Martian

Humans sent to Mars will inevitably evolve into a new species...

Start
Mars semble être devenue la dernière destination à la mode. Les projets ne manquent pas et les candidats pour le long voyage se bousculent au portillon. Il faut dire que le premier voyage organisé est pour – presque – demain : 2024. C’est ce que prédit Elon Musk, prêt à embarquer des terriens pour visiter puis coloniser la planète rouge. Mais une telle aventure présente un lot d’incertitudes non seulement techniques mais aussi biologiques. Comment des humains résisteront-ils au voyage, puis à la vie dans un environnement radicalement différent ? Faudra-t-il les modifier génétiquement ? Ou la force de l’évolution aidant, se modifieront-ils rapidement pour devenir une nouvelle espèce humaine ?
 
Aes projects pour coloniser la planète rouge ne manquent pas. Ce vieux rêve de l’homme semble pour certains à portée de main, d’autant que, dérèglement climatique et pollution obligent, il faudra peut-être nous trouver rapidement une planète de rechange. L’un des premiers hommes à avoir mis le pied sur la Lune, Buzz Aldrin, call sans détour à une « Grande Migration de l’Humanité vers Mars ".
 

Le défi de l’inconnu

Mais Mars a beau sembler proche au regard des distances de l’univers galactique, il faudra quand même faire au minimum 56 millions de kilomètres pour l’atteindre ; un voyage de plusieurs mois, confiné dans une capsule spatiale.
Certainly astronaut candidates train hard. They are either locked in domes for a year or sent to the ISS, the International Space Station, for several months. To observe their reactions and behaviour and also to prepare for their training. But all these simulations are nothing compared to the challenges that a colonization of Mars would bring.
 
Dans un article publié l’année dernière par la revue scientifique Space Policy, des universitaires spécialistes renommés en sciences cognitives, nous ramenaient brutalement sur Terre. Konrad Szocik, l’un des co-auteurs, prévenait : « We cannot simulate the same physical and environmental conditions on Mars, in particular Martian microgravity or exposure to radiation. ».  Il poursuit : « Therefore, we cannot predict the physical and biological effects on humans living on Mars... ".
Pour ces chercheurs, il n’y a pas de doute ; les êtres humains ne pourront pas survivre longtemps sur la planète rouge. Dans un entretien accordé à Gizmodo, le scientifique affirmait : « My idea is that the human body and mind are made to live in an earthly environment. Consequently, certain physiological and psychological challenges, both during the journey and on the Red Planet itself, will be insurmountable and will prevent human survival."
 
Il est vrai que les séjours prolongés dans l’espace sont rudes pour l’organisme. L’astronaute Scott Kelly et le cosmonaute Mikhail Kornienko en ont fait l’expérience. Après plus d’un an passé à bord de l’ISS, leur corps souffre de douleurs et troubles physiologiques directement causés par leur séjour dans l’espace. Ces problèmes sont mineurs par rapport à ce qui pourrait se passer pour les longs trajets sans retour vers Mars. Konrad Szocik explique que « these early astronauts realized that after a trip of almost a year, they would have to live on Mars for several years or probably their entire lives because it would be technologically impossible to return. ». De plus les problèmes psychologiques qu’ils devront surmonter ne peuvent être simulés correctement dans les missions actuelles de l’ISS. En effet, le moral des astronautes de long terme est soutenu par les visites – au moins tous les trois mois – de nouveaux venus. Depuis la Terre, les missions sont soutenues psychologiquement et les communications avec les proches, les médecins, la famille sont constantes. Sur Mars, cela sera rendu excessivement difficile du fait de la distance.
 

A moins que…

À moins qu’on ne modifie les humains pour les adapter à l’environnement martien ; ou qu’ils se modifient progressivement par mutation évolutive.
 

Beaucoup parmi les zélotes du voyage vers Mars pensent que la solution devra être radicale : il faudra mettre en œuvre des solutions permanentes avec des modifications génétiques et chirurgicales.  En clair, pour aller sur Mars, il faudra d’abord transformer l’humain. Le transhumanisme n’est pas loin et doit, selon les organisateurs des futurs voyages martiens, être accepté pour améliorer les voyageurs martiens et les préparer aux environnements qu’ils devront affronter. Modifications génétiques, sélection des plus aptes psychologiquement, utilisation des biotechnologies, des sciences cognitives, des nanotechnologies seront les recours possibles pour équiper les hommes pour leur nouvelle vie dans l’espace. 
 
Scientists have already identified the gene LRP5/switching G171V which increases bone density. They're interested in MSTN/IVS1+5G, une mutation génétique qui, par la suppression de la myostatine, augmente la masse musculaire et la force physique. D’autres travaillent sur des modifications génétiques de l’oreille interne afin de rendre les spationautes plus tolérants aux effets de l’absence de gravité. Des solutions totalement innovantes pourraient être mises en œuvre en utilisant les systèmes d’édition génétique comme CRISPR.
 
Nanotechnology is also a source of inspiration for those who want to transform humans for space travel. Some nanomaterials are capable of dispense medications pour traiter des maladies osseuses ou pour régénérer les os. Bien utile dans l’espace. D’autres nanomatériaux pourraient être utilisés pour protéger la peau humaine contre les radiations dangereuses. Ces matériaux seraient soit ajoutés en surface comme une sorte de nanocombinaison, soit intégrés dans notre peau et en faire partie prenante. Autre solution apportée par des nanomachines : les respirocytes. Elles pourraient apporter de l’oxygène aux tissus de l’organisme d’une façon beaucoup plus efficace que nos bons vieux globules rouges. Et pourquoi pas remplacer nos poumons ?
 
Ray Kursweil, one of the Popes of Transhumanism, currently a senior executive at Google, also went there from his speculations Nanotechnology could eliminate our need to eat. Tiny molecular machines could be used to deliver nutrients to our cells at will. For this to work, future astronauts would be equipped with a "nutrient belt" loaded with billions of nanobots carrying their cargo of food.
 

La force de l’évolution

Ainsi, nombreux sont ceux qui croient dur comme fer que les technologies pourraient venir à bout des écueils majeurs d’un séjour sur Mars. Mais d’autres spécialistes parient sur les forces de la nature. L’évolution en est une qui pourrait agir beaucoup plus rapidement qu’on ne l’imagine pour transformer les humains extraterrestres. C’est ce que pense une sommité internationale en matière d’évolution, le professeur Solomon, biologiste de l’évolution à l’Université Rice.
 
Selon lui, malgré toute la débauche de moyens techniques mis en œuvre pour adapter l’homme au nouvel environnement martien, il faudra quand même se poser la question de la façon dont ces colons martiens évolueront naturellement. Comment, à court et moyen terme, des mutations commenceront à se répandre dans leur patrimoine génétique.
 
En janvier 2018, le professeur Solomon avait donné une conference à Houston qui fit sensation. Il y décrivait les changements évolutifs que les premiers colons martiens pourraient probablement connaître. Après environ deux générations, il pense que leurs os se renforceront, qu’ils auront besoin de systèmes correctifs pour la myopie, que leur système immunitaire sera nul, que la grossesse et l’accouchement seront beaucoup plus périlleux et que l’exposition aux rayonnements – plus de 5 000 fois la quantité à laquelle nous sommes exposés sur Terre pendant une vie normale – pourrait entraîner une multiplication de cancers.
Dans une interview publiée ce 18 mai dans la Revue Inverse, le scientifique précise que, le processus évolutif jouant, des mutations vont apparaître pour favoriser ceux qui résistent le mieux. « L’évolution est plus rapide ou plus lente selon l’avantage qu’il y a à avoir une certaine mutation », affirme le professeur Solomon. Les humains vivant sur Mars développeront des mutations qui augmentent leur chance de survie. Dans cet environnement, « ces gènes mutants se transmettront à un rythme beaucoup plus élevé qu’ils ne l’auraient fait autrement ".
 
Sur Terre, chaque nouveau bébé naît avec entre 20 et 120 nouvelles mutations génétiques ; un nombre qui, selon Solomon, atteindra des milliers sur Mars. En mutant, les humains sur Mars obtiendraient des avantages cruciaux qui leur sauveraient la vie pour faire face à la planète rouge : un teint de peau différent pour se protéger des radiations, un besoin de moins d’oxygène pour s’adapter à la mince atmosphère, des os plus denses pour compenser la perte de calcium pendant la grossesse.
Les colons martiens seraient ainsi devenus, en l’espace de quelques générations, si différents que le contact avec les Terriens pourrait même être mortel pour les Martiens – et vice versa.
 

Ironie de l’histoire

Ironie de l’histoire, si nous allons sur Mars pour échapper à une Terre devenue inhabitable, le seul moyen d’assurer la survie à long terme de l’espèce humaine pourrait aboutir à développer une espèce radicalement différente. Se projetant encore plus loin, le professeur Solomon affirme : « Si nous finissons par coloniser des mondes multiples disséminés dans la galaxie, au fil du temps, nous pourrions assister à l’évolution d’une pléthore de nouvelles espèces humaines ".
 
Ces rêves ou cauchemars de nouvelles espèces humaines intergalactiques fuyant une Terre que les humains d’origine auraient rendue inhabitable suscitent une toute petite question : si nous sommes capables de modifier des hommes pour les envoyer ailleurs, ne pourrait-on pas modifier un tout petit peu l’intelligence des humains actuels pour qu’ils prennent conscience de la catastrophe annoncée et prennent enfin des mesures appropriées ? Juste quelques neurones de plus qui éviteraient de longs et coûteux voyages intersidéraux.
 
 
Image d’en-tête tirée du film Seul sur Mars de Ridley Scott avec Matt Damon, 2015.
 

Anything to add? Say it as a comment.

 

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
ISS
Previous article

Oops! India sends a missile to destroy a satellite and endangers the space station...

Proxima b
Next article

To reach the nearest exoplanet, you will have to travel (almost) at the speed of light.

Latest articles from ESPACE

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
4 Shares
Share4
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print