Société de l'information

Comment résister au mal du siècle : la malnutrition informationnelle ?

malnutrition informationnelle
Indispensable au bon fonctionnement de nos sociétés et à leur compréhension, l'information est également un produit de consommation. Inscrite dans un marché de l'offre et de la demande, elle s'éloigne parfois de son but premier pour détourner l'attention de consommateurs de plus en plus demandeurs de contenus sensationnels. Réussir à bien s'informer est devenu aussi compliqué que bien manger. Pour parvenir à maitriser la complexité du monde dans lequel on vit, les sciences de l'information vont devoir être vulgarisées et généralisées pour faire converger consommateur et producteurs vers une information plus saine.
En attendant, lisez UP’, vous serez sûr de ne pas souffrir de malnutrition informationnelle !
 
« Pour votre santé mentale, prenez du recul : informez-vous avec modération. » Verra-t-on un jour ce type de mention légale figurer sur nos différents canaux ? Chaines d'informations en continue, blogs, emails, réseaux sociaux et messageries (Twitter, LinkedIn, Facebook, Twitch, Snapchat, WhatsApp, etc.) auront-ils ainsi le devoir de sensibiliser leur public du danger potentiel qu'ils peuvent représenter ? Il est en effet aujourd'hui indiscutable que, propulsée à haute dose, multiforme et associée à toute une série d'alertes et autres notifications, l'information joue avec notre cerveau et pas toujours de la meilleure des façons. Junk information, déferlante, etc. la question du volume est moins nouvelle que celle de son impact amplifié depuis l'arrivée des smartphones. Selon le Docteur Kardaras, expert américain en addictologie, avec leurs applications à base d'alertes et de récompenses aléatoires les smartphones sont devenus une véritable pompe à dopamine. Ce neuromédiateur du plaisir procure, lorsqu'il est libéré par nos neurones, une sensation de bien-être et d'accoutumance à l'image du sucre consommé, pour le plaisir, en grande quantité dans notre alimentation malgré ses effets catastrophiques sur la santé. La conséquence biologique directe est la mise en sommeil du cortex préfrontal réfléchi et raisonné pour stimuler, là encore, la dopamine. Si on ajoute à cela le manque de temps, on se retrouve avec une grande partie du volume d'informations immédiates consommées comme dans un fast-food. Derrière c'est la création d'une véritable dépendance. On parle désormais de « News Addict ».
 

Résister au tsunami informationnel

Pourtant, face aux transformations, nombreuses et majeures qui opèrent et vont s'amplifier ces prochaines années, l'information joue plus que jamais un rôle prédominant. Dans un contexte où chaque individu subit une sorte d'écartèlement informationnel horizontal par le nombre de sujets à suivre et vertical, par le volume, chacun doit pourtant parvenir à assimiler les changements d'un monde complexe pour se projeter :
 
Quelle sera ma place dans la société de demain ?
Quelles sont les compétences à acquérir ?
Comment repenser mon business model ?
 
Désorientés, déstabilisés par le fait que tout soit remis en cause (définition et sens du travail, de la famille, des croyances, impacts technologiques et climatiques) beaucoup se sentent emportés par un tsunami qui requerrait un temps considérable pour tout lire et tout assimiler. En 2011, dans son ouvrage intitulé « A-t-on encore besoin des journalistes ? Manifeste pour un « journalisme augmenté », Eric Scherer, Directeur de la Prospective France Télévision écrivait déjà que « Le pouvoir des journalistes sera moins dans la production d'information que dans une mission indispensable de filtre du tsunami informationnel mondial ». Quand on sait que l'humanité produit aujourd'hui autant d'information en deux jours qu'elle ne l'a fait en deux millions d'années, les risques de manipulation et, in fine, de mise en danger de nos démocraties sont démultipliés. Il apparait urgent de se mettre en ordre de marche pour parvenir à naviguer dans les eaux complexes de la décennie à venir. Pour autant nous disposons de moins en moins de temps pour nous informer et ce temps disponible est trop souvent inondé par des informations à faible valeur ajoutée.
 

Solliciter l'IA comme Auxiliaire d'Information ?

Pour l'humain, de façon générale, vient s'ajouter une forme de compétition avec l'intelligence artificielle et cette crainte d'être dépassé. Paradoxalement, pour être en mesure de maitriser la complexité du monde dans lequel on vit et la difficulté d'être bien informé, l'IA peut devenir un véritable allié. Conscients du risque de laisser progressivement une machine penser à notre place, certains, comme Joël de Rosnay, auteur de « La symphonie du vivant », préfèrent parler d'IA en termes d'Intelligence Auxiliaire.
Citigroup, par exemple, explore actuellement l'utilisation de Watson d'IBM pour gérer la masse de publications financières, comme les 9 000 pages de données produites quotidiennement par l'agence Reuters. Dans cet esprit, l'IA pourrait même être envisagée pour dépister les Fake News. Il faudra malgré tout apprendre à déjouer nos propres biais cognitifs en connaissant leurs mécaniques mentales pour sortir de nos bulles de valeurs et de croyances. Il s'agit là d'une première étape pour contrecarrer les techniques d'influence et de manipulation qui cherchent à tromper notre cerveau. Pour Etienne Klein, physicien et philosophe des sciences, « nous préférons le bien-être à la vérité : plutôt que d'aimer la vérité parce qu'elle est la vérité, nous déclarons vraies les idées que nous aimons. Qu'elles soient vraies ou fausses, peu nous importe : nous voulons simplement qu'elles nous fassent du bien à l'âme. »
 

Adopter une hygiène mentale face à l'information

Il est urgent de nous interroger sur le temps dont nous disposons pour nous informer et ce que nous en faisons. Se laisse-t-on porter par ce flot de communication subit ou savons-nous en tirer parti ? Etienne Klein compare cette déferlante, lorsqu'elle est subie, à une crise épileptique durant laquelle chaque neurone échange avec tous les autres des informations à faible valeur ajoutée, alors qu'en temps normal, un neurone ne communique de l'information pertinente qu'à 10 000 autres neurones maximum. Il faut s'inviter collectivement et individuellement à poser des bases solides pour maitriser la manière dont nous souhaitons nous informer. Avec quoi nous voulons nourrir notre cerveau et quelles démarches mettre en place pour atteindre nos différents objectifs : évolution ou réorientation professionnelle, définition de la stratégie d'une entreprise, choix politiques, appropriation des nouvelles technologies, anticipation des transformations générant risques et opportunités, etc. Pour cela, il existe des techniques issues des sciences de l'information et des outils pour se mettre en ordre de marche. Mais la prise de conscience et la volonté restent les clés principales. Pour bien utiliser les outils, il faut d'abord s'intéresser aux fondamentaux, développer les bons réflexes, définir ses objectifs et démocratiser les sciences de l'information pour rendre l'humain plus résiliant. Il est urgent de former et d'enseigner les bons réflexes dans les écoles, lycées, entreprises, etc. Comment devenir citoyen d'une société qu'on ne comprendrait pas ? En ce sens, au niveau de l'éducation, les sciences de l'information doivent s'inviter dans les écoles dès le plus jeune âge. À ce titre l'association d'origine québécoise, « Les petits débrouillards » est un bon exemple du genre. Également implantée et très active en France, cette association sensibilise aux sciences dans les établissements sur les temps extra scolaires grâce à un réseau de 2 000 bénévoles, 700 000 enfants et jeunes bénéficient chaque année de ces activités. Les sciences de l'information y sont notamment abordées de manière ludique pour apprendre à déjouer les biais cognitifs, les fake news et autres techniques de manipulation.
 

Contribuons aux #NewsForGood !

Alors, dans un contexte où la tendance est au bien manger et à la valorisation d'une hygiène de vie plus saine, nous pourrions tout naturellement imaginer que le renforcement et l'entretien de notre esprit critique et prospectif aille également de soi. Tout comme les nouvelles technologies ont récemment eu leur sommet « Tech For Good » pour miser sur leurs bienfaits, initions une démarche « News For Good » pour encourager l'information positive à valeur ajoutée et qualifiée. Comme nous l'avons constaté avec l'hygiène alimentaire, quand les consommateurs prennent conscience et modifient leurs comportements, alors les industriels s'adaptent pour répondre à la demande. Il en va de même pour les médias, apprenons d'abord à aimer bien s'informer et la qualité des informations produites n'en sera que meilleure. En favorisant, par exemple, la prise de recul et les bonnes nouvelles, nous pourrions enfin sortir de la boucle infernale des informations négatives à faible valeur ajoutée pour retrouver l'optimisme, stimuler l'envie d'agir et saisir les nombreuses opportunités qui s'offrent à chacun d'entre nous ! Trois ans après le succès de son documentaire « Demain », Cyril Dion vient d'ailleurs de diffuser la suite « Après demain » montrant l'impact significatif que peuvent avoir les News For Good. Individuellement et collectivement, remettons en question notre façon de s'informer et soyons exigeants ! Comme le disait sagement Gandhi : « Vous devez être le changement que vous voulez voir dans ce monde. »
 
Mickaël Réault, chroniqueur invité, dirigeant-fondateur de Sindup
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Comment Facebook pousse à "liker" un génocide

Le réseau social Facebook fêtait ses 15 ans le 4 février. Le rôle de la plateforme dans la propagation de discours de haine a suscité beaucoup de débats récemment. Au cœur de la controverse se...

Faut-il continuer à utiliser Facebook ?

Ces derniers temps, Facebook est devenu aussi clivant que l’art moderne : on aime ou déteste. Certains d’entre nous s’en serviront aveuglément et inconditionnellement au quotidien pour publier des...

Les lanceurs d'alerte ont enfin leur Maison

Parce que les lanceurs d’alerte sont les vigies de notre démocratie et qu’il est de notre devoir de les protéger, un collectif de 17 organisations initié par Transparency France et Sciences...

Décoder l'info - Comment décrypter les fake news ?

Décoder l'info - Comment décrypter les fake news ? de Caroline Faillet - Editions Bréal, 16 Octobre 2018 - 120 Pages   Trop d'infos tuent-elles l'info ? Dans une société de l'infobésité, le paradoxe est...