Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

L’épreuve de faiblesse – Les conséquences géopolitiques du coronavirus, de Bruno Tertrais

Commencez

Face au coronavirus et confinement qu’il entraîne, les éditions Gallimard mettent en ligne gratuitement chaque jour un à deux « Tracts de crise » signés par les grandes plumes de la Maison comme Erik Orsenna, Sylvain Tesson, Cynthia Fleury, Régis Debray ou Danièle Sallenave, afin de réfléchir aux questions que soulève l’épidémie et garder le lien avec le lecteur. 62 titres sont parus à ce jour. UP’ a choisi de vous offrir chaque semaine un extrait d’un texte (ou deux) et auteur sélectionné.


Ce devait être le monde de Blade Runner (1982), dont l’action est censée se dérouler en 2019, ou celui de Soleil vert (1973), qui se passe en 2022. C’est finalement le monde de Contagion (2011) que nous vivons. Quelles en seront les conséquences géopolitiques ? Les grandes crises sont des accélératrices de tendances et celle-ci ne fera pas exception. Comme Stefan Zweig en son temps, nous regretterons sans doute Le Monde d’hier, celui de la liberté de circulation et de découverte : le retour des frontières, déjà bien engagé au cours des années 2010, est cette fois bel et bien là. La peur du virus s’ajoutera à la peur de l’étranger : moins de tourisme, moins d’immigration.

Mais pas plus que la Peste noire n’avait conduit à la fin des échanges par voie maritime, la crise du Covid-19 ne mettra un terme à la mondialisation. Y compris parce qu’une société interconnectée a des avantages pour la gestion des épidémies : alerte et surveillance ; rapatriements ; assistance internationale ; coopération scientifique… Ce ne sera pas la fin de la mondialisation mais de sa version « heureuse ». Le ralentissement de cette mondialisation était déjà en cours : depuis dix ans, le commerce et l’investissement à l’étranger augmentaient moins vite que la production (1). En cause : la crise financière, les catastrophes révélant la vulnérabilité des économies (Japon, 2011), la montée des nationalismes et des protectionnismes, l’évolution technologique (automatisation) et les préoccupations environnementales.

À court terme, les entreprises voudront reconstituer leurs marges et continueront à s’approvisionner en Asie. Mais à moyen terme, on verra les chaînes de valeur se raccourcir et la production just in time déclinera. À Washington et à Pékin, les partisans du « découplage » des économies des deux pays se trouvent renforcés dans leurs positions. Des trois futurs possibles pour le monde de 2030 proposés par la communauté du renseignement américaine en 2017, celui des « Archipels » (monde fragmenté) semble plus probable que ceux des « Orbites » (compétition de puissances) ou des « Communautés » (monde hyper-connecté). Le scénario « Archipels » était d’ailleurs issu, entre autres facteurs… de la « grande pandémie de 2023 ».

Ce changement de paradigme économique s’accompagnera-t-il d’un tournant environnemental ? Devant ce qui est présenté comme un « ultimatum de la nature » (Nicolas Hulot), nombre de militants espèrent que la lutte contre le changement climatique pourra être prise au sérieux après la pandémie actuelle, les gouvernements ayant montré une capacité de mobilisation inédite pour lutter contre elle.

Ce ne sera pas le cas : si le SARS-CoV-2 mobilise autant, c’est parce que ses effets sont immédiats, visibles et tragiques pour les individus et pour les États. En dépit des annonces faites par les dirigeants européens, il est même possible que les préoccupations environnementales deviennent pour un temps relativement secondaires devant l’impératif de relance des appareils productifs. D’autant plus en période de prix très bas du pétrole (moins de 20 dollars au 27 avril).

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

On verra, certes, des avertissements quant aux liens possibles entre les deux. Il existe en effet une crainte récurrente des conséquences épidémiologiques possibles de la fonte des pergélisols, notamment dans la partie septentrionale de la Russie. Mais cette crainte ne semble pas mériter 5 d’inquiétudes excessives : il n’y a guère d’études sérieuses montrant qu’un péril sanitaire grave résulterait de cette fonte. En revanche, l’écologie, au sens premier du terme, pourrait revenir sur le devant de la scène, en particulier la lutte contre la déforestation et la destruction des habitats naturels, que l’on sait partiellement responsables de l’émergence de virus inconnus jusqu’ici.

(1) Le ratio commerce international / Produit intérieur brut (PIB) avait déjà décliné (61 % en 2008, 59 % en 2018), de même que le ratio Investissement direct à l’étranger (IDE) / PIB (3,8 % en 2008, 1,4 % en 2018). Source : Banque mondiale.

LIRE LA SUITE

Bruno Tertrais, « Tracts de crise » n°62 – Gallimard, 30 avril 2020, 12h

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Que faut-il pour réenchanter le chemin ?

Prochain article

Ateliers Médicis : L'Autre·expo [commandes d'œuvres inédites partagées sur le web]

Derniers articles de ARTS & CULTURES AU TEMPS DU CONFINEMENT

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
10 Partages
Partagez10
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print