Education et savoirs

CORE : un autre enseignement de l'économie est possible

économie
Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient vraiment eu lieu. Et (re)donner le goût pour cette discipline aux étudiants. Telles sont les ambitions de CORE, un nouveau cours et son manuel élaborés par des professeurs d’économie du monde entier. Objectif de ce cours : montrer que l’économie, jugée souvent trop abstraite et théorique, peut contribuer à résoudre les problèmes et les crises du monde réel.
 
Quel est le problème le plus urgent que les économistes devraient traiter ? Les inégalités ! répondent en masse les étudiants du monde entier quand on leur pose la question. Mais aussi le changement climatique, l’instabilité financière. Ou, pour la France, le chômage. Face à cette attente, les cours d’économie déçoivent, voire détournent les étudiants de la matière. “Lors de la crise des subprimes en 2008, raconte Wendy Carlin, professeure d’économie à UCL (UK) et co-fondatrice du projet CORE, les étudiants en économie avaient honte. Ils rentraient chez eux pour fêter Noël et se trouvaient incapables de répondre aux questions qu’on leur posait.”
 

Un enseignement jugé trop théorique et trop réducteur

C’est de ce constat qu’est né en 2016 le projet CORE (pour Curriculum Open-access Resources in Economics) : si les citoyens du monde, et en premier lieu les Français, sont si critiques vis-à-vis de l’économie, c’est sans doute que son enseignement actuel en est, pour partie, responsable.
Le projet cherche à répondre aux aspirations des étudiants qui ont souhaité changer la manière dont l’économie est enseignée. Une ancienne étudiante de l’Université du Chili impliquée dans le mouvement de protestation étudiant réclamant un ancrage de l’enseignement de l’économie dans le réel est d’ailleurs aujourd’hui administratrice de CORE.
“L’enseignement de l’économie est fortement remis en cause dans le monde entier, et plus particulièrement en France, car il est jugé trop théorique, trop éloigné des grands enjeux contemporains, et trop réducteur sur les comportements humains”, explique Yann Algan, économiste et professeur à Sciences Po et l’un des auteurs du projet CORE. Mené par une équipe de chercheurs et enseignants du monde entier, CORE a déjà été utilisé dans une centaine d’universités dans le monde.
 
“La plus grande des résistances au changement, poursuit Yann Algan, c’est l’absence d’alternative.” Pour faire changer concrètement les choses, il fallait une nouvelle approche pour enseigner l’économie - c’est l’objectif de CORE - mais aussi un outil immédiatement utilisable dans les salles de cours : il s’agit de l’e-book The Economy. Un manuel en ligne, gratuit et accessible à tous, dont la version française, intitulée L’Économie vient d’être publiée, et que les étudiants de Sciences Po et de Toulouse School of Economics utilisent déjà en cours.
Engagé dès le début du projet, Sciences Po a refondé son enseignement de premier cycle sur ses principes et a réalisé la version française de l’eBook, sous la direction de Yann Algan, doyen de l'École d’affaires publiques et professeur d’économie à Sciences Po. Cette version en ligne et gratuite a été lancée ce 30 mai 2018 et une version papier sera également disponible prochainement. Elle a pour objectif de poursuivre le développement du programme dans le monde francophone.
Un projet d’adaptation pour l’enseignement secondaire français, piloté par Sciences Po et qui suivra les programmes scolaires définis par l’Education nationale, sera lancé à la rentrée. Il sera testé sur le programme Premier campus cet été et dans des lycées partenaires des Conventions éducation prioritaire à la rentrée prochaine.
 

Enseigner l’économie comme si les 30 dernières années avaient eu lieu

Dans les manuels universitaires traditionnels, les acteurs économiques sont le plus souvent présentés/vus comme amoraux et avant tout intéressés par leurs profits et les marchés comme parfaitement concurrentiels. La dégradation de l'environnement, l'instabilité économique, les inégalités ou les sources de la prospérité sont rarement abordées en premier cycle. Si cette vision est bien éloignée des avancées récentes de la recherche en sciences économiques, c’est pourtant l'image que peut en retenir le grand public.
Pour mieux répondre aux attentes des étudiants, ce nouvel enseignement prend le contrepied des manuels classiques, avec une idée simple : étudier la réalité. Cela permet de réfléchir aux grands enjeux contemporains. Les données empiriques sont au cœur de sa méthode d’apprentissage : les étudiants s’approprient des modèles construits à partir de faits historiques, d’expériences et de données. L’économie n’est plus présentée comme une sphère isolée, et les êtres humains ne sont plus de simples homo oeconomicus abstraits. Dans le nouveau paradigme, les individus sont capables à la fois d'intérêt personnel calculateur mais aussi de coopération et d’une extraordinaire générosité. Ils interagissent non seulement sur les marchés, mais aussi en tant que managers et employés, en tant que citoyens et gouvernements, en tant que membres de syndicats et de familles. Les résultats économiques découlant de ces interactions sont rarement efficaces ou justes, laissant aux gouvernements - même s'ils ont leurs propres défaillances - le devoir de s'attaquer à la fois aux inefficacités et à l'injustice.
 

Transcender les clivages en s’appuyant sur les nouvelles avancées de la recherche en économie et sur l’apport d’autres disciplines

CORE s'appuie également sur les avancées les plus récentes en sciences économiques et sociales. Elles offrent ainsi un éclairage précieux sur de nouveaux paradigmes du monde contemporain associés, par exemple, au changement climatique, aux effets du commerce international et de la révolution numérique, aux crises financières ou aux inégalités. La recherche en économie est aussi devenue pluridisciplinaire, mobilisant des connaissances tirées des SHS - de l’histoire, de la sociologie, du droit, de la science politique ou des sciences cognitives notamment. Dans CORE, l’économie y est toujours présentée en évolution et ancrée dans la société et la biosphère.
 
La réalité d’une science humaine et sociale n’est pas un objet isolé mais s’enrichit des apports du droit, de l’histoire, de la sociologie.  “On ne comprend pas l’entreprise si on ignore le pouvoir, la politique ou le droit social”, relève Samuel Bowles, autre co-fondateur de CORE et professeur au Sante Fe Institute (USA). Ainsi refondé, le cours d’économie se tourne vers la résolution de ces problèmes. Et ne se borne pas à opposer les analyses des grands auteurs présentées comme inconciliables pour toujours. Les grands économistes de l’histoire – Marx, Marshall, Hayek, Keynes, Coase et Simon, ainsi que Nash et Arrow – comme les chercheurs contemporains, sont tous présentés, non pas comme des points de vue opposés, mais comme faisant partie intégrante d’une vision d’ensemble : “On ne se contente pas de juxtaposer et de comparer Marx et Keynes, explique Samuel Bowles. On les intègre pour créer un nouveau paradigme”.
 
Prochaine étape pour CORE en France : une adaptation au programme de lycée, qui sera pilotée par Sciences Po et testée dès l’été prochain via le programme “Premier campus” et les Conventions éducation prioritaire. “Je me réjouis de l’engouement suscité par CORE à travers le monde, conclut Yann Algan. Nous appelons nos collègues universitaires à participer au projet pour poursuivre l’ambition du programme de redonner aux étudiants et à la société civile le goût de l’économie comme science humaine au service du bien commun.”
 
Source : ©Sciences Po
 
Le projet CORE
Alors que le renouvellement de l’enseignement de l’économie reste une attente forte, les résultats obtenus avec le cours en ligne interactif du programme CORE, ntitulé, en anglais, The Economy. Economics for a changing world sont prometteurs. Il prend la forme d’un cours d’introduction, gratuit et en libre accès. Lancé à la suite de la crise financière, ce projet collaboratif international a pour ambition d’enseigner l’économie comme si les trente dernières années avaient vraiment eu lieu.
Le projet CORE regroupe une équipe internationale de chercheurs et enseignants du monde entier sous l’égide de Samuel Bowles (Santa Fe) et Wendy Carlin (UCL). Des cours basés sur CORE ont déjà été enseignés comme introduction générale aux sciences économiques dans plus d’une centaine d’universités dans le monde. Depuis son lancement en 2016, CORE compte plus de 60 500 utilisateurs de 186 pays et plus de 6100 enseignants de 131 pays.
La version papier de l’eBook en anglais a déjà été rééditée six fois pour tenir compte de la demande. Des traductions en farsi, en italien, en espagnol, en portugais, ainsi qu’une adaptation pour l’Asie du Sud-Est sont en préparation. Un site internet a été lancé en septembre 2017 et un nouveau projet adapté à un public de non spécialistes en économie a récemment été développé par 20 universités.
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Amartya Sen et le revenu de base

Parfois qualifié de « Nobel des pauvres » [1], Amartya Sen, économiste et philosophe indien, est aujourd’hui l’un des intellectuels les plus influents au monde. Ses écrits sont reconnus pour leur...

Plus d'articles
ETI françaises et digital : où en sommes-nous ? Trois questions à Gilles Babinet
Le changement c’est maintenant… mais ça peut prendre du temps !
« Comment vole un avion ? » : une formation gratuite et ouverte à tous dispensée par l’ISAE-SUPAERO
Quand les entreprises sont bousculées par la disruption
La 16ème Biennale de l’architecture sous le signe de l’optimisme, de la générosité et la prévenance de l’architecture
Le plan d’action bioéconomie du Gouvernement