Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

hubeetv

Les français de la TV connectée – Hubee

Commencez

Dans le déve­lop­pe­ment d’applications pour les set-top-box et TV connec­tées, on retrouve trois loups blancs dans l’écosystème fran­çais : Wiz­Tivi (déjà vu), DotS­creen (que nous ver­rons bien­tôt) et Hubee, l’objet de cet épisode d’une longue série d’articles en cours sur les acteurs fran­çais de la TV connec­tée (cf le début qui annonce la couleur).

Hubee est un peu plus spé­cia­lisé que ses deux prin­ci­paux concur­rents car il se foca­lise plu­tôt sur les appli­ca­tions de catch-up et de vidéo à la demande. Mais c’est une spé­cia­li­sa­tion toute rela­tive car en matière de TV connec­tée, la catch-up et la VOD sont les pre­miers ser­vices consom­més par les télé­spec­ta­teurs. En tout logique, c’est donc la prio­rité des socié­tés du secteur.

Hubee a en tout cas déve­loppé toute une infra­struc­ture de back-office assez packa­gée pour gérer ces deux types de ser­vices et avec un outillage assez étoffé sur la par­tie ges­tion en backof­fice. Ceci étant, la société est aussi à même de déve­lop­per des appli­ca­tions, des ser­vices et des por­tails de ser­vices dans les envi­ron­ne­ments de TV connec­tées et set-top-box au-delà de la vidéo à la demande et de la catch-up.

fredericpieHubee a été créée par Fré­dé­ric Pie (ci-contre, lors du Col­loque NPA de juin 2012) qui a une longue his­toire dans la vidéo avec la créa­tion de Vodeo en 2004 qu’il a quitté en 2009 lors de sa revente au groupe Le Figaro. C’était et c’est tou­jours un por­tail vidéo spé­cia­lisé dans les docu­men­taires. Ils sont prin­ci­pa­le­ment consom­més sous forme de S-VOD (8€ par mois) et sur micro-ordinateur. Hubee a été créé en 2009 en conser­vant les actifs tech­niques de Vodeo, à savoir la pla­te­forme de vidéo à la demande qui en était la souche. Hubee a ensuite opéré le ser­vice Vodeo pen­dant quatre ans.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Com­pre­nant une ving­taine de collaborateurs, la société tra­vaille sur­tout sur les pla­te­formes des FAI fran­çais, Bouygues Télé­com et Free en pre­mier, sur les pla­te­formes web stan­dards et puis sur les TV connec­tées et notam­ment Sam­sung et LG Elec­tro­nics, les deux lea­ders du mar­ché en France.

Le cœur de la boîte à outils de Hubee per­met de conso­li­der des conte­nus d’origine et de qua­lité tech­nique variée, de les orga­ni­ser puis de les valo­ri­ser par la dif­fu­sion et la vente en mode multi-écrans : web, FAI, TV connec­tées et tablettes et en mode multicanal.

La pla­te­forme

L’offre de Hubee s’articule autour d’une pla­te­forme tech­nique de dis­tri­bu­tion et de valo­ri­sa­tion de conte­nus vidéo. Elle se décline d’une part sur la VOD (payante) et de l’autre sur la cat­chup (finan­cée par la publi­cité). Et elle est com­plé­tée de l’outillage pour inté­grer de la publi­cité. Le tout étant adap­table aux dif­fé­rents écrans de l’univers de la TV connec­tée, que l’on pour­rait appe­ler « l’expérience télé­vi­suelle connec­tée » qui va de la TV aux smart­phones et tablettes en pas­sant par les PC et les box des opérateurs.

Voici les grandes briques de la pla­te­forme de catch-up (cf schéma ci-dessous) qui se connectent aux dif­fé­rentes briques exis­tantes des clients pro­fes­sion­nels (chaines TV en amont, FAI en aval, sachant que nombre de ser­vices de catch-up sont « over the top », c’est-à-dire qu’ils ne sont pas gérés par les FAI) :

Le Media Assets Mana­ge­ment (MAM) où sont gérés les conte­nus média et notam­ment leur conver­sion en entrée dans un for­mat dit « pivot » com­mun et en sor­tie, dans les for­mats des­ti­nés aux tuyaux et ter­mi­naux cibles. Ils sont ensuite sto­ckés. Chez Hubee, le trans­co­dage est réa­lisé par des pres­ta­taires externes spé­cia­li­sés comme Cognac Jay Image, une filiale de TDF dont nous avions parlé dans l’épisode pré­cé­dent et deux autres fran­çais, PixA­gi­lity et DVMR). Cer­tains for­mats sont des­ti­nés au strea­ming, d’autres au télé­char­ge­ment. Ce pro­ces­sus qui peut inté­grer la récu­pé­ra­tion de sup­ports phy­siques (cas­settes Beta­num, etc) res­semble au ser­vice d’ingestion que nous avions décou­vert chez M6 en 2011.

Le Content Mana­ge­ment Sys­tem (CMS) qui traite des don­nées de ges­tion des conte­nus, les méta­don­nées (titres, des­crip­tion, langues) et aussi les droits d’usage (ces conte­nus seront dis­po­nibles sur quels écrans et à quels moments) qui condi­tion­ne­ront leur dif­fu­sion. C’est à ce niveau que sont conso­li­dées et pré­sen­tées les don­nées sta­tis­tiques de vente et de consom­ma­tion des conte­nus selon les tuyaux et écrans. Le CMS est aussi est un ser­veur d’application, mais pour les outils de ges­tion des­ti­nés aux clients de Hubee. C’est à ce niveau que sont défi­nis le prix, le mode de vente, le calen­drier de publi­ca­tion des conte­nus et les pla­te­formes de dis­tri­bu­tion ciblées.

Le ges­tion­naire d’Ad Ser­ver, AdHu­bee, une brique d’intégration de la publi­cité dans les flux vidéos de la catch-up ou de la VOD gra­tuite. Les vidéos des publi­ci­tés suivent un par­cours voi­sin des conte­nus de la catch-up pour être trans­co­dées, sto­ckées et dif­fu­sées. Inter­viennent d’autres acteurs comme les agences médias et les régies publi­ci­taires en ligne telles que celle de l’anglais Video­plaza ou encore du fran­çais Sti­ckyAds TV, une autre star­tup que nous allons creu­ser dans cette série. AdHu­bee se connecte aux Ad ser­vers du mar­ché et inter­prète leurs ordres et gère ensuite les flux de vidéos et don­nées. Les annonces sont inté­grées au flux de ser­vice de catch-up sous forme de publi­cité pré-roll (pub avant le pro­gramme) ou mid-roll (pub au milieu du pro­gramme) aux for­mats et dimen­sions stan­dards de l’IAB (Interet Adver­ti­zing Bureau, une asso­cia­tion pro­fes­sion­nelle qui stan­dar­dise les for­mats de la publi­cité en ligne). Les don­nées sont encap­su­lées dans le for­mat de méta­don­nées Digi­tal Video Ad Ser­ving Tem­plate (VAST) 3.0 lui aussi issu de l’IAB.

Un ser­veur de catch-up qui est en géné­ral ins­tallé chez les FAI. Dans le cas de Free par exemple, ces ser­veurs sont situés dans le data-center de Vitry sur Seine de l’opérateur, que ce soit d’ailleurs pour les ser­vices de Free en tant que FAI, ou pour le compte de tiers en « over the top ». Il peut être relié à des briques externes comme des guides de pro­grammes et des outils de per­son­na­li­sa­tion et de recom­man­da­tion tels que celui de la star­tup fran­çaise Cognik. Dans le cas de la catch-up comme celui de la VOD, la pla­te­forme Hubee est connec­table à plu­sieurs opé­ra­teurs et FAI différents.

Un ou plu­sieurs ser­veurs appli­ca­tifs qui gèrent la couche de pré­sen­ta­tion adap­tée aux dif­fé­rents types d’écrans. Un tel ser­veur doit sup­por­ter deux modes appli­ca­tifs : le « client léger » basés sur les stan­dards du web uti­lisé pour la ver­sion « web – PC », les TV connec­tées et les box, et le mode « appli­ca­tion native », adapté aux pla­te­formes mobiles comme Android (écrit en Java) et iOS (Objec­ti­veC) sachant que le mode client léger peut aussi être uti­lisé dans les appli­ca­tions natives, mais avec une per­for­mance géné­ra­le­ment moindre. Là encore, ce ser­veur est géné­ra­le­ment situés chez un FAI. Dans un cas, le ser­veur gère la couche de pré­sen­ta­tion (en géné­ral, du PHP qui génère de l’HTML cou­plé à du JavaS­cript), dans l’autre, il four­nit des ser­vices web sous forme d’API (appli­ca­tion pro­gram­ming inter­faces) qui sont exploi­tées par les appli­ca­tions natives. Dans les faits, les appli­ca­tions web uti­lisent aussi ces APIs.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Il y a beau y avoir des briques tech­no­lo­giques bien détou­rées dans cette pla­te­forme, elle s’adapte aux nom­breux contextes clients. Elle se relie par exemple aux dif­fé­rents sys­tèmes des chaines TV (en amont) et des opé­ra­teurs télé­coms (en aval).

Hubee décline aussi sa pla­te­forme pour la VOD, avec pas mal d’éléments tech­niques com­muns avec la catch-up, notam­ment pour la par­tie inges­tion et dif­fu­sion des conte­nus qui relève du même prin­cipe même dans un cas, on gère un cata­logue (VOD) et dans un autre (catch-up) un flux broad­cast que l’on déli­néa­rise. C’est dans la ges­tion de cata­logues de conte­nus au niveau CMS et dans la moné­ti­sa­tion que se situent les variantes. La ges­tion est plus lourde côté VOD que catch-up car les conte­nus peuvent pro­ve­nir de cata­logues dif­fé­rents et que l’offre est géné­ra­le­ment bien plus abon­dante que celle de la catch-up qui ne couvre qu’une semaine de dif­fu­sion d’une ou plu­sieurs chaînes de TV. C’est ainsi qu’il faut gérer les outils d’éditorialisation des conte­nus comme l’ajout ou l’édition des des­crip­tifs (image de réfé­rence, résumé, caté­go­ri­sa­tion par genre, tea­ser vidéo, revue de presse, …). L’offre de Hubee intègre un véri­table work­flow métier de ges­tion des droits qui intègre le pro­ces­sus d’acquisition des conte­nus y com­pris la ges­tion des contrats.

Réa­li­sa­tions

Voici main­te­nant diverses réa­li­sa­tions de Hubee construites à par­tir des briques que nous venons de voir :

hubee1– Le por­tail de catch-up de Free qui couvre 48 chaines TV. C’est la fameuse mosaïque de chaine qui per­met ensuite d’ouvrir une appli­ca­tion de catch-up par chaîne, elle-même sou­vent déve­lop­pée par Hubee. C’est ce que l’on pour­rait appe­ler un modèle ver­ti­cal de catch-up, à savoir que le télé­spec­ta­teur doit cher­cher son contenu dans l’application de chaque chaine. Un modèle hori­zon­tal consis­te­rait à pro­po­ser soit un guide de pro­gramme dans le passé (reverse EPG) avec en ligne les chaines et en colonne le temps, soit un moteur de recherche pour faci­li­ter les choses. Soit les deux. En France, on n’en est pas encore là. Les chaines cherchent à pré­ser­ver leur espace aussi bien dans les box des FAIs que sur le web. Ce qui n’empêche pas, cepen­dant, des acteurs hori­zon­taux d’émerger comme PlayTV. Mais seule­ment sur le web, pas encore dans les box des FAI. Un jour peut-être…

– L’application M6 Replay décli­née dans les por­tails de cat­chup des FAI et aussi sur les TV connectées.

– Les appli­ca­tions de VOD ABC­Tek et Dis­ney­Tek – les deux étant dans le même groupe média US, Dis­ney – chez Free qui per­mettent de consom­mer des vidéos de séries TV comme Des­pe­rate Hou­se­wives ou des films ou émis­sions TV de Dis­ney. Avec une par­ti­cu­la­rité : la pos­si­bi­lité de réa­li­ser un achat défi­ni­tif des conte­nus, à savoir que leur licence d’usage est per­pé­tuelle et multi-écrans. Cela passe par un email envoyé avec un lien de télé­char­ge­ment d’une ver­sion Divx pro­té­gée qui est lisible sur plein d’appareils. Ceci mini­mise les couts de dif­fu­sion par rap­port à de la VOD strea­mée qui serait visua­li­sée plu­sieurs fois par le téléspectateur.

– De nom­breux ser­vices de VOD ont été déve­lop­pés par Hubee aussi bien pour les box des opé­ra­teurs que sur les Smart TV de construc­teurs (Sam­sung, etc). On les retrouve ainsi avec l’INA (sur les box de Free et Nume­ri­cable), Fil­moTV (docu­men­taire) sur TV Sam­sung, LG Elec­tro­nics et Phi­lips, MTV (musique) sur TV Phi­lips, Dis­ney­Na­ture sur box Orange et SFR, Mar­mi­ton (recettes de cui­sine), Uni­vers­Ciné (cinéma) chez Free, FHV (cinéma) aussi chez Free. Et aussi, dans le sec­teur de la vidéo pour adultes, avec Dor­cel (et ses 10 marques blanches asso­ciées) sur le web, les box Bouygues Télé­com et Free, et les TV Phi­lips et Pana­so­nic, Pink & Gay sur Free et Hot VOD égale­ment sur Free. S’appuyant sur de la vidéo, on peut aussi citer le ser­vice de coa­ching santé per­son­na­li­sable Coa­ch­Club, qui est dis­po­nible sur les Smart TV de Sam­sung à l’échelle mondiale !

– Les ser­vices de VOD et de catch-up sur PC pour France Télé­vi­sion (Pluzz), Fil­moTV et TCM. Sachant qu’à l’époque de Vodeo, les équipes de Fré­dé­ric Pie avaient aussi tra­vaillé à par­tir de 2005 sur les pla­te­formes de VOD de War­ner, de la FNAC et de TV Monde. Hubee est aussi en train de déve­lop­per la par­tie VOD de Pluzz pour les box des prin­ci­paux opé­ra­teurs et divers construc­teurs de Smart TV après avoir réa­lisé la ver­sion de Free.

– Des ser­vices inter­ac­tifs assez diver­si­fiés avec Le Figaro, Tokup (recherche de ser­vices, star­tup finan­cée par Kima Ven­tures), Forum des images (news et for­ma­tion sur le cinéma) et AuFe­mi­nin TV, des­tiné aux Smart TV de LG Elec­tro­nics, avec le sup­port de leur télé­com­mande gyroscopique.

– L’agrégation de ser­vices pour les FAI et les construc­teurs de TV.

Hubee est der­rière la pla­te­forme de ser­vices des BBox de Bouygues Télé­com avec la ges­tion des chaines en direct, des bou­tiques de VOD et la catch-up.

Hubee a aussi réa­lisé la fonc­tion­na­lité Smar­tRe­play des Smart TV de Sam­sung qui per­met de visua­li­ser la catch-up de quelques chaines TV et des vidéos de ser­vices en ligne qui n’ont pas de canal broad­cast dans la TNT. Cela concerne aussi bien le ser­vice Pluzz de France Télé­vi­sions que celui de France 24, Gulli et BFM TV, mais aussi l’AFP, Le Figaro, Kon­bini (culture pop) et Neo­po­dia (vie pra­tique). L’interface uti­li­sa­teur est homo­gène entre ces dif­fé­rents canaux mais les conte­nus res­tent ver­ti­ca­li­sés dans des silos, comme dans le por­tail de catch-up de Free. Les chaines TV sont bien moins repré­sen­tées que sur le por­tail de catch-up des FAI. D’autres pré­fèrent pro­po­ser leur propre appli­ca­tion native dans le por­tail d’applications du construc­teur voire un ser­vice HbbTV comme pour Arte, NRJ12 et TF1. . France Télé­vi­sions reste cepen­dant celui des broad­cas­ters qui met le plus d’œufs dans des paniers dif­fé­rents dans la TV connec­tée avec à la fois une appli­ca­tion HbbTV (source Wiz­Tivi, mais limi­tée à C’est dans l’Air pour la catch-up pour l’instant), la catch-up via Smar­tRe­play (dans le cas de Sam­sung) et dans deux appli­ca­tions natives. De quoi y perdre un peu son latin pour ce qui est du téléspectateur !

Hubee a déve­loppé une ving­taine de ser­vices pour les TV connec­tées de LG Elec­tro­nics, lan­cés en sep­tembre 2011, ainsi que pour Phi­lips égale­ment pour leurs TV connec­tées. Enfin, ont aussi été au menu quelques ser­vices pour Toshiba Places avec la plate-forme tech­no­lo­gique de Wiz­tivi, une forme de « coopé­ti­tion ». Avec pour com­men­cer Chro­no­resto, un ser­vice de com­mande de repas (Pizza, sushi) à domi­cile. Et oui, la pizza au bout de la télé­com­mande, ils l’ont fait ! Il y a aussi Jeuvideo.com (groupe Hi-Media) et aussi maTVPratique.com, un ser­vice de vidéos pour la vie pra­tique avec un cata­logue de 8500 vidéos courtes dont nous retrou­ve­rons l’un des fon­da­teurs, Oli­vier Regri­gny, dans une autre star­tup de ce pano­rama, eJeed, l’activité maTV­Pra­tique fai­sant main­te­nant dans le groupe Prisma Presse.

Lire la suite de l’article sur le blog d’Olivier – Opinions libres

{jacomment on}

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
revuem3
Article précédent

Découverte de la revue M3

adionomy
Prochain article

Adionomy : lancement d'une nouvelle régie dans le monde de la radio digitale

Derniers articles de Archives Médias

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print