muscles3d5

Print our muscles and organs in 3D

Start

Imprimer des pièces d’avions et de robots avec une imprimante 3D, c’est du déjà vu. La compagnie Organovo située à San Diego, Californie,  voudrait éventuellement imprimer des organes de remplacement humains en utilisant la technologie d’impression 3D. Ils sont créé une bio-imprimante 3D avec la compagnie australienne Invetech qui a été choisie par la revue Time Magazine comme étant l’une des cinquante meilleures inventions en 2011.

La bio-imprimante 3D créée utilise deux cartouches (similaires aux cartouches d’encre d’imprimantes à jet d’encre) et deux têtes d’impression ;  une pour le type de cellules du tissu à concevoir et une pour un hydrogel qui va servir de structure et de support aux cellules. L’imprimante est munie d’un système de calibration contrôlé par laser qui permet de positionner les tubes de capillarité à l’endroit établi avec une précision de quelques microns.

La compagnie Organovo fabrique actuellement des tissus de muscles humains. Ils insèrent donc des cellules humaines de muscles dans une des cartouches de la bio-imprimante 3D, et déposent ces cellules sur une mince couche d’hydrogel selon un patron de lignes très rapprochées. Cette disposition permet aux cellules de se développer et d’interagir avec les autres cellules pour éventuellement former un tissu de muscle fonctionnel pratiquement identique à un muscle humain.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

muscles3d2Les tissus de muscle développés par cette compagnie permettent aux chercheurs de compagnies pharmaceutiques de les utiliser pour mettre à l’essai des médicaments sur des tissus humains, leur permettant d’économiser des milliards de dollars en essais sur des tissus d’animaux qui par la suite ne fonctionnent pas sur les tissus humains. Et donc de préserver les animaux…

Organovo a jusqu’à présent réussi à développer des tissus humains de différents types : des muscles cardiaques, des tissus de poumons, des vaisseaux sanguins.

Leur objectif à long terme est de développer des organes de remplacement, sachant qu’il manque toujours cruellement de donneurs pour répondre aux besoins de transplantation d’organes. (Source : http://etsinnovation.wordpress.com – 2012)

Fabriquer aussi des vaisseaux sanguins en 3D

Ying Zheng, de l’Université de Washington à Seattle, et ses collègues ont injecté des cellules endothéliales humaines – celles qui tapissent les vaisseaux sanguins – dans des canaux minuscules à l’intérieur d’un gel de collagène.

Les cellules endothéliales se sont propagées à travers les canaux, qui ne font que quelques micromètres de largeur, et ont formé des tubes creux en trois dimensions – ou microvaisseaux. Lorsque les chercheurs ont diffusé le sang dans le système, il s’est déplacé à travers du micro-vaisseau sans adhérer. Il a même pu s’écouler en douceur dans des coudes de 90°. 

Les chercheurs ont ensuite ajouté une série de protéines impliquées dans l’inflammation. Ils ont constaté que les protéines avaient causé la coagulation du sang à l’intérieur du micro-vaisseaux, comme elles le feraient dans le corps. « Parce que le système a réagi à ces stimulus de la même manière qu’un système naturel vasculaire le ferait », dit Zheng, « cette méthode pourrait être utile un jour pour tester des médicaments ».

Lorsque le groupe a injecté des cellules musculaires et cérébrales dans le gel, avec des protéines qui stimulent la croissance des vaisseaux sanguins, les micros-vaisseaux ont montré qu’ils pouvaient se ramifier et intégrer les deux types de tissus.

Comme les canaux peuvent être convertis sous n’importe quelle forme, la bio-ingénieure Linda Griffith from Massachusetts Institute of Technology a bon espoir que la technique permette de modéliser des systèmes complexes vasculaires tels que la barrière hémato-encéphalique, qui est difficile à étudier chez les animaux vivants. En outre, elle ajoute, « les chercheurs pourraient étudier comment les cancers métastasent en mettant en relation d’autres types de cellules, comme celles des os ou des cellules du foie, avec des cellules cancéreuses, dans les canaux.

Zheng explique que « la prochaine étape consistera à utiliser le système comme point de départ pour un organe artificiel. En étirant les canaux en une forme correcte, cela permettra à l’organe d’avoir un approvisionnement adéquat en sang. (Source : civilisation2.org / mai 2012).

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Bientôt donc, nous pourrons commander nos muscles, nos vaisseaux sanguins, voire nos organes, sur mesure quand nous les trouverons un peu fatigués. A suivre…

A lire dans UP’ : Finie la corvée des courses, le steak s’imprime en 3D

{Jacuzzi on}

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
road traffic
Previous article

What is the status of innovations in road safety?

moustachechat2
Next article

L'avenir de la robotique passe par...les moustaches !

Latest articles from Archives Lab

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print