Mutations sociales et nouvelles solidarités

Pour ne pas la voir tomber entre les mains d’oligarques, des habitants rachètent leur île.

Ulva
La petite île d’Ulva, perle d’Ecosse aux plages immaculées, a été rachetée par cinq de ses six habitants qui craignaient de la voir tomber entre les mains de magnats venus de Russie ou du Moyen-Orient, a annoncé vendredi une organisation locale.
 
L’annonce avait fait rêver plus d’un. À vendre : île d’Ecosse, une vingtaine de km2, avec un manoir et une douzaine de propriétés, des menhirs de basalte, des plages, des paysages à couper le souffle, aucune route goudronnée, éloignée de la société de consommation (pas de pubs ni de magasins) mais riche de homards, langoustines et crabes dans ses eaux côtières.
 
 
Ulva avait été mise en vente en juillet dernier par le sixième habitant de l’île, membre d’une famille aristocratique à laquelle elle appartenait depuis des décennies. Ses cinq autres occupants, regroupés au sein d’une organisation locale, ont pu la racheter en profitant d’une loi octroyant aux communautés locales un droit de préemption.
 
Mise en vente pour 4,25 millions de livres (4,77 millions d’euros), l’île a été rachetée « à un prix fixé par une évaluation indépendante commandée par le gouvernement écossais », indique dans un communiqué la petite organisation qui a pu réunir les fonds grâce à une subvention du gouvernement écossais et aux contributions de 500 personnes.
 
Lors de sa mise en vente, le propriétaire, Jamie Howard, l’avait décrite comme « l’une des plus belles îles privées d’Europe du nord », attirant des magnats étrangers, et les insulaires avaient alors craint d’être expulsés.
 
Avec sa vue sur la montagne Ben More et la spectaculaire cascade Eas Fors de l’île voisine de Mull, Ulva est de fait un endroit idyllique. A son apogée, l’île comptait plus de 800 habitants. Son déclin a commencé au XVIIe siècle, lorsque les propriétaires terriens ont évincé en masse les agriculteurs des Highlands pour transformer leurs champs en pâturages pour moutons. Bon nombre sont alors partis pour l’Australie. Le plus célèbre fils d’Ulva, Lachlan MacQuarie, fut le dernier gouverneur colonial de la Nouvelle-Galles-du-Sud.
 
Désormais propriétaire de l’île, l’organisation s’est engagée à œuvrer pour son « développement social et économique » et son « repeuplement ».
 
Source AFP
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

 

Articles en relation
L'économie circulaire à la mode

L’industrie textile est la deuxième industrie la plus polluante au monde. Les solutions de recyclage existantes ne suffisent pas à résoudre les problématiques soulevées par la gestion des ressources...

Créer une île verte à Paris

Face au réchauffement climatique amplifié par l’emballement de l’urbanisation et des transports, l’Ile-de-France ressent le besoin vital de plusieurs larges îlots de fraîcheur ; il est encore...