Sécurité alimentaire et agrostratégies

Surpêche et gaspillage : 1 poisson pêché sur 3 n’arrive jamais dans notre assiette.

surpêche
Alors que nous nous mobilisons pour préserver la biodiversité et prônons une alimentation durable et raisonnable, alors que de nombreuses campagnes dénoncent le gaspillage, alors que le fossé entre les riches et les pauvres s’accroit partout dans le monde et que la faim sévit toujours, un rapport de la FAO met en regard deux chiffres inouïs. 30 % des poissons pêchés en moyenne dans le monde, sont détruits ou rejetés à la mer et, dans le même temps, en moyenne, un tiers des espèces de poissons comestibles sont surpêchées. On marche sur la tête.
 
Selon un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), un poisson sur trois pêché dans le monde ne parvient jamais dans une assiette, qu'il soit jeté par-dessus bord ou qu'il pourrisse avant d'être mangé.
 

Gaspillage

La FAO rapporte que 35% des prises mondiales sont gaspillées. Environ un quart de ces pertes sont des prises accidentelles ou des rejets, principalement des chalutiers, où les poissons indésirables sont rejetés morts parce qu'ils sont trop petits ou sont une espèce indésirable. Mais la plupart des pertes sont dues à un manque de connaissances ou d'équipement, comme la réfrigération ou la fabrication de glace, nécessaires pour garder le poisson frais.
 
La FAO a travaillé avec les pays en développement pour réduire les pertes, y compris l'utilisation de casiers surélevés pour le séchage du poisson, ce qui a permis de réduire de 50 % les pertes de poissons du lac Tanganyika en Afrique. Autour de l'océan Indien, de meilleures installations pour la gestion de la pêche au crabe ont permis de réduire les pertes de 40 %.
 

Source principale de nourriture

Le poisson est une source cruciale de nourriture pour des milliards de personnes dans le monde entier, mais la surpêche sévit dans certaines régions, les deux tiers des espèces étant surexploitées en Méditerranée, en mer Noire et dans le Pacifique Sud-Est. Les analyses précédentes, qui incluent des estimations de la pêche illégale, indiquent que les stocks de poissons sauvages diminuent plus rapidement que ne le suggèrent les données de la FAO et que la moitié des océans du monde sont aujourd'hui exploités industriellement.
 
« Depuis 1961, la croissance annuelle de la consommation mondiale de poisson a été deux fois plus élevée que la croissance démographique, ce qui démontre que le secteur de la pêche est essentiel pour atteindre l'objectif de la FAO d'un monde sans faim et sans malnutrition », a déclaré au Guardian José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO. De nombreux défis restent à relever, a-t-il dit, mais les récentes initiatives visant à réprimer la pêche illégale marqueront un "tournant" en faveur de la conservation à long terme.
 

Surpêche

Le rapport de la FAO présente l'ampleur de la pêche mondiale : elle emploie 60 millions de personnes et il y a 4,6 millions de navires de pêche sur la planète. Cet arsenal est préoccupant dans de nombreux endroits, dit la FAO, avec trop de bateaux chassant trop peu de poissons.
 
La conséquence ? Le nombre d'espèces surexploitées a triplé au cours des 40 dernières années. Le rapport indique également que le changement climatique chassera les poissons des eaux tropicales chaudes, où les nations sont souvent particulièrement dépendantes des produits de la mer, vers des régions plus tempérées.
 
Source : FAO, The Guardian
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
Le péril climatique accroît la faim dans le monde

Comme si souffrir de la chaleur, des sécheresses, des inondations et des tempêtes n’était pas suffisant, un nouveau rapport de l’ONU établit que les dérèglements climatiques font aussi augmenter la faim...

Protéines – Nutrition et enjeux environnementaux

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture estime que la population mondiale devrait compter un peu plus de 9 milliards d’âmes en 2050. Une prévision selon laquelle un...

Ethique et consommation sont-elles compatibles ?

Consommer est, par définition, un acte égoïste, par lequel l’on satisfait ses besoins – et désirs – personnels. Est-il possible de concilier consommation et éthique ? Quelques pistes de réflexion. « Je...

Plus d'articles
Les fromages végétaux raflent la mise au Concours national de la création agroalimentaire BIO
Mieux cibler l'aide alimentaire destinée aux personnes vulnérables
Des nanoparticules aux effets négatifs dans les aliments en boîtes de conserve
Elles arrivent dans nos assiettes. Les plantes modifiées par CRISPR ne sont plus considérées aux USA comme des OGM.
Contre le gaspillage alimentaire : volontarisme et innovation
"Mes Voisins Producteurs" : l'alternative locale à la malbouffe