Le vaccin contre le Covid-19 est menacé par la vague de la désinformation

Le vaccin contre le Covid-19 est menacé par la vague de la désinformation

TRIBUNE

Start

Après l’annonce du laboratoire Pfizer affirmant détenir un vaccin efficace à 90 %, le débat sur la vaccination s’ouvre et promet d’être houleux. Nous versons ici une première tribune signée par la britannique Melinda Mills, professeur à l’Université d’Oxford, et auteur du rapport de l’Académie britannique et de la Royal Society sur le déploiement des vaccins.

Le monde s’est vu offrir une première lueur d’espoir pour un éventuel vaccin Covid-19, créé par Pfizer et BioNTech. Jusqu’à présent, les efforts se sont concentrés sur la fabrication et le déploiement de ce vaccin et de nombreux autres. Maintenant que nous avons notre premier candidat, l’attention va se tourner vers l’adoption. Si les chercheurs proposent un vaccin, les gens se porteront-ils volontaires ? Et s’ils ne le font pas, pourquoi pas ?

Un Français sur deux affirme qu’il ne se fera pas vacciner contre le Covid-19Comme le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, l’a warned en mars, nous ne luttons pas seulement contre une pandémie, mais aussi contre une « infodémie », un déluge d’informations – à la fois factuelles et incorrectes. Cela peut générer des doutes et des hésitations quant aux vaccins, que l’OMS a classés parmi les dix principales menaces pour la santé mondiale en 2019. Une récente survey menée au Royaume-Uni a révélé que 36 % des personnes étaient soit incertaines, soit très peu susceptibles d’être vaccinées contre le Covid-19. En France, un poll Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro publié ce 12 novembre 2020 établit qu’un Français sur deux (49%) affirme qu’il ne se fera pas vacciner contre le Covid-19 tandis que 15 % refusent catégoriquement tout vaccin quel qu’il soit..

Une théorie attribue l’hésitation croissante à l’égard des vaccins à la montée de la désinformation et des théories de conspiration émanant du mouvement anti-vaxx. En 1840, lorsque la loi sur la vaccination a été introduite au Royaume-Uni, les arguments désormais familiers ont été avancés : les vaccins causent des dommages ; l’alliance entre la science médicale et le gouvernement est motivée par le profit ; les vaccinations sont une violation des libertés civiles fondamentales ; les modes de vie sains et les médicaments homéopathiques offrent de meilleures alternatives.

Dans le cas du Covid, les théoriciens de la conspiration et les anti-vaxxers ont répandu des rumeurs infectieuses telles que le message biologiquement invraisemblable selon lequel le virus est propagé par les tours de téléphonie mobile. D’autres rumeurs montrent Bill Gates implantant des puces numériques lors de vaccinations ou provoquant intentionnellement la « plandémie ». D’autres colportent de faux remèdes « naturels », dont ils tirent un profit personnel.

La désinformation peut se propager plus rapidement que le virus,La désinformation peut se propager plus rapidement que le virus, ce qui rend difficile l’identification d’une voie d’action pour le contrer. Le contenu est souvent très engageant, avec des messages simples qui se nourrissent de nos peurs et de nos doutes les plus profonds. Bien qu’il soit peu probable que la plupart des gens croient que le monde est contrôlé par une élite reptilienne, nous réagissons à des informations qui sont saupoudrées de vérité. Oui, le risque d’attraper le rhume peut être réduit par une alimentation saine, alors pourquoi pas aussi le Covid, pourrait-on penser.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

La finalité est la polarisation, la confusion et la méfiance via la tactique de ce que les historiens Naomi Oreskes et Erik Conway ont appelé dans leur book de 2010 « le doute du merchandising ». Les entreprises de médias sociaux sont de plus en plus tenues pour responsables des risques pour la santé publique et des mesures prises pour mettre fin à la diffusion de la désinformation sur leurs plateformes. Au-delà de la surveillance et de la réduction au silence de ces groupes, notre arme la plus puissante consiste à vacciner le grand public contre l’infodémie en lui donnant les moyens de repérer et de signaler les informations erronées.

Mais la désinformation n’est pas le seul moteur du doute. Des chercheurs comme Heidi Larson le soulignent depuis longtemps, les gens peuvent être « hésitants » face au vaccin pour des raisons telles que la complaisance, les désagréments ou un manque de confiance dans l’efficacité ou la sécurité du vaccin. Un vaccin dont la création prendrait généralement une décennie a été développé à grande vitesse, ce qui soulève des questions sur la façon dont cela a été possible et sur son innocuité. Les scientifiques et les régulateurs indépendants ont déplacé les ressources pour résoudre ce problème urgent, mais cela doit être communiqué. D’autres pourraient se pencher sur les groupes d’âge moyen relativement en bonne santé dans les essais et se demander comment cela se traduira pour les personnes âgées ou les enfants.

Le déploiement du vaccin Covid-19 est confronté à un degré d’incertitude et de complexité sans précédent qui sera extrêmement difficile à communiquerEn outre, le déploiement du vaccin Covid-19 est confronté à un degré d’incertitude et de complexité sans précédent qui sera extrêmement difficile à communiquer. Il faudra peut-être des années ou des mois pour connaître la durée exacte de l’immunité résultant d’un vaccin, savoir si et quand il doit être répété ou quel est son degré de protection dans les différents groupes. En outre, nous ne parlons pas du « vaccin » mais plutôt de plusieurs vaccins, chacun avec des mises en garde distinctes.

L’acceptation d’un vaccin par le public dépend de la personne la plus apte à faire passer le message. Les gouvernements et les autorités de santé publique sont enclins à des communications unidirectionnelles à forte teneur en informations, qui ne seraient pas nécessairement classés comme des documents engageants. L’adoption du vaccin impliquera d’engager un dialogue.L’adoption du vaccin impliquera d’engager un dialogue non seulement en ligne mais aussi au niveau local, avec des personnes sur le terrain qui comprennent leurs propres communautés. Les messages doivent correspondre à l’expérience quotidienne et être attrayants et adaptables. Le dialogue devra répondre aux craintes et aux préoccupations légitimes du public, et non pas se contenter de réagir aux affirmations extrêmes des anti-vaxxers par des faits.

Sans un plan de communication engageant et persuasif, les progrès scientifiques réalisés dans le développement du vaccin Pfizer et BioNTech et ceux à venir n’auront servi à rien.

Melinda Mills est directrice du Centre Leverhulme pour les sciences démographiques, professeur à l’Université d’Oxford et au Collège Nuffield, et auteur du report de l’Académie britannique et de la Royal Society sur le déploiement des vaccins ;

Cette tribune a été publiée la première fois le 10 novembre par The Guardian. Traduction UP’ Magazine

3 Comments
The oldest
Most recent Most Votes
Inline Feedbacks
View all comments
Audrey A
14 days

Quel titre! Bravo donc toutes les constatations faites quant aux mensonges politiques sont de la désinformation? N’est-ce pas le gouvernement qui fait de la désinformation? Qu’est-ce que la désinformation? Quelle est la définition d’un complotiste? Très déçues par cet article qui semble suggérer que si nous ne sommes pas d’accord nous sommes désinformés ou manipulés par des personnes qui en profitent
La bonne blague!

Director
UP' MAGAZINE
14 days
Reply to  Audrey A

Le débat sur le vaccin et la vaccination ne fait que commencer. Il n’est pas près de se tarir et promet d’être le théâtre de prises de positions très contrastées. Nous avons choisi de publier cette tribune libre de Melinda Mills car elle alerte sur la désinformation en temps de pandémie. Il a été beaucoup écrit sur ce sujet mais par les temps actuels, les fausses nouvelles, les théories du complot et conspirationnistes se multiplient à l’envie, et notamment sur la vaccination. Pourtant, cette question mérite une information claire et étayée car il en va de la santé publique et… Read more "

Member
solenn_araic***
14 days

Je suis également déçue par cet article, qui dénote par rapport aux autres publiés sur UP. Etrange…

Covid-19 : Découverte d’un gène mystérieusement caché dans le virus
Previous article

Covid-19 : Découverte d’un gène mystérieusement caché dans le virus

Un patient sur cinq atteint du Covid-19 déclare une maladie mentale dans les trois mois
Next article

Un patient sur cinq atteint du Covid-19 déclare une maladie mentale dans les trois mois

Latest articles from Health -Medicine

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
7 Shares
Share7
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print