin :
- Enquête "La vie locale " de l'observatoire  mes courses pour la planète.com et Utopies - Février 2017
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Peut-on casser l'internet ?

Des incidents spectaculaires, comme la panne résultant de l’attaque contre Dyn le 21 octobre 2016, mènent parfois certains à penser qu’il est possible de casser l’Internet, c’est-à-dire...

Plus d'articles
1,75 milliard de personnes des huit pays les plus riches du monde restent sans connexion
Valeur ou vanité, quelle est vraiment la promesse de l’Internet des Objets ?
Sous Trump, de plus en plus d’Américains utilisent Internet comme s’ils étaient dans un régime répressif
L’inventeur du web alerte sur les dangers qui menacent internet
Le numérique : une nouvelle manière de penser le genre ?
Le journalisme narratif à l’ère du web : une autre manière de raconter le monde ?