Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

ezratty

Les français de la TV connectée

Commencez

Cet article est une mise en bouche. Je lance une série sur l’écosystème des socié­tés fran­çaises de la TV connec­tée. Elle fait écho au livre blanc sur les oppor­tu­ni­tés de la TV numé­rique publié en mai 2009, à cette stra­té­gie euro­péenne de la TV connec­tée et à d’autres articles sur la TV connec­tée (sur Apple, sur Google, sur HbbTV) sans comp­ter mes divers Rap­ports du CES.

Je vais me foca­li­ser sur les star­tups et entre­prises établies du sec­teur des TV connec­tées, que ce soit dans le déve­lop­pe­ment d’applications pour les TV des construc­teurs, pour les set-top-boxes des FAI en mode IPTV, voire pour celles qui ciblent les autres écrans et notam­ment les tablettes.

Pour­quoi cette revue de détail ?

Le monde de la télé­vi­sion est un sec­teur du numé­rique en plein bou­le­ver­se­ment. Ce sec­teur est por­teur d’enjeux non seule­ment tech­no­lo­giques, mais aussi poli­tiques et de régu­la­tion. Au même titre que dans le cinéma ou la photo numé­rique, l’écosystème des star­tups des métiers de l’image est flo­ris­sant et pas­sion­nant. Il n’y a pas que les réseaux sociaux, la mobi­lité et le e-commerce dans la vie ! Les 100 et quelques expo­sants fran­çais de l’IBC sont là pour en attes­ter ! Et puis, c’est enfin l’un de mes centres d’intérêt et d’activité.

Je vais cou­vrir ces socié­tés par une série d’une cin­quan­taine d’articles qui sera étalée sur plu­sieurs mois si ce n’est années. Une fois la série ter­mi­née, j’en pro­dui­rai pro­ba­ble­ment un recueil. Il est pro­bable que je décou­vri­rai d’autres star­tups au fil de l’eau pen­dant la publi­ca­tion de cette série d’articles ! Vous êtes les bienvenus !

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Caté­go­ries de socié­tés étudiées

Dans cette série, nous trai­te­rons des domaines suivants :

– Le déve­lop­pe­ment d’appli­ca­tions mul­tié­crans avec notam­ment Wiz­Tivi, Hubee, Josh­Fire et DotS­creen. Ces socié­tés ont connu un fort déve­lop­pe­ment depuis trois ans avec l’apparition des TV connec­tées de grands construc­teurs comme Sam­sung, LG Elec­tro­nics, Sony et autres. Mais elles tra­vaillent aussi pour les FAI et ciblent égale­ment les smart­phones et tablettes deve­nus incon­tour­nables dans l’expérience télévisuelle.

– Le conseil, le ser­vice et l’ingénierie avec Altran, ATOS World­line, C2M, Visi­ware, Mediatv­com, Pixa­gi­lity et DVMR. Ils sont moins connus mais emploient des cen­taines de per­sonnes et déve­loppent des appli­ca­tions et infra­struc­tures clés comme nous l’avons vu dans le cas de Mes­Ser­vi­cesTV et de C’est dans l’Air.

– La déliéa­ri­sa­tion, la reli­néa­ri­sa­tion de conte­nus et la VOD avec Cognik, PlayTV, Recatch, Fair­Play TV, Spi­deo, Ever­dig, Plizy et Dai­ly­Mo­tion. Au-delà des solu­tions de VOD se sont créées des socié­tés qui reli­néa­risent de manière ori­gi­nale des conte­nus thé­ma­tiques et font de la recom­man­da­tion à la volée. S’y intègrent des solu­tions de recom­man­da­tion de contenus.

– La social TV avec devantlatele.com, Tele­quid, Seen­talk, WebTV Inter­ac­tive, Ren­dez­VousTV, Par­lons TV, Plan­ning TV, Web­CastS­tory avec divers moyens d’implication des télé­spec­ta­teurs autour de la consom­ma­tion de TV, le plus sou­vent à par­tir du « second écran ». Et aussi les moyens de mesure asso­ciés, comme ceux de Mesagraph.

– Le midd­le­ware avec Wyplay, Net­gem, Via­neos, AWOX, Sof­tA­tHome et Tech­ni­co­lor, qui sont des socié­tés ciblant le mar­ché des opé­ra­teurs télé­com, notam­ment dans l’IPTV. Leur midd­le­ware devient multi-écrans, ils adoptent des archi­tec­tures cloud, et encore plus que les autres, se déve­loppent à l’international.

– L’infra­struc­ture avec notam­ment Ateme, Dalet, Ego­no­cast, HTTV, Powe­dia, SGT, Sti­cky Ads TV, B-Stream, Advi­deum, Tech­ni­co­lor, Cedexis et Witbe. Elles sont moins visibles car elles opèrent dans les couches basses, dans la pro­duc­tion, la dif­fu­sion des conte­nus, la ges­tion de la publi­cité ou la qua­lité de ser­vice mais elles jouent toutes un rôle inté­res­sant dans l’alimentation des TV connec­tées et set-top-boxes des FAI.

– Le maté­riel avec Sagem­com, Net­gem et AWOX qui nous ramènent comme le midd­le­ware au mar­ché des FAI et/ou des solu­tions « over the top ».

tvconnectee

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Vous êtes un mal­heu­reux oublié de ce pano­rama ? Envoyez-moi un mail (olivier@oezratty.net) et je vous y intègrerai.

Orga­ni­sa­tion du mar­ché de la TV connectée

Le mar­ché de la TV est en pleine muta­tion. Les oppor­tu­ni­tés sont cer­taines mais pas évidentes à évaluer. Une grande incer­ti­tude per­siste notam­ment au sujet de l’énorme frag­men­ta­tion tech­no­lo­gique du mar­ché. C’est le propre d’un mar­ché à même de géné­rer des inno­va­tions de rup­ture. Un peu comme le PC avant l’arrivée de l’IBM PC 1981 (sans rap­port avec l’élection de Fran­çois Mitterrand).

Côté appli­ca­tions, le mar­ché pâtit du manque de stan­dards de déve­lop­pe­ment logi­ciel. Les pla­te­formes sont très frag­men­tées. Pour les TV connec­tées, on déve­loppe selon les cas avec le web­kit, en Javas­cript et CE HTML, avec HbbTV et ses évolu­tions à venir voire en Java. Les TV n’ont pas toutes un navi­ga­teur web en local et lorsqu’elles en ont un, le niveau d’interactivité et de per­for­mance est très variable. Qui plus est, les pla­te­formes des box des FAI son toutes pro­prié­taires. Consé­quence, le mar­ché de la TV connec­tée est pour l’instant très local et com­posé de petits acteurs. Le plus gros acteur spé­cia­lisé fait moins de 100 per­sonnes (Wiz­Tivi) à com­pa­rer au lea­der mon­dial du logi­ciel de la pay-TV, NDS (acquis par Cisco), et ses 4500 col­la­bo­ra­teurs dont envi­ron 350 en France.

Le busi­ness model des socié­tés du sec­teur oscille entre créa­tion de pla­te­forme et ser­vice outillé, même si dans ce der­nier cas, cer­tains arrivent à bâtir des sources de reve­nus récur­rentes. On trouve cepen­dant quelques pla­te­formes inté­res­santes et pro­met­teuses qui ont un poten­tiel de déve­lop­pe­ment hors de France. Mal­gré tout, la dif­fé­ren­tia­tion et les bar­rières à l’entrée ne sont pas tou­jours évidentes dans la mesure où un grand nombre de com­po­sants logi­ciels relèvent de la com­mo­dité. Par ailleurs, la plu­part des socié­tés tech­no­lo­giques fran­çaises du sec­teur ont des concur­rents inter­na­tio­naux en nombre, cha­cun étant bien implanté dans son mar­ché d’origine. Cela rap­pelle que dans le numé­rique, le mar­ché se glo­ba­lise par les tech­no­lo­gies de pla­te­formes, et pas par les services.

L’impératif stra­té­gique de ces socié­tés est très sou­vent de com­men­cer par réus­sir sur le mar­ché fran­çais. L’international vient ensuite, mais mal­heu­reu­se­ment pas assez sou­vent, faute d’un décol­lage suf­fi­sant en France. Ceux qui décollent à l’international ont une approche « pro­duit et pla­te­forme ». Les approches de ser­vice outillé ne sont en effet pas sca­lable. Les grands clients ont ten­dance à tirer leurs four­nis­seurs vers ce sta­tut de société de ser­vice. Soit parce qu’ils sou­haitent mai­tri­ser eux-mêmes les tech­no­lo­gies clés de leurs offres, soit parce qu’ils consomment une grande par­tie de la bande pas­sante de ces star­tups, au détri­ment de la créa­tion d’une offre pro­duit solide. Je ne donne pas de noms mais ils se recon­nai­tront. Dans le sec­teur flo­ris­sant du multi-écrans, les clients ont des bud­gets assez limi­tés car les audiences ne sont pas tou­jours au rendez-vous. Les solu­tions de TV connec­tées relèvent en effet encore d’une approche encore expé­ri­men­tale car les usages et le mar­ché est encore en devenir.

Ce mar­ché frag­menté est pro­ba­ble­ment des­tiné à se conso­li­der. C’en est même un impé­ra­tif pour la sur­vie de cer­tains de ses acteurs. Sans atteindre celle du lea­der NDS, récem­ment acquis par Cisco, une taille cri­tique est néces­saire pour que les acteurs fran­çais apportent des solu­tions assez com­plètes à leurs clients, dis­posent de res­sources pour finan­cer leur R&D « pro­duit » et enfin, sur­tout, pour leur per­mettre d’investir dans le déve­lop­pe­ment com­mer­cial à l’international. Qui peut faire du Mec­cano dans ce sec­teur ? L’Etat ? Pas évident, même s’il dis­pose du FSI pour éven­tuel­le­ment mettre sa patte dans la struc­ture indus­trielle du mar­ché. Des fonds d’investissement pri­vés ? Oui, pour­quoi pas. Der­nier scé­na­rio viable : les entre­prises du sec­teur elles-mêmes, qui lan­ce­raient d’abord des alliances, puis des offres conjointes, pour abou­tir enfin à des fusions/acquisitions. Even­tuel­le­ment aidés par les pré­cé­dents en cas de besoin de recapitalisation.

L’autre carac­té­ris­tique de ce mar­ché concerne l’emploi. Le déve­lop­pe­ment logi­ciel dans l’univers des TV connecté est encore plus spé­cia­lisé que le déve­lop­pe­ment sur mobiles ou tablettes, même s’il s’appuie majo­ri­tai­re­ment sur des tech­no­lo­gies de type web. Il est assez dif­fi­cile de trou­ver des déve­lop­peurs poin­tus. Ce qui donne de belles oppor­tu­ni­tés pour les déve­lop­peurs inté­res­sés par l’univers de la vidéo et de la télévision !

La période du quin­quen­nat de Nico­las Sar­kozy a été mar­quée par l’émergence à grande échelle des réseaux sociaux (Face­book, Twit­ter), des smart­phones (iPhone lancé en 2007) puis des tablettes (iPad lancé en 2010). On a été pen­dant ce temps été bien dis­traits par la loi HADOPI. Certes, la période a aussi vu le déploie­ment et la géné­ra­li­sa­tion de la TNT (démar­rée en 2005, pas­sée en HD en 2009, fin de l’analogique en 2011). Mais la télé­vi­sion connec­tée et sa fusion avec Inter­net n’en est qu’à ses débuts. Le sec­teur de la TV est pro­ba­ble­ment celui qui subira le plus de sou­bre­sauts pen­dant le quin­quen­nat de Fran­çois Hol­lande. Les bou­le­ver­se­ments d’une indus­trie sont comme d’habitude l’occasion pour cer­tains de lever des bar­rières, de se pro­té­ger, et pour d’autres d’innover et de pros­pé­rer. Espé­rons que cette révo­lu­tion per­met­tra à quelques acteurs fran­çais d’émerger, et peut-être sont-ils dans ce pano­rama que nous allons partager !

Et main­te­nant…

Il ne s’agissait ici que de l’apéro avant un long par­cours. Les pre­miers articles de cette série concer­ne­ront les star­tups du déve­lop­pe­ment multi-écrans. Puis, les autres arri­ve­ront un peu dans le désordre au gré de mes dif­fé­rentes ren­contres. Un vaste puzzle en perspective !

Blog Opinions LIbres : http://www.oezratty.net

{jacomment on}

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
cdanslair
Article précédent

France Télévisions continue à innover sur HbbTV

tvconnectee
Prochain article

Les français de la TV connectée : TvTweet

Derniers articles de Archives Médias

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print