Sécurité alimentaire et agrostratégies

Les fromages végétaux raflent la mise au Concours national de la création agroalimentaire BIO

alimentation
La remise des Prix de l'édition 2018 du Concours national de la création agroalimentaire BIO s’est déroulée le mardi 24 avril. Cette 6e édition a battu son record de participation et parmi les 10 dossiers présélectionnés, le Jury a choisi de distinguer deux précurseurs sur une niche prometteuse : celle des fromages végétaux. Le Prix « Création », récompensant l’originalité d’un projet d’entreprise va à Tomm’Pousse et le Prix « Développement », soutenant la création d’un nouveau produit est décerné à La petite Frawmagerie, tous deux se partageront 30 000 € de dotations. Mus par de réelles convictions écologiques, les deux lauréats incarnent chacun à leur façon tout le potentiel des alternatives végétales sur le marché bio.
 
En 2012, poursuivant toujours l’objectif d'accompagner la création et le développement d’entreprises agroalimentaires sur le marché du bio, la CCI du GERS a créé le premier concours national spécialement dédié aux créateurs et entreprises agroalimentaires biologiques. Avec pour objectif de distinguer un créateur ou une jeune entreprise agroalimentaire biologique pour le caractère particulièrement innovant et original de son projet et son potentiel de développement. Cette 6e édition distingue cette année deux jeunes entrepreneurs sur la niche des fromages végétaux.
 

Prix « Création » : Tomm’Pousse, des fromages végétaux plus vrais que nature

Après plus de dix ans d’un parcours classique dans le Marketing, Emmanuel Joubert décide de changer de cap. Ses convictions écologiques chevillées au corps, il fait de ses passions pour le vin et la gastronomie, le leitmotiv de la création de savoureuses « tommes végétales », capables de rivaliser avec les classiques du rayon crèmerie.
 
Emmanuel Joubert à choisi de créer des fromages végétaux « pour le plaisir ! » Pour lui, « On assimile parfois les produits végétaux à une alimentation fade et austère. C’est pour relever le défi du goût en m’attaquant à un symbole fort de la gastronomie, que je me suis petit à petit dirigé vers la création de fromages végétaux. Evidemment, la recherche d’alternatives végétales à la consommation de produits d’origine animale est aussi un enjeu majeur de notre société et pour relever ce défi, il faut mettre le plaisir au centre. »
 
Ce qui distingue les fromages Tomm’Pousse des autres formages sur le marché, c’est la volonté d’utiliser des techniques d’affinage issues de la tradition fromagère pour rivaliser avec les fromages traditionnels au plan gustatif. Emmanuel met également au point des recettes à partir de mariages aromatiques inédits, et c’est passionnant car, selon lui, tout reste à faire.
Visuellement, les « tommes végétales » pourraient se confondre avec des fromages traditionnels à quelques détails près… Ainsi, à ce jour, cinq références sont commercialisées en circuits courts : le CamenVert nature ou à la sauge (noix de cajou), La Carrée façon féta fines herbes ou olives (soja) et le Bleu de Paname (noix de cajou).
Que signifie ce Prix pour lui ? « Une grande fierté et un signe d’encouragement, les prochaines étapes étant le référencement en magasins bio et vegans et la recherche de nouveaux financements pour accroître ma capacité de production. L’obtention de ce Prix sera sans aucun doute un argument de poids ! » déclare Emmanuel Joubert.
 
Le calendrier de Tomm’Pousse
Référencement en magasin bio & vegan : mai 2018
Aménagement dans de nouveaux locaux : d’ici fin 2018
Commercialisation de nouveaux produits : 5 nouvelles références d’ici fin 2019
 
Les dotations du « Prix Création »
* dotation en numéraire offerte par les partenaires (5 000 €)
* référencement test sur la plateforme de Relais Vert
* des prestations de conseil du CRITT-CTCPA d’une valeur de 2 000 €
* campagne de communication nationale sur Bio Linéaires (2 500 €), Bioalaune.com (1 000 €) et ingrebio.fr (abonnement de 1 an au webmagazine avec accès à l’annuaire des fournisseurs), 1 an d’abonnement au magazine Bio Linéaires
* adhésion au service de veille d’Agri Sud-Ouest Innovation, à l’AREA Occitanie et à Interbio Occitanie
 

Prix « Développement » : La petite Frawmagerie, vers une alimentation saine et végétale

Caroline Poinas a créé La petite Frawmagerie pour donner corps à des convictions nouvelles, en faveur d’une alimentation vivante et saine, volontiers crue. A l’aube de ses 30 ans, elle prend le virage du végétarisme et deux ans plus tard, convaincue de la pertinence de ce mode alimentaire, lance la production de « frawmages » végétaux guidée par la célèbre phrase de Gandhi « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». Au terme de sa première année d’activité, elle se confronte à de nouveaux enjeux de développement pour garantir la pérennité de l’activité.
 
Qu’est-ce qui a poussé Caroline à candidater au Concours National de la création agroalimentaire biologique ? « Notre gamme est déjà distribuée au plan national mais pour satisfaire une demande croissante, y compris à l’export (Espagne, Portugal, République Tchèque, Finlande, Suède, Norvège…), nous devons investir de nouveaux locaux et augmenter notre capacité de production. Actuellement, je travaille avec 2 alternants et 4 CDI dont 2 à temps plein souhaite créer 2 emplois d’ici fin 2018. Pour tout cela notamment, je suis à la recherche de nouveaux financements. » explique-t-elle.
 
Ce qui fait la spécificité de la petite Frawmagerie sur le marché, c’est la volonté d’offrir une alternative végétale et saine qui préserve l’ingrédient. L’affinage de ses frawmages végétaux utilise donc au maximum le cru. A ce jour, 16 frawmages sont proposés autour de trois gammes : « terroir », proche des fromages traditionnels, « aromatisés » et « fruits secs ». La petite Frawmagerie se distingue donc par l’originalité de ses recettes mais également par son approche pédagogique : «  Je souhaite en effet rendre accessibles tous les ingrédients utiles à la fabrication de ces créations végétales pour favoriser la fabrication « maison »" explique Caroline Poinas.
L’obtention de ce Prix signifie pour cette jeune chef d’entreprise le témoignage de l’ouverture du marché aux alternatives végétales, c’est un indicateur très positif pour accéder au modèle de société auquel elle aspire.
 
Le calendrier de La petite Frawmagerie
Aménagement dans de nouveaux locaux : d’ici fin 2018
Recrutement : 2 nouveaux salariés d’ici fin 2018
 
Les dotations du « Prix Développement »
* référencement test sur la plateforme de Relais Vert
* des prestations de conseil du CRITT-CTCPA d’une valeur de 2 000 €
* campagne de communication nationale sur Bio Linéaires (2 500 €), Bioalaune.com (1 000 €) et ingrebio.fr (abonnement de 1 an au webmagazine avec accès à l’annuaire des fournisseurs), 1 an d’abonnement au magazine Bio Linéaires
* adhésion au service de veille d’Agri Sud-Ouest Innovation, à l’AREA Occitanie et à Interbio Occitanie

Les fromages bio ont le vent en poupe

Saviez-vous que nous avons 1 600 formages différents en France ? Et que nous en consommons près de 26 kilos par an, et par personne, ce qui entraîne une production annuelle de 2 millions de tonnes ? (1) Ce qui fait de nous les plus gros consommateurs de fromage dans le monde, juste devant l’Islande, la Finlande et l’Allemagne. Quant à la consommation de fromages bio, on sait que 14 % du lait bio collecté vont à la filière fromage mais il ne pèse que 1,1% des ventes en bio en grande distribution car l’offre y est trop courte, et ni les grands fabricants historiques de ce marché ni les marques de distributeurs (MDD) n’ont vraiment pris ce virage sur un marché qui semble pourtant totalement éligible à un fort poids du bio (2).
 
Mais la grande tendance, ce sont les amoureux du terroir et du bio. Les fromages de terroirs connaissent un engouement récent mais réel, avec une voie prometteuse sur le bio, qui garantit un élevage respectueux des animaux. Les magasins bio se sont équipés de rayon à la coupe ou des rayons livre service proposant une offre variée. Le seul hic de l’affaire, c’est que les produits sont majoritairement pasteurisés, ce qui constitue une contradiction avec la notion de vivant. Il n’est pas impossible que cela évolue quand on voit à quelle vitesse les rayons de lait cru sont dévalisés.
 
 
Pour plus d’informations sur le concours national de la création alimentaire bio.
 
(1) Chiffres de la Fédération internationale du Fromage de 2013
(2) Chiffres Nielsen Global Survey 2017
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Nourrir la planète

Nourrir la planète de Louis Albert de Broglie - Edition Hoëbeke, collection Deyrolle pour l'avenir - Préface de Pierre Rabhi - Septembre 2018 - 112 Pages   A l'heure où l'écologie est une...

Protéines – Nutrition et enjeux environnementaux

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture estime que la population mondiale devrait compter un peu plus de 9 milliards d’âmes en 2050. Une prévision selon laquelle un...

Ethique et consommation sont-elles compatibles ?

Consommer est, par définition, un acte égoïste, par lequel l’on satisfait ses besoins – et désirs – personnels. Est-il possible de concilier consommation et éthique ? Quelques pistes de réflexion. « Je...