Sécurité alimentaire et agrostratégies

Des nanoparticules aux effets négatifs dans les aliments en boîtes de conserve

Boîte de conserve
Nous faisons de plus en plus attention à notre alimentation, nous la voulons saine et nutritive, nous sommes des apôtres du bio et du local. Mais, quelle que soit notre vigilance, nous avons tous quelques boîtes de conserve dans notre placard. Une boîte de sardines, de petits pois ou de flageolets. C’est pratique et ça rend service. Or une étude vient de montrer que ces emballages pourraient avoir une incidence négative sur le fonctionnement de notre tube digestif. La cause : ils dégagent des nanoparticules d’oxyde de zinc qui transforment la façon dont notre intestin absorbe les nutriments.
 
Des chercheurs américains des universités de Binghamton et de l'État de New York viennent de publier une étude dans la revue Food & Function. « Nous avons découvert que les nanoparticules d'oxyde de zinc (ZnO) à des doses qui correspondent à ce que vous pourriez normalement manger au cours d'un repas ou d'une journée peuvent changer la façon dont votre intestin absorbe les nutriments ou l'expression des gènes et des protéines des cellules intestinales », a déclaré Gretchen Mahler, professeure agrégée de bioingénierie, coauteur de l’étude.
 
Selon le professeur Mahler, ces nanoparticules de ZnO sont présentes dans le revêtement de certains produits en conserve en raison de leurs propriétés antimicrobiennes et pour prévenir la coloration des aliments producteurs de soufre. Dans le cadre de l'étude, les scientifiques ont étudié des boîtes de maïs, de thon, d’asperges et du poulet en conserve, en utilisant la spectrométrie de masse pour estimer combien de particules pouvaient être transférées dans l'aliment. Il a été constaté que l'aliment contenait 100 fois l'apport quotidien en zinc.
 
Les chercheurs se sont ensuite penchés sur l'effet de ces particules sur le tube digestif.
« Les scientifiques ont déjà étudié les effets des nanoparticules sur les cellules intestinales, mais ils ont tendance à travailler avec des doses très élevées et à rechercher une toxicité évidente, comme la mort cellulaire », a déclaré Gretchen Mahler. « Nous étudions la fonction cellulaire, dont l’effet est beaucoup plus subtil, et les doses de nanoparticules qui sont plus proches de ce à quoi vous pourriez vraiment être exposés. »
 
Selon les chercheurs auteurs de cette étude, une première en la matière, ces nanoparticules « ont tendance à se fixer sur les cellules du tractus gastro-intestinal et à provoquer le remodelage ou la perte des microvillosités, ces minuscules projections à la surface des cellules absorbantes intestinales qui aident à augmenter la surface disponible pour l'absorption ».  Le professeur Mahler poursuit : « Cette perte de surface tend à entraîner une diminution de l'absorption des nutriments. Certaines nanoparticules provoquent également une signalisation pro-inflammatoire à fortes doses, ce qui peut augmenter la perméabilité du modèle intestinal. Une augmentation de la perméabilité intestinale n'est pas une bonne chose - cela signifie que les composés qui ne sont pas censés passer à travers la circulation sanguine pourraient être capables de le faire ».
 
Ces effets des nanoparticules ont été testés en laboratoire mais les chercheurs ne savent pas encore quelles sont les répercussions à long terme sur la santé humaine. Ils pensent néanmoins que ces nanoparticules affecteraient de façon significative les populations microbiennes intestinales.
Nicolas Appert s’en retournerait dans sa tombe …
 
 
Source : phys.org
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
Nourrir la planète

Nourrir la planète de Louis Albert de Broglie - Edition Hoëbeke, collection Deyrolle pour l'avenir - Préface de Pierre Rabhi - Septembre 2018 - 112 Pages   A l'heure où l'écologie est une...

Protéines – Nutrition et enjeux environnementaux

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture estime que la population mondiale devrait compter un peu plus de 9 milliards d’âmes en 2050. Une prévision selon laquelle un...