Mutations sociales et nouvelles solidarités

Un milliard d’ « invisibles » et des centaines de millions d’enfants fantômes dans le monde

Identification numérique
Ils sont très exactement 1.102.894.146. Plus d’un milliard de personnes sont sans identité dans le monde. Un terrien sur sept ! C’est ce que révèlent les statistiques de la Banque mondiale. Ils vivent essentiellement en Afrique et en Asie et plus d'un tiers sont des enfants dont la naissance n'a pas été enregistrée.
 
Le problème est particulièrement criant dans les zones géographiques touchées par la pauvreté, la discrimination, les épidémies ou les conflits armés. "Les causes sont multiples", souligne à l’AFP Vyjayanti Desai, qui dirige l'ID4D, le programme Identification for development de la Banque mondiale. Dans les pays en développement, dit-elle, l'une des principales raisons est la distance séparant les personnes des services de l'État. C'est par exemple un obstacle majeur pour les populations d'Amazonie, poursuit Carolina Trivelli, ancienne ministre du Développement du Pérou et membre du conseil d'ID4D. "Il faut cinq jours de bateau pour atteindre un service administratif", dit-elle.
 
En outre, les familles ne sont souvent tout simplement pas informées de l'importance de l'enregistrement à la naissance et des conséquences en cas de non-enregistrement comme en Somalie, au Liberia ou en Éthiopie. Et quand elles sont conscientes de la nécessité de déclarer une naissance, "le coût peut être rédhibitoire" pour des familles déjà très pauvres, commente Anne-Sophie Lois, représentante aux Nations unies et directrice à Genève de l'organisation d'aide à l'enfance Plan International.
 
230 millions d’enfants ne sont enregistrés nulle part à la naissance : ni acte ni certificat qui spécifie la date, le lieu de naissance et la nationalité. C’est un enfant sur cinq qui naît sans certificat et plus d’un tiers (35 %) qui n’a aucune existence officielle.
Dès la naissance, son droit le plus fondamental, celui d’être officiellement reconnu par l’État est bafoué (Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 et pacte international relatif aux droits civils et politiques de l’ONU).
 
Du coup, des millions d'enfants d'Afrique ou d'Asie n'ont, au mieux, leur premier contact avec l'administration que lorsqu'ils sont en âge d'aller à l'école. Or "les certificats de naissance sont souvent nécessaires pour s’inscrire à l'école ou passer un examen", commente Mme Lois. Par l'absence d'un simple papier officiel, les enfants concernés n'ont pas accès aux services de base comme l'éducation, la santé ou la sécurité sociale. Une privation qui se poursuit à l'âge adulte.
 
Le climat politique dissuade aussi de nombreuses familles d'accepter d'être officiellement identifiées.
"En raison de conflits entre ethnies, elles redoutent d'être identifiées comme appartenant à telle ou telle ethnie dans la mesure où des gouvernements ont --et c'est triste-- des préférences pour certains groupes" au détriment des autres, relate Mme Trivelli.
Dans de nombreux pays, les naissances hors mariages ou consécutives à un viol sont, elles aussi, volontairement dissimulées par crainte de discriminations.
 
En Chine, l'absence d'enregistrement à la naissance a longtemps été, là aussi, délibérée en raison de la politique de l'enfant unique, pour éviter des sanctions. Selon Le Figaro, comme des millions de «Heihu», les enfants «noirs», projetés dans un univers kafkaïen parce qu'ils sont nés en dehors du plan, n’attendent pas de miracles du récent assouplissement de la politique de planning familial. Celui-ci autorise pourtant désormais tous les Chinois à avoir un second enfant.
 
Or au-delà de ne pouvoir aller à l'école, ces enfants sont en proie à toutes sortes de violences : du travail forcé pour les garçons au mariage précoce pour les filles, dénonce depuis longtemps l'Unicef qui avait publié un rapport en 2013.
Ces enfants se retrouvent aussi dans les trafics d'êtres humains, ajoute Mme Lois, "sans que les autorités ne s'aperçoivent de leur disparition".

Le numérique pour lutter contre ce fléau

Pour ces centaines de millions d’« invisibles », les conséquences sont dramatiques : Sans identification
officielle, une personne ne peut pas avoir accès aux soins de santé (assurance santé, vaccinations, soins maternels), aux droits politiques et légaux (voter, remplir une pétition, accéder à la propriété ou recevoir un héritage), aux bénéfices sociaux (bons alimentaires, pensions ou transferts d’argent), à l’égalité de genre (prévention contre les mariages précoces) aux migrations (traverser une frontière en sécurité et légalement, demander l’asile), aux services financiers (ouvrir un compte bancaire ou obtenir un capital ou un crédit).
 
 
Pour combattre ce fléau, les organisations travaillent patiemment sur le terrain à l'identification de ces personnes "invisibles". Et les technologies numériques sont un formidable coup de pouce pour "fournir des documents légaux et produire des statistiques complètes et précises", souligne Mme Lois.
 
Carolina Trivelli observe en outre que l'évolution de la technologie, en particulier sa miniaturisation, permet aux services de l'État et aux organisations d'aller vers les populations pour procéder à l'enregistrement de leurs données biométriques sur le terrain à l'aide de minuscules boitiers.
 
L’organisation Plan International, qui a lancé il y a une dizaine d'années une campagne intitulée "Chaque enfant compte", a contribué à l'enregistrement de plus de 40 millions d'enfants dans 32 pays. Elle a développé une stratégie via une application mobile : les chefs de villages peuvent télécharger une application pour notifier l'état civil des naissances et des décès dans leur village. "Les systèmes de déclaration des naissances ne donnent pas seulement une identité légale aux enfants, ils fournissent aux gouvernements une source continue de données. Ce qui leur permet d'organiser des plans de manière efficace comme des programmes de vaccination ou d'éducation".
 
La Banque mondiale reconnaît toutefois que les systèmes d'identification centralisés peuvent exposer des groupes vulnérables à des risques en cas d'utilisation inadéquate de leurs données. "Nous sommes très prudents. Mettre en place un cadre législatif pour protéger la vie privée et les données personnelles est essentielle", conclut Vyjayanti Desai.

Lire le rapport de la Banque mondiale sur les principes d’identification à l’âge du digital

 
 
Sources : AFP, World Bank, Plan International
 

 

Articles en relation
TESLA : Uploading the future

Elon Musk, entrepreneur archétypal de la Silicon Valley, taillé pour un blockbuster des studios Marvel, croit pouvoir changer le monde et résoudre ses problèmes fondamentaux. Certaines de ses...

Peut-on casser l'internet ?

Des incidents spectaculaires, comme la panne résultant de l’attaque contre Dyn le 21 octobre 2016, mènent parfois certains à penser qu’il est possible de casser l’Internet, c’est-à-dire...

Quand la Cyber Sécurité devient un enjeu politique

Pas une semaine ne se passe sans qu’un événement « Cyber » ne fasse la une des journaux. Que ce soit à travers des actes de rançonnage, de fuites d’informations massives, de tentative d’influence...