Société de l'information

Facebook: Zuckerberg, mis sur le grill par le Sénat américain, s’excuse mais ne change pas vraiment.

Audition Zuckerberg au Sénat US
En plein scandale Cambridge Analytica, le jeune fondateur de Facebook a été soumis pendant plus de quatre heures aux rafales de questions d’une quarantaine de sénateurs américains. Qu’en est-il sorti ? Un mea culpa mais beaucoup de flou et de réponses évasives. Nous sommes loin d’engagements concrets et précis sur les solutions que le réseau social pourrait apporter pour garantir son intégrité et reconquérir la confiance de ses deux milliards d’utilisateurs. Serait-ce une tâche impossible ? Facebook est-il devenu trop gros pour être maîtrisé si ce n’est contrôlé ?
 
Il avait délaissé pour l’occasion son célèbre teeshirt et sa capuche pour se présenter devant le Sénat américain en costume et cravate bleu-Facebook. Il s’est efforcé d’arborer une mine contrite, humble et grave. Les circonstances de cette audition marathon sous serment l’exigeaient. Des dizaines de caméras et photographes retransmettaient dans le monde entier ce qui devait être un événement.
 

Une certaine dose de responsabilité comme nouvelle philosophie

Pendant plus de quatre heures, assis sur un fauteuil spécialement rembourré, le patron de Facebook a tenu tête à l’avalanche de questions qui lui étaient posées. S’efforçant d’être poli, pédagogue, clair, il faut avouer que Zuckerberg n’a pas faibli. Certes, à la fin de l’exercice, son visage marquait la fatigue et une tension contenue pour paraître coopératif et gommer toute trace de son arrogance naturelle.
« Zuck » ne se présente plus comme le geek passionné et parfois agressif d’une plateforme technologique qui agrège des milliards d’utilisateurs. Non, Zuck prétend maintenant vouloir changer : il souhaite incarner le boss d’une entreprise « responsable ». C’est nouveau et c’est peut-être la seule nouveauté de cette longue audition.
 
C’est aussi un minimum face aux critiques venues de toutes parts sur le fonctionnement de ce réseau qui fait fortune en accumulant des masses incalculables de données personnelles. De la responsabilité, c’est ce que l’on attend a minima.
Aussi, d’emblée, Zuckerberg a fait son mea culpa. Il pouvait difficilement faire autrement. Il lui était impossible de continuer à prétendre que son réseau n’est responsable que de la technologie et pas des contenus diffusés. « Nous n'avons pas eu une vue suffisamment large de notre responsabilité et c'était une grosse erreur » lâche-t-il. Blême, Il avoue : « Il est clair que nous n'en avons pas fait assez pour éviter que nos outils puissent être utilisés pour faire du mal. Que cela soit en diffusant des “fake news”, en permettant l'interférence d'étrangers dans nos élections, en relayant des discours de haine, ou dans notre contrôle des développeurs et de leur usage de données privées. »
 

Perseverare diabolicum

Un aveu aux allures de service minimum. Mais que faire pour éviter que ces errements ne se reproduisent ? Réponse en forme de flou artistique : « Cela prendra du temps pour mener à bien tous les changements nécessaires ». Zuckerberg a beau annoncer qu’il emploiera d’ici la fin de l’année « plus de 20.000 personnes à des tâches de sécurité des données et de surveillance des contenus », on perçoit que son objectif est de limiter au maximum les risques de contrôle et de régulation de son réseau. La menace est réelle : « Si Facebook ne peut pas résoudre ses problèmes de protection de données privées, nous allons le faire », tance le sénateur démocrate de Floride, Ben Nelson.
 
Face aux questions, Zuckerberg persévère dans sa croyance. Selon lui, le réseau social est « sûr » malgré tous les cas avérés de manipulation et de détournement de données personnelles d'utilisateurs. Il concède que la lutte contre les manipulations, et notamment celles qui touchent au politique et aux élections, est difficile. Il évoque ici « une course aux armements » contre « des gens en Russie dont le travail est d'exploiter nos systèmes ». Il jure coopérer activement avec le procureur spécial Robert Mueller, qui estime qu'internet et en particulier Facebook a servi de plateforme à une vaste opération de propagande venue de Russie lors de la présidentielle américaine de 2016 remportée par Donald Trump. Il regrette cet épisode : « Un de mes plus grands regrets c'est que nous avons été lents pour identifier » les ingérences étrangères via le réseau dans la campagne. Que fera Facebook pour éviter ces ingérences à l’avenir ? Mystère et réponses évasives sur la mise en œuvre d’une intelligence artificielle qui saura analyser les contenus.
 
Quand il n’est pas évasif, Zuckerberg dit qu’il ne sait pas. Il l’a fait de nombreuses fois, ce qui a eu le don d’exaspérer les sénateurs. « Durant cette audition (...), vous avez été interrogé sur de nombreuses questions cruciales, auxquelles vous n'avez pas de réponse », lui a notamment lancé la sénatrice Kamala Harris.
 

La pointe de l’iceberg

Parfois aussi le patron de Facebook semble désarçonné. Quand un sénateur lui demande s’il accepterait de rendre public l’hôtel dans lequel il séjourne à Washington, il est surpris par la question mais lâche un « non ». Le sénateur poursuit : « accepteriez-vous de rendre publique l’identité des personnes que vous avez rencontré ces derniers jours ? ». Zuck perçoit le piège où veut l’emmener l’élu ; il lâche un « non » dans un sourire crispé. Rendre publiques ces informations privées, c’est pourtant ce que fait le réseau avec ses utilisateurs. Pour sa défense, Zuckerberg affirme que les données des utilisateurs ne sont jamais vendues à des tiers. On veut bien le croire puisqu’elles constituent le fonds de commerce de Facebook. Mais l’affaire Cambridge Analytica a suffisamment démontré que ces données sont accessibles à d’autres que Facebook. Cette affaire n’étant sans doute que la pointe émergée d’un iceberg beaucoup plus grand.
 
Dans sa défense, Zuckerberg répète que les utilisateurs sont avertis de l’utilisation de leurs données dans les conditions d’utilisation qu’ils doivent signer. Mais sur ce point, le sénateur John Kennedy s’énerve : qui peut lire ces contrats ? combien sont ceux qui sont en mesure les lire et les comprendre ? Le parlementaire lance : « Votre contrat craint. Vous devriez immédiatement rentrer chez vous pour le réécrire afin que tout le monde le comprenne ». Sourire gêné de l’élève Zuck qui se ressaisit en appelant de ses vœux –pieux– une règlementation. Des règles, pas trop sévères, mais suffisantes « pour expliquer de manière simple et pratique ce que nous avons le droit de faire des données de nos usagers ». Des règles pas trop contraignantes comme le RGPD européen mais suffisantes pour se dédouaner.
 
Ceux qui s’attendaient à découvrir des révélations lors de cette audition seront déçus. Tout ce que Zuckerberg apporte comme réponses aux questions des sénateurs est attendu ou obscur. La seule chose qui soit claire est que Facebook semble être devenu un système trop gros, une sorte de monstruosité incontrôlable. Les brèches dans le système apparaissent de plus en plus et les seules réponses apportées consistent dans la mobilisation de développeurs ou d’intelligences artificielles pour boucher les trous dans la coque d’un navire qui semble prendre l’eau de toutes parts. Mais un navire criblé de trous, s’il est suffisamment gros, ne coule pas. C’est vraisemblablement le cas de Facebook.
 
Zuckerberg n’en a pas fini avec les élus américains. Il est entendu mercredi 11 avril par une commission de la Chambre des représentants. En attendant, si la prestation de Zuckerberg n’a pas apporté de lumières, elle a semble-t-il suffi aux milieux financiers : le cours de l’action Facebook a bondi de 4.5 % pendant l’audition au Sénat.
 
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
La fin de la vie privée ?

Le scandale Cambridge Analytica a fait découvrir à des utilisateurs ahuris que Facebook collecte et partage bien au-delà du nécessaire, les petits secrets de nos vies numériques. Répondant à l’appel...