Le Carnaval des animaux à la Galerie Orenda

Start

La Galerie Orenda propose une exposition ludique et facétieuse, poétique et fantastique, consacrée à la beauté et à l’expressivité du monde animal, jusqu’au 25 février 2023. Elle réunit, sous l’œil attentif de l’emblématique « chat maître d’hôtel » de Diego Giacometti, conçu en collaboration avec son frère Alberto, une dizaine d’artistes et créateurs du monde entier qui expriment allégrement leur créativité dans des domaines très divers : design, peinture, gravure, sculpture et décoration.

L’artiste chinoise, Chung-Hing, récemment distinguée par la mairie du VIe arrondissement de Paris, est à l’honneur. Elle avait peint magistralement Notre Dame ébranlée mais survivante après le tragique incendie d’avril 2019. Pour cette nouvelle exposition, inspirée par le thème du bestiaire, elle évoque, dans « l’esprit de l’aurore », la renaissance de l’édifice. Elle donne vie à ses effrayantes mais bienveillantes chimères dans une fresque colorée où elles apparaissent engagées dans un dialogue animé. Au sommet de la Cathédrale, surplombant les rues avoisinantes que l’on découvre en contrebas, elles s’interpellent joyeusement et semblent veiller sur Paris.

Chung-Hing. Huile sur toile. « Paris à l’aube ».

Sur le carton d’invitation au vernissage de l’exposition ces figures légendaires, célébrées par Victor Hugo, apparaissent couronnées par une frise de chats ébouriffés à l’affut dans le ciel nocturne. Fantaisie et grâce prévalent dans ce carnaval d’animaux drôles ou élégants, réinventés par l’imagination humaine. Karel Zlin, le maître tchèque, fait danser des chevaux graciles et amoureux. Franco Vasconi, grand futuriste italien, avec sa chevauchée fantastique et le poète amérindien N. Scott Momaday, avec l’esquisse d’un cheval sauvage, semblent faire écho à leur allégresse. La mythologie amérindienne s’invite avec deux autres éminents artistes contemporains. Harry Fonseca a peint des « tricksters », ces fripons divins qui jouent avec le destin des hommes, sous la forme de coyotes esquissant quelques pas de valse. Tony Abeyta réinvente la tradition du « ledger art » avec son « chat matador. »

Aux côtés de ces artistes de renom, deux jeunes créatrices, inspirées par le thème animalier, ont donné libre cours à leur imagination. Edith-Laure Rostkowski présente son tendre bestiaire, plein de fantaisie, avec des gravures au cutter, qu’elle compose d’un trait sûr sur fond noir : oiseaux, chats, ours, hippocampe. Laetitia Ribert, décoratrice, présente sa nouvelle collection textile en exclusivité « made in France » (coussins, pochettes), inspirée par un bestiaire multicolore : oiseaux, singes, papillons, éléphants, et même l’étrange dodo.

Un invité exceptionnel, le maestro toscan Giovanni Raspini, designer et joaillier, a envoyé pour l’événement des éléments de sa collection extravagante de créations animalières, y compris une sélection de ses récentes sculptures.

Exposition jusqu’au 25 février 2023 – Galerie Orenda, 54 rue de Verneuil – 75007 – Paris

Header photo : Edith-Laure Rostkowski. Incision sur papier noir. « Bandidas »

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Les 12 lauréats du Prix Art Éco-Conception

Next article

Super Terram, l'art urbain à l'honneur

Latest articles from ARTS & CULTURES

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share1
Tweet
Share
WhatsApp
Email