Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Crises, métaphores et gestion des risques

Commencez

Les métaphores permettent souvent une meilleure compréhension par le plus grand nombre de situations à risques ou de dangers, comme pour le cas de la pandémie de Covid-19. Elles apparaissent dans presque tous les domaines de notre existence, pénétrant même des laboratoires de recherche et jouant un rôle central dans la définition et l’organisation des réalités quotidiennes et scientifiques. Les métaphores ne sont pas un dispositif littéraire optionnel, mais nous permettent plutôt de comprendre et d’expérimenter une chose en fonction d’une autre. Elles concentrent notre attention sur des aspects particuliers d’une chose que nous pourrions autrement négliger et, ce faisant, elles détournent également notre attention d’autres aspects. En orientant et en détournant notre attention, les métaphores nous aident à construire notre perception de la réalité d’une manière particulière, à guider nos actions et sont utilisées pour présenter des questions comme des problèmes et pour évaluer la faisabilité et la pertinence de diverses possibles solutions, notamment en matière de choix politiques. La pandémie de Covid-19 est un parfait exemple, décrite comme un « événement cygne noir ». Or, selon Jeffrey Bohn, de l’Institut Swiss Re, la Covid-19 n’est pas un événement de Black Swan, mais un phénomène complètement différent. 

Le terme « événement du cygne noir » est utilisé par certains pour décrire la pandémie actuelle de COVID-19. Dans un livre perspicace, Metaphors We Live By, les auteurs George Lakoff et Mark Johnson (1) écrivent que les métaphores, bien qu’elles soient initialement utilisées par les gens pour comprendre les circonstances et relier un scénario à un autre, sont souvent en fait un moteur pour l’action, en particulier dans des environnements complexes et incertains. La métaphore elle-même, si elle est reprise et utilisée par un nombre suffisant de personnes, des individus aux entreprises et aux gouvernements, guidera les politiques. Et, dans le cas de métaphores inexactes ou trompeuses, les conséquences peuvent conduire à une politique mal orientée. 

Nous l’avons probablement tous constaté dans notre vie personnelle. Il y a de nombreuses années, lorsque j’étais jeune parent, je croyais qu’élever des enfants était comme travailler le bois tel un menuisier. C’est-à-dire apprendre autant que possible, créer des plans détaillés, appliquer ces plans à vos enfants et en faire des prodiges. La métaphore du « parent charpentier » est naturellement séduisante – le résultat est sous votre contrôle. J’ai rapidement découvert que cette métaphore entraînait des attentes non satisfaites et du ressentiment. Mon propre père m’a remis dans le droit chemin, en me proposant une métaphore plus précise, et même utile : les enfants comme jardin, le parent comme jardinier. Vous fixez les limites et permettez au jardin de se développer comme il le souhaite. De cette façon, les enfants ont plus de chances de trouver le chemin de leur propre épanouissement.

Revenant à la métaphore du « cygne noir » popularisée par l’érudit et ancien négociateur en bourse et analyste des risques, Nassim Taleb, dans son livre de 2007 (3), l’auteur identifie trois attributs à un « événement du cygne noir » :
– Identifié comme un événement aberrant et imprévisible parce que rien dans le passé ne peut indiquer de manière convaincante sa possibilité ;
– A un « impact » extrême ;
– En dépit de leur statut d’anomalie, les analystes concoctent des explications pour les événements après coup, ce qui les rend explicables et prévisibles avec le recul.

Bien entendu, la principale implication de l’utilisation de la métaphore du « cygne noir » est que les dirigeants d’entreprises et les responsables gouvernementaux peuvent éviter de rendre des comptes en prétendant que peu de choses auraient pu être faites pour se préparer à cet événement « imprévisible ». Potentiellement, parce que l’événement est considéré comme imprévisible, les leçons de gestion des risques tirées de la situation ne sont pas intégrées dans les décisions de gestion et les politiques à venir, ce qui rend le monde moins résistant pour nous tous.

L’utilisation du « cygne noir » dans le cas de la pandémie COVID-19 a été de plus en plus contestée par de nombreuses personnes, notamment dans un récent article de Christian Mumenthaler, PDG de Swiss Re, sur son blog.
Une métaphore plus précise de la pandémie de COVID-19 est celle du « rhinocéros gris », décrite par l’analyste politique Michele Wucker dans son livre The Gray Rhino (2016) (4). Explication : un événement lié au « rhinocéros gris » est prévisible et très probable, du moins suffisamment probable, pour que des organisations gérées avec prudence et appliquant une gestion rigoureuse des risques puissent et doivent s’y préparer.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Étant donné que les grands (ré)assureurs passent beaucoup de temps à réfléchir à leurs portefeuilles de risques, ils sont généralement préparés aux « rhinocéros gris ». En fait, les assureurs qui anticipent bien les risques (ayant envisagé des scénarios de pandémie avant que la crise actuelle ne frappe) ont raisonnablement bien résisté aux crises actuelles. Malheureusement, de nombreuses organisations ne sont pas préparées à des événements de type « rhinocéros gris » comme les pandémies, étant donné que l’événement à risque ne se produit pas chaque année. Étant donné le manque de préparation généralisé de certaines entreprises et de certains gouvernements, il semble que le risque de pandémie ait été largement ignoré par les décideurs, même si les épidémiologistes et de nombreux responsables politiques aient prédit sa survenance en fonction d’une série de facteurs observables. Ainsi, nous ne devrions pas appeler cette pandémie un « cygne noir ».

Pendant des années, de nombreuses personnalités ont tiré la sonnette d’alarme en ce qui concerne le risque de pandémie, notamment Bill Gates. Certains gouvernements et entreprises se sont préparés au risque de pandémie en utilisant des analyses de scénarios Perfect-Storm, une autre métaphore utile : ce type d’analyse reflète une convolution de multiples systèmes et processus pour générer des résultats possibles qui peuvent être prévus comme suffisamment probables pour justifier une préparation – même si l’événement n’a jamais été vu auparavant. Si les « rhinocéros gris » sont des événements évidents à haut risque, l’analyse de scénarios de Perfect-Storm peut mettre au jour des résultats moins évidents d’interactions prévisibles.

C’est ici que des analyses de scénarios et des simulations créatives et perspicaces montrent leur valeur. Les scénarios Perfect-Storm qui n’ont pas été expérimentés doivent être inclus dans les exercices de scénario ou de simulation à la lumière des tendances visibles et prévisibles. Ces analyses de scénarios contribuent à la réflexion sur la gestion des risques et à leur prise en compte et devraient ensuite conduire à une meilleure anticipation et à des améliorations dans le calcul de la gestion des risques.

La pandémie COVID-19 est un événement « Gray Rhino » dont les conséquences auraient pu être prévues avec une analyse de scénario de Perfect-Storm bien spécifiée. Si nous persistons à nommer cette pandémie un « cygne noir », il est ainsi facile pour les décideurs d’éviter de rendre des comptes. 

Jeffrey R. Bohn, Directeur recherche et innovation au Swiss Re Institute (SRI)

(1) George Lakoff, et Mark Johnson, Metaphors We Live By, Unversity of Chicago Press : Chicago, 1980
(2) Elisabeth Paté-Cornell, Uncertainties in risk analysis: Six levels of treatment Reliability Engineering and System Safety 54 (1996) 95-111, Elsevier Science Limited, 1996
(3) Nassim Taleb, The Black Swan : The Impact of the Highly Improbable, Penguin Random House : New York, 2007
(4) Michele Wucker, The Gray Rhino : How to Recognize and Act on the Obvious Dangers We Ignore, St. Martin’s Press : New York, 2016

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Membre
bruno.gomart@gmail.com
4 mois

Consultant spécialisé dans la gestion des risques des projets industriels internationaux et intervenant en programmes MBA et E-MBA dans des Business Schools françaises et étrangères, je suis tout à fait d’accord pour dire que le Covid-19 ne peut pas être qualifié de black swan. Trop de indicateurs passés (risk triggers) étaient connus depuis le début des années 2000 avec le SRAS, Ebola. Pire, Bill Gates avait tenu une conférence prémonitoire avec d’excellentes suggestions de pistes de prévention. Le seul cas de black swan qui, à mon sens pourrait être (partiellement) reconnu comme tel serait la catastrophe de Fukushima dont la… Lire la suite »

Pour une économie de la considération
Article précédent

Pour une économie de la considération

Géopolitique : tout a déjà changé, tout va changer encore plus.
Prochain article

Géopolitique : tout a déjà changé, tout va changer encore plus.

Derniers articles de Analyses

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
21 Partages
Partagez21
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print