nanowire

A luminous process is born: flexible nano wires

Start

Deux équipes du CNRS et de l’Université de Strasbourg, menées par Nicolas Giuseppone et Bernard Doudin, ont réussi à fabriquer des fibres plastiques fortement conductrices, de quelques nanomètres d’épaisseur. Ces nano-fils, qui font l’objet d’un brevet déposé par le CNRS, se construisent « tout seuls » sous la seule action d’un flash lumineux ! Peu coûteux à obtenir et faciles à manipuler contrairement aux nanotubes de carbone, ils allient les avantages des deux matériaux utilisés à ce jour pour conduire le courant électrique : les métaux et les polymères organiques plastiques.

Des chimistes du CNRS et de l’Université de Strasbourg ont obtenu des fibres nanométriques conduisant le courant électrique qui sont à fois souples, très légères et capables de s’assembler toutes seules sous l’action de la lumière. Des candidates idéales pour équiper des systèmes ultra miniaturisés dans des équipements souples comme les écrans plats, les nano-circuits imprimés, les cellules solaires, etc..

Pour construire leurs fibres de quelques nanomètres d’épaisseur, Nicolas Giuseppone (Institut Charles Sadron), Bernard Doudin (Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg) et leurs collègues ont travaillé avec des molécules de synthèse, les triarylamines, utilisées dans le procédé de photocopie de Xérox. En modifiant ces molécules, les chimistes français ont constaté qu’elles s’auto-assemblaient dans la solution sous l’action de la lumière. Des fils de quelques centaines de nanomètres (nm) ont ainsi été obtenus par assemblage supramoléculaire.

Allant plus loin, les chercheurs ont placé deux électrodes d’or à 100 nm l’une de l’autre et appliqué un champ électrique. Ils ont observé que les fils se construisent de la même façon entre les deux électrodes et qu’ils ont des propriétés étonnantes. Ces nanofibres très légères et très souples supportent des courants d’une densité élevée (plus de 2.106Ampère/cm2), s’approchant des capacités du cuivre.

En 2010, Nicolas Giuseppone et ses collègues avaient annoncé être parvenus à obtenir pour la première fois des nano-fils en modifiant chimiquement des molécules de synthèse utilisées dans l’industrie pour un processus de photocopie.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Ils avaient également observé qu’à la lumière et en solution, leurs molécules s’empilaient spontanément de manière régulière pour former des fibres miniatures.66

Ces travaux viennent d’être publiés ce 22 avril 2012 dans l’édition en ligne avancée de la revue Nature Chemistry.

Prochaine étape : démontrer que ces fibres peuvent être intégrées industriellement dans des appareils électroniques comme les écrans souples, les cellules solaires, etc. (Source : Nature Chemistry – avril 2012)

Contacts

Nicolas Giuseppone l T 03 88 41 41 66 lgiuseppone@unistra.fr

Bernard Doudin l T 03 88 10 72 39 lbdoudin@ipcms.unistra.fr

{Jacuzzi on}

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
laval virtual2
Previous article

Laval Virtual 2012 ou l'entrée dans l'âge de la défixation

detector
Next article

Optics, a world first: the curved infrared detector

Latest articles from Archives Lab

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print