Covid-19 : il est urgent d'ouvrir l'horizon

Covid-19 : il est urgent d’ouvrir l’horizon

Start

Lutte contre la Covid-19, contre le CO2, contre le réchauffement climatique, contre le terrorisme, contre la pauvreté, contre le racisme, contre les inégalités etc. ». La vie semble n’être devenue qu’un combat perpétuel contre ce qui nous dérange, ce que nous ne voulons pas, ce qui perturbe notre confort, matériel ou intellectuel. Ces tournures présupposent qu’il serait normal et adéquat de refuser ces réalités, qu’il serait indécent de ne rien faire. Et pourtant, quels nouveaux espaces de pensée s’ouvriraient à nous si nous faisions le mouvement inverse ? A savoir d’intégrer plutôt que séparer, accepter plutôt que rejeter ?

Pour chaque problème complexe existe une réponse claire, simple et fausse. »
L. Mencken

 Quel langage pour parler des temps compliqués que nous vivons ?

« Corona-sceptiques », « anti-masques », « complotistes », « anti-vaccins », « pseudo-scientifiques ». Ces raccourcis, dont sont friands certains médias, semblent « tout dire » d’un seul jet. Mais que disent-ils au fond ? De tels qualificatifs contribuent-ils à mieux comprendre ces phénomènes, ces émergences sociales, ou à les évacuer d’un revers de langage ? Contribuent-ils à calmer le débat démocratique – au sein duquel même les plus simples d’esprit ont le même droit de contribuer – ou à cliver davantage entre ceux qui « savent » et les autres ?

Bien sûr, face à des phénomènes difficiles à comprendre, nous sommes prompts au jugement. Mais les jugements hâtifs (très bien illustrés dans cette vidéo !) nous aident-ils à prendre des décisions éclairées, comprises et acceptées par les concernés que nous sommes ? Certains indices et phénomènes de désobéissance civile semble indiquer que cela n’est pas certain.

Terrain miné psychologiquement

La crise Covid-19 est, à n’en pas douter, un problème complexe. La caractéristique de ce type de problème est que nous sommes d’abord dépassés cognitivement : nous ne savons pas tout, nous ne comprenons pas tout. Et nous sommes aussi dépassés émotionnellement : cela nous impacte et génère – c’est bien normal – des inquiétudes, de la peur. C’est dans ce contexte difficile que nos autorités et dirigeants ont à prendre des décisions, des vraies.

Maintenant, quand vous êtes dépassés, qui allez-vous écouter ?

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

A ma gauche, une « expert.e » (médecin ou autre), qui vous dira par exemple que la cause principale de la 2ème vague serait « le comportement d’une partie de la population » qui se serait « relâchée » durant l’été. (Ne parlons pas ici de l’effet de tels reproches et invectives sur les comportements à venir …)

A ma droite, des curieux qui cherchent d’autres pistes pour mieux comprendre. Comme les pompiers de Marseille qui analysent les eaux des égouts, ou le Professeur Raoult qui, dans une interview récente, donne des pistes concernant les facteurs multiples à l’œuvre expliquant la dynamique de cette deuxième (ou « nouvelle » ?) vague.

Nous avons le choix entre une explication simple et compréhensible, une cause évidente proche dans le temps et l’espace. Explication très probablement erronée, et tellement confortable. Fin de la discussion, tout est dit.
Ou des descriptions non-encore abouties de la complexité de cette deuxième vague, avec des démarches non-ordinaires (vous n’aimez pas l’innovation ?), descriptions qui comportent des pistes bien plus intéressantes. Mais c’est fastidieux.

Le choix entre la paresse intellectuelle (la pensée ordinaire), ou la pensée élaborée.

Réduire la complexité ?

Si le problème est trop gros pour être résolu, je l’agrandis"
Cette citation du Général Eisenhower paraît a priori contre-intuitive. En effet, les approches que nous appelons « cartésiennes » nous enseignent, face à un gros problème, plutôt de le décomposer en parties. Malheureusement, appliquées sans discernement, ces approchent provoquent divers biais de pensée, dont l’effet tunnel, ou effet WYSIATI ( » what you see is all there is « ), décrit par David Kahneman. Nous cherchons une compréhension de la situation exclusivement avec les données immédiatement à disposition, sans recul dans le temps, ni l’espace. Et en tirons hâtivement des liens de causalité indus.

Or la démarche appropriée est, pour citer le sociologue Niklas Luhman, que seule la complexité permet d’appréhender la complexité : il est indispensable d’élargir le champ de réflexion et de mettre en connexion, de relativiser (Larousse : Faire perdre à quelque chose son caractère absolu en le replaçant dans un ensemble, un contexte).
Et pour cela, il s’agit de réprimer ce que j’appelle la « co-sanguinité intellectuelle », soit monter des groupes de travail avec des personnes de profils similaires (que des experts, que du monde académique, que du monde médical etc.) : la qualité d’une réflexion collective dépend moins des intelligences individuelles, que de la diversité des profils.

« Les problèmes d’aujourd’hui sont les solutions d’hier »

Cette citation du Professeur Peter Senge décrit bien les situations où nos interventions humaines tiennent insuffisamment compte de leurs effets indésirés. Alors que la pandémie trouve ses origines notamment dans notre impuissance à vouloir protéger notre environnement, nos politiques sanitaires gérées selon des logiques marchandes, ou encore dans un état d’esprit collectif qui a perdu la conscience que l’abondance dans laquelle nous vivons est une illusion temporaire, les décisions qui se prennent actuellement comportent les prémisses des problèmes de demain : santé mentale, difficultés socio-économiques, inégalités, perte de confiance dans les autorités, tendances autoritaires, tous ces thèmes désagréables à aborder car nous avons les regards fixés sur un miracle encore à advenir : le vaccin.

Recommandation dans un environnement VUCA : ra-len-tir et suspendre le jugement

The théorie U du changement, développée par Otto Scharmer du MIT, prend en compte ce biais de pensée dans un monde complexe, en proposant de « suspendre le jugement et voir avec des yeux neufs ». Difficile, me direz-vous, de faire cela alors que parler ou écrire rapidement et sobrement (à la Twitter) de choses qu’on n’a pas pris le temps d’étudier sérieusement est très en vogue, et renforcé par les médias sociaux.

Théorie U

Pourquoi ? Parce qu’un cerveau mis sous pression du temps ne sait faire qu’une chose : réutiliser ce qu’il sait déjà. C’est le problème de fixité fonctionnelle (problème de la bougie). Or un monde en turbulence va nécessiter improvisation, innovation et adaptation, le moins que l’on puisse faire est de mettre nos cerveaux dans un état permettant de le faire.

Ralentir, suspendre le jugement, voir avec des yeux neufs, agrandir le problème. Je ne vous dis pas la peine que j’ai, dans diverses circonstances professionnelles, à faire adopter cette approche, dans une société qui valorise la rapidité et l' »orientation solution« . Souvent d’ailleurs, je lance la boutade que nous avons pléthore de génies qui ont des solutions absolument fantastiques à des problèmes qu’ils n’ont toujours pas compris (comme la voiture électrique, les voyages vers Mars, et la 5G…).

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Agrandir le problème est un acte conscient et volontaire qui nous contraint à surmonter la peur, que l’incompréhension, les sentiments d’impuissance et de perte de maîtrise, et le paquet d’émotions désagréables qui vont avec, augmentent encore. C’est pourquoi, pour accompagner de telles démarches, il faut des méthodes qui s’appuient sur l’intelligence collective et renforcent la sécurité psychologique au sein des équipes. Cet acte nécessite une forme de lâcher-prise, car nous ne savons pas vers où cela va nous mener.

Apprendre des meilleurs ?

Non pas des meilleurs systèmes de santé, occidentaux, qui n’ont pas réellement performé dans la gestion de la crise. Les meilleurs gestionnaires de crise sont ailleurs, et ils démontrent qu’il ne semble pas y avoir de corrélation positive entre la capacité financière des Etats, la technologie mobilisée, et l’impact des politiques publiques choisies.

Pour se laisser inspirer, il est bon de prendre du recul, de ravaler sa superbe et accepter que nous pourrions bien apprendre des « cancres du fond de la classe » qui ont mieux réussi que nous. Par exemple, au Vietnam (longue interview très inspirante, mais la vraie connaissance est à ce prix).
Mais pour faire cela, il faut aussi ouvrir nos horizons, et demander aux sociologues, aux anthropologues et aux psychologues comment ils/elles voient les choses, car la pandémie n’est pas qu’un phénomène viral (le focus que nous avons choisi en Occident), mais avant tout un phénomène social.

Tout en ayant conscience que divers paramètres tels que la météo, la génétique, qui sont hors du contrôle humain, jouent un rôle, il semble que la grande transparence et la participation citoyenne joueraient un rôle clé, comme relevé récemment par l’anthropologue Michel Agier.

Le courage d’admettre et se remettre en question

Peut-être devrions-nous avoir des médias qui informent autrement, des dirigeants qui écoutent autrement, des app qui fonctionnent autrement ? Pour cela, il faudra bien que nous admettions que cette deuxième vague démontre l’échec de la stratégie de nos autorités, échec notamment dû à l’incapacité collective d’apprendre quelque chose de la première vague. Avons-nous réellement cru qu’il suffisait d’augmenter les stocks d’alcool et de masques pour que cela suffise ? C’est une crise d’arrogance bien plus qu’une crise sanitaire, je le crains…

Alors, allons-nous nous contenter de déléguer la fonction de penser à des « experts », ou nous mettre au travail collectivement, chacun à notre échelle, pour générer de la connaissance utile à des décisions éclairées, qui engendreront leur acceptation et leur impact positif ?

Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes. »
Jacques Bénigne Bossuet

 Quelles solutions ?

Une récente publication scientifique de l’International Journal of Health Policy and Management, aboutit à un certain nombre de conclusions et recommandations.
Maintenant que nous ne sommes plus dans la phase d’urgence aiguë de la pandémie de SRAS-CoV-2/Covid-19, et que nous constatons que la crise multisectorielle qu’elle a provoquée dure plus longtemps que prévu, il est temps d’adopter une approche plus systémique, stratégique, à long terme pour résoudre la crise.
En ce qui concerne la correction des politiques qui ont échoué, et les défis prévisibles qui nous attendent, il est suggéré que les autorités de santé publique et les responsables de la santé mondiale considèrent sept questions interdépendantes dans la prise de décision future :

  • Distinguer entre l’infection virale (SRAS-CoV-2 positivité) et la maladie virale (Covid-19).
  • Axer la recherche sur la compréhension des complexités entre la propagation virale et le développement de la maladie ; identifier quels sont les facteurs responsables de la transition de l’infection à la maladie ; identifier les déterminants plus larges de la pandémie ; identifier plus clairement les personnes à risque ; identifier les traitements susceptibles de réduire la gravité de la maladie et prévenir la mortalité.
  • Adopter des objectifs politiques plus larges visant à optimiser la santé en général (et pas seulement le contrôle du virus) ;
  • Veiller à ce que les mesures de santé publique appliquées soient proportionnelles à la gravité de la menace et atténuer leurs conséquences involontaires.
  • Étudier comment étendre à l’échelle mondiale et locale la mise en œuvre de mesures préventives appropriées, des traitements et des interventions de santé publique adaptés aux contextes locaux ; soutenir les professionnels de la santé dans leur tâche, en tenant compte des contraintes locales.
  • Mieux comprendre et répondre aux besoins des populations les plus vulnérables ; identifier les vulnérabilités qui se prêtent facilement à des interventions ; examiner si les politiques ont un effet négatif sur les populations vulnérables ; envisager l’équilibre entre « rentabilité » en termes d’impact sur la santé de la population et la préservation de l’équité.
  • Adapter les politiques et les interventions à la lumière des connaissances émergentes (élaboration de politiques fondées sur des données probantes) ; s’engager dans des dialogues transparents avec toutes les parties prenantes lors de l’élaboration et de la mise en œuvre des choix politiques.
  • Développer des stratégies de communication appropriées qui renforce la confiance et le soutien du public : expliquer en toute transparence les justifications des politiques et sur quelles évidences elles s’appuient ; admettre qu’il y aura toujours des indéterminations et que l’émergence de nouvelles connaissances permettra d’adapter en temps utile les politiques et  les interventions.

Philippe Vallat, Formateur, Chargé de cours à l’UNIL et dans des Hautes Ecoles

Article published in the blog du Temps (Novembre 2020)

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Covid-19 : Les scientifiques sont-ils aveugles au contexte social ?
Previous article

Covid-19 : Les scientifiques sont-ils aveugles au contexte social ?

2020, l’année de l’ébranlement du monde
Next article

2020, l’année de l’ébranlement du monde

Latest articles from Analyses

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
8 Shares
Share8
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print