Sécurité alimentaire et agrostratégies

La Fourche : Manger bio 20 à 50 % moins cher

alimentation bio
89% des français se privent de produits bio car ils les estiment trop chers (Étude Agence Bio), les boutiques spécialisées et la grande distribution doublent leurs marges sur le bio (Étude UFC-Que choisir). Pour combattre idées reçues et injustice et rendre les produits bio accessibles à tous, Lucas, Nathan et Boris viennent de lancer officiellement le magasin en ligne La Fourche, le premier distributeur qui vend ses produits au prix d’achat, sans prendre de marge. Présentation.
 
Allez, soyons lucides, les produits bio, même s’ils ont une image très positive auprès des consommateurs (1), ont la réputation d’être trop chers ; en tout cas, bien plus chers que les produits conventionnels. Les fruits et légumes bio, par exemple, seraient 70% plus chers que les conventionnels selon un rapport de l'observatoire des fruits et légumes de l'association de consommateurs "Familles Rurales". (Les résultats de cette enquête sont cependant pondérés par les professionnels du secteur qui souhaitent rappeler le juste prix de la bio.)
Il existe en effet un monde entre le bio low-cost de grande surface, produit sous serre chauffée par des clandestins exploités en Espagne, et le bio engagé des producteurs et des marques pionnières du mouvement. Une étude de l’association UFC-Que choisir d’aôut 2017 révèle que 46% du surcoût du bio servait en réalité à financer les bénéfices des grandes surfaces.
 
Les fondateurs de La Fourche : Lucas Lefebvre, Nathan Labat et Boris Meton
 
C’est pour combattre cette injustice et rendre les meilleurs produits bio accessibles à tous que Lucas Lefebvre, Nathan Labat et Boris Meton ont lancé officiellement en septembre 2018 le magasin en ligne La Fourche, supermarché bio et équitable qui ne prend aucune marge sur les produits qu’il vend. Résultat : 20 à 50 % de réduction par rapport aux prix du marché. Le catalogue en ligne propose tous les produits d'un magasin bio traditionnel, sauf le frais, à des prix jusqu’à deux fois moins élevés qu’en magasin. Aujourd’hui, 800 références produit dans l’alimentaire, les produits bébé, les produits d’entretien, le vrac, la beauté et l’hygiène pour lesquels on peut identifier en un coup d’œil ce qui est vegan, sans gluten, commerce équitable ou encore non-testés sur les animaux. Plus besoin d’appli complémentaire pour traquer composition et provenance des produits en rayons, tout est déjà décrypté !
 
En plus d’offrir du bio de qualité à petit prix, La Fourche souhaite développer la consommation responsable en ne sélectionnant que les marques qui s'engagent le plus pour la santé des consommateurs, le respect de l'environnement et celui des hommes. Cette politique dans le choix des marques et des producteurs est détaillée sur le site.
 
Le système fonctionne grâce à une adhésion de 69 euros par an qui permet de couvrir les frais de fonctionnement du site. La livraison partout en France est également offerte à partir de 70€ d’achat.
“Les adhésions sont offertes pour les familles dans le besoin, ou pour les gens qui sont au RSA”, précisent les fondateurs. La dimension sociale s'inscrit au cœur du projet car, ayant constaté que les plus modestes sont les premières victimes de la malbouffe et des maladies qui en découlent, obésité en tête, La Fourche a lancé un programme “une adhésion achetée = une adhésion offerte” qui bénéficie à des familles à faibles revenus, des chômeurs ou des bénéficiaires du RSA.
En moyenne, adhésion et livraisons comprises, une famille peut économiser de 500€ à 1000€ par an en faisant ses courses à La Fourche plutôt qu’en magasin bio. Résultat ? Déjà 300 adhérents et plus de 200 commandes par mois, en deux mois d’existence !
 
 
Détail symbolique, les locaux de l’entreprise ont été implantés au milieu de la cité des 4 000 à la Courneuve, en Seine-Saint-Denis, afin de recruter localement et faire bénéficier de son programme d’adhésions offertes en priorité aux habitants du quartier.
 
Prochains objectifs : Agrandir le catalogue à plus de 1.000 produits d'ici la fin de l'année 2018, ajouter de nouvelles catégories de produits (santé, compléments alimentaires, cosmétiques, maison et extérieur...), ajouter des filtres au catalogue pour faciliter les achats engagés (production locale, sans lactose, sans sucres ajoutés, sans sel, emballage compostable, entreprise détenue par une femme...), intégrer l’empreinte carbone des produits alimentaires sur les fiches produits, renégocier les contrats avec les transporteurs pour baisser les frais de livraison, continuer à faire baisser les prix des produits grâce aux volumes d’achats croissants, …
 
 
(1) 92 % s'accordent ainsi à dire que les produits bio contribuent à préserver l'environnement, 89% qu'ils sont plus naturels car cultivés sans produits chimiques de synthèse, 88% meilleurs pour la santé et 80% que leurs qualités nutritionnelles sont mieux préservées. Ils pensent également que les produits biologiques sont source d'emplois (75%) et qu'ils ont meilleur goût (70%).
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
Les nouveaux territoires de la bioéthique

Les nouveaux territoires de la bioéthique - Traité de bioéthique IV - Sous la direction d'Emmanuel et François Hirsch - Edition Erès, 22 novembre 2018 - 618 Pages   Les États généraux de la bioéthique se sont...