political trust
/

Political trust: the touchstone of the relationship between politics and the people

Start

« Confiance » fait partie de ces mots qui hantent invariablement le vocabulaire de la politique. Les hommes politiques de toutes les époques en ont fait leur référence lexicale récurrente (1) si ce n’est leur slogan électoral (2). La confiance apparaît ainsi comme la pierre de touche de la relation entre le politique et le peuple. C’est sur elle que se fonde la détention du pouvoir, son usage et quelquefois son abus.

Les appels passionnés à la confiance dans le politique en particulier, ou plus généralement dans la conduite des affaires publiques, sont devenus routiniers. Pourtant, les rapports entre les institutions ou les acteurs politiques et les conditions pour lesquelles la confiance se fonde sont singulièrement opaques.

Cette opacité réside dans le fait que la décision d’accorder la confiance se perd dans l’indétermination des perspectives sous lesquelles cette confiance est accordée. L’idée de « contrat social » selon laquelle des hommes libres se font témoignage de confiance entre eux ou à l’égard d’un souverain, ne correspond à aucune réalité. Il est vrai qu’avec le vote, le citoyen acte sa confiance. Mais l’élection ne signifie pas que le citoyen confie un mandat de représentation de ses propres intérêts. Le vote, dans les sociétés démocratiques, signifie que l’on charge les élus du peuple de décider d’après les critères du bien commun. C’est pourtant sur l’idée de contrat social que ces élus réclament, pour gouverner, un pouvoir décisionnel souverain.

● Or, on ne peut faire confiance au souverain (3) . Indeed, the ultimate decision-making power produces its own standards and thus makes it impossible to build trust. The political decision-making process is particularly complex; it incorporates a cascade of information and decisions of varying degrees of importance which, at each stage, absorbs certain information and excludes certain alternatives.

These procedures are generally carried out within specific frameworks: legality, budgetary choice, programme guidelines, consensus-building, etc. These stages are open to information and guarantee, to a certain extent, the absence of arbitrariness. However, in the decision-making process, at each stage, intermediate choices - as well as time management - assert the sovereignty of the policy. It is rarely exercised all at once, but fragmented into a multitude of decisions that dilute the assumptions on which the voter has based his or her trust.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

One of the major decision theorists, Robert Dahl, avait souligné dans les années soixante/soixante-dix que le processus décisionnel politique ainsi conçu aboutissait à confier le pouvoir à une élite d’experts, au détriment des citoyens cantonnés au rôle d’électeur. Le « rituel démocratique » n’étant en tant que tel qu’ « un cérémonial qui a fini par devenir un des procédés classiques pour légitimer le leadership. » La question de la décision ainsi entendue fait apparaître un processus dans lequel les citoyens ne participent pas. Le peuple ne peut que voter ; ce sont ses représentants qui vont prendre les décisions.

Joseph Schumpeter, en théoricien de l’économie moderne, estimera que le peuple ne peut agir par lui-même que « lorsqu’il n’y a pas de grandes décisions à prendre. » Si l’on suit le raisonnement de cet auteur, les modèles classiques de la démocratie deviennent anachroniques car les décisions importantes ne peuvent être prises que par des spécialistes. Le politologue italien Giovanni Sartori will push this idea to the point of questioning democracy itself: the citizen being "incompetent" in the handling of political affairs, "democracy is a political system in which the people exercise enough control to be able to change leaders, but not enough to govern themselves. »

● Face à un ordre de plus en plus complexe de traitement de l’information et de processus décisionnel, la confiance accordée par le citoyen change forcément de nature et se dédouble en deux niveaux différents d’appréciations. D’une part, le citoyen évalue sa confiance par rapport aux décisions prises et met en œuvre, pour la valider, des mécanismes d’imputation tels que le vote sanction. D’autre part, il accorde sa confiance au système politique en tant que tel, estimant qu’il est citoyen d’un pays dans lequel il mène une vie digne d’homme.

La conjugaison de ces deux niveaux crée une certaine stabilité puisque le déni de confiance, jugé sur une décision, peut être relativisé par le deuxième niveau d’analyse. En toute hypothèse, cette dualité accroît considérablement la complexité de la notion de confiance par rapport aux anciennes conceptions, fondant la confiance sur une seule logique personnelle accordée aux détenteurs du pouvoir .

Le politique contemporain établit la légitimité de son pouvoir sur la confiance que lui accorde le peuple, estimant que « L’efficacité de la démocratie dépend avant tout et surtout de l’efficacité et de l’habileté de ses dirigeants. » Cette pensée est articulée sur une géométrie verticale du pouvoir, selon laquelle le politique se trouve placé au sommet d’une pyramide. Or, dans les sociétés complexes, le pouvoir est différencié entre plusieurs sphères fonctionnelles dont certaines échappent à l’horizon du pouvoir politique. La confiance que le peuple accorde au pouvoir politique ne concerne donc qu’une fraction de la société dans laquelle il vit. C’est sur cette caractéristique que se forge l’opinion répandue d’impuissance des politiques et que se développe une société de défiance.

(1)  Pour prendre un exemple parmi d’autres, le mot « confiance » fait partie de la liste des 10 mots les plus fréquents des discours du général de Gaulle ; il se situe, dans le classement établi par les recherches lexicologiques, entre le mot « Peuple » et « Nation » (Cf. Jean-Marie Cotteret et al. Le vocabulaire du Général de Gaulle, Armand Colin, 1969)

(2) Nicolas Sarkozy avait lancé, en novembre 2006, sa candidature à la Présidence de République sur le thème « Confiance et respect ».

(3) Cf. la formule fameuse du Montesquieu de L’esprit des lois (1758) : « C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser. »

{Jacuzzi on}

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
internationalcommunity
Previous article

International community: pathetic illusion or premonitory mirage?

cooperation
Next article

Cooperation: how my own interest is in the other's interest

Latest articles from Feel-Up-Under Archive

climb2

Courage

Reinventing the Meaning of Politics Today, political triumph consists of monopolizing the political process.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print