Le Covid-19 pourrait devenir endémique, et c’est plutôt une bonne nouvelle

Le Covid-19 pourrait devenir endémique, et c’est plutôt une bonne nouvelle

Comme un simple autre virus du rhume

Start

Nous éprouvons tous le sentiment inquiétant de ne pas voir le bout du tunnel de cette pandémie. Et pourtant, il faudra bien qu’un jour ou l’autre cela se termine. Mais comment et quand ? Nul ne le sait aujourd’hui. Pourtant des scientifiques sont parvenus, à l’aide de modèles sophistiqués, à déterminer ce qui pourrait advenir de ce coronavirus qui cause des ravages dans le monde entier. Selon eux, la pandémie va progressivement s’installer dans la population et devenir une maladie endémique. S’il devient endémique – en circulant dans la population générale – et que la plupart des gens sont exposés pendant l’enfance, le SRAS-CoV-2 pourrait rejoindre les rangs des coronavirus légers responsables du rhume qui circulent actuellement chez l’homme. D’ennemi public numéro 1 il passerait alors au statut de simple rhume.

Le virus est aujourd’hui une sinistre menace car il s’agit d’un agent pathogène jusque-là inconnu, qui peut submerger le système immunitaire adulte, qui n’a jamais été formé pour le combattre. Ce ne sera plus le cas une fois que tout le monde aura été exposé au virus ou au vaccin. En d’autres termes, le coronavirus deviendra « endémique », un agent pathogène qui circule à de faibles niveaux et ne provoque que rarement des maladies graves.

Le temps nécessaire pour atteindre ce type d’état endémique dépend de la rapidité avec laquelle la maladie se propage et de la rapidité avec laquelle la vaccination est mise en place », a déclaré Jennie Lavine, une scientifique de l’université Emory d’Atlanta. « Le but est donc de faire en sorte que tout le monde soit exposé pour la première fois au vaccin le plus rapidement possible ".

Le modèle, élaboré par les scientifiques d’Emory et de Penn State et published ce 12 janvier dans Science, s’appuie sur des études des quatre coronavirus courants du rhume et du SRAS-CoV-1. Pour ces virus, le terme « immunité collective » est incomplet et peut-être trompeur, explique Jennie Lavine, premier auteur de l’article de Science, qui a développé le modèle, avec Bjornstad et Rustom Antia, Ph.D., Samuel C. Dobbs professeur de biologie à l’université Emory et au centre de vaccination Emory.

Les quatre coronavirus courants responsables du rhume circulent chez l’homme depuis longtemps et presque tout le monde est infecté à un jeune âge – plus jeune que la rougeole avant qu’un vaccin ne soit disponible. L’infection naturelle dans l’enfance procure une immunité qui protège les gens plus tard dans la vie contre les maladies graves, mais elle n’empêche pas la réinfection périodique, précise Jennie Lavine. « La réinfection est possible en un an, mais même si elle se produit, les symptômes sont légers et le virus est éliminé plus rapidement de l’organisme », dit-elle. « Cela souligne la nécessité de démêler les composantes de l’immunité au SRAS-CoV-2. Combien de temps dure l’immunité qui empêche la pathologie et combien de temps dure l’immunité qui empêche la transmission ? Ces durées peuvent être très différentes ".

Des études qui fournissent des données concrètes sur la durée de vie des anticorps et des cellules immunitaires contre le CoV-2 du SRAS après l’infection sont en train d’émerger, explique M. Lavine. Cependant, les chercheurs ne savent pas encore comment ces composants se traduisent par une protection contre la maladie ou la transmission. « Dans l’ensemble, nous nous demandons comment le CoV-2 du SRAS se compare à d’autres virus tels que la grippe saisonnière ou le virus respiratoire syncytial », dit-elle. « Ce modèle suppose que l’immunité au CoV-2 du SRAS fonctionne de la même manière que les autres coronavirus humains. Nous ne savons pas vraiment ce que ce serait si quelqu’un contractait un des autres coronavirus pour la première fois à l’âge adulte, plutôt que pendant l’enfance ".

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Simulation montrée avec R0=4. Une transmission plus rapide entraîne une transition plus rapide vers l’état endémique, mais un plus grand nombre de décès. La distanciation sociale sauve des vies, retarde l’endémicité et laisse un temps crucial pour la mise en place du vaccin. La vaccination accélère la transition vers l’état endémique et réduit le nombre de décès. Crédit : Jennie Lavine

Le modèle prévoit que le taux de mortalité lié à l’infection par le SRAS-CoV-2 pourrait être inférieur à celui de la grippe saisonnière (0,1 %), une fois que l’état d’équilibre endémique sera atteint.

Sans vaccin, le chemin le plus rapide vers le statut d’endémie est aussi le pire. Le prix à payer pour l’immunité de la population serait une maladie généralisée et la mort en cours de route. Les vaccins modifient complètement ce calcul : plus vite les gens seront vaccinés, mieux ce sera. Une vaccination efficace pourrait réduire à un an, voire six mois, le délai nécessaire pour que le coronavirus devienne une infection endémique.

Nous sommes en terrain inconnu, mais l’un des principaux messages de l’étude est que les indicateurs immunologiques suggèrent que les taux de mortalité et le besoin critique de vaccination à grande échelle pourraient diminuer à court terme, de sorte que l’effort maximum devrait être fait pour surmonter cette pandémie vierge en route vers l’endémicité », explique Ottar Bjornstad, professeur distingué d’entomologie et de biologie et titulaire de la chaire d’épidémiologie J. Lloyd & Dorothy Foehr Huck, à Penn State.

Un vaccin sûr et efficace contre le COVID-19 pourrait sauver des centaines de milliers de vies au cours de la première ou des deux premières années de déploiement du vaccin, mais la poursuite de la vaccination de masse pourrait être moins critique une fois que le SRAS-CoV-2 deviendra endémique, selon les auteurs. La vaccination ciblée dans les sous-populations vulnérables pourrait encore sauver des vies, disent-ils.

Autre implication : pendant la transition vers l’endémicité, il deviendra plus difficile d’utiliser les symptômes uniquement comme outil de surveillance pour rechercher les infections et freiner la propagation du virus. Ainsi, les tests largement disponibles peuvent devenir particulièrement importants pendant le déploiement du vaccin pour protéger les populations vulnérables, soulignent les auteurs.

Jusqu’à présent, les données disponibles sur l’infection par le CoV-2 du SRAS chez les nourrissons et les jeunes enfants suggèrent que la gravité est généralement légère et que la mortalité est faible. Il existe des exceptions au niveau individuel, certains d’entre eux connaissant de rares complications telles que le syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants (MIS-C). En revanche, si l’infection par le CoV-2 du SRAS chez les enfants devenait plus grave – comme le MERS-CoV (Middle East respiratory syndrome-related coronavirus) – des programmes de vaccination de routine seraient encore nécessaires, selon les auteurs.

En fin de compte, le modèle du Dr Lavine repose sur l’hypothèse que le nouveau coronavirus est similaire aux coronavirus du rhume. Mais cette hypothèse pourrait ne pas tenir, a averti dans un entretien au New York Times Marc Lipsitch, épidémiologiste à l’école de santé publique T.H. Chan de Harvard à Boston. « D’autres infections à coronavirus peuvent ou non être applicables, car nous n’avons pas vu ce que ces coronavirus peuvent faire à une personne âgée et naïve », a déclaré le Dr Lipsitch. (Par naïveté, on entend un adulte dont le système immunitaire n’a pas été exposé au virus).

Un autre scénario plausible, poursuit-il, est que le virus pourrait en venir à ressembler à la grippe saisonnière, qui est bénigne certaines années et plus meurtrière d’autres années. De nouvelles variantes du coronavirus qui échappent à la réponse immunitaire pourraient également compliquer le tableau. « Leur prédiction de devenir comme les coronavirus du rhume commun est un domaine dans lequel j’investirais beaucoup d’argent », souligne le Dr Lipsitch. « Mais je ne pense pas que ce soit absolument garanti. "

Quand et comment les coronavirus du rhume sont apparus pour la première fois est un mystère, mais depuis l’émergence du nouveau coronavirus, certains scientifiques ont revu une théorie selon laquelle une pandémie en 1890, qui a tué environ un million de personnes dans le monde, pourrait avoir été causée par l’OC-43, l’un des quatre coronavirus du rhume. « Certains ont suggéré que la population humaine a développé une immunité large et de faible niveau contre l’OC-43 qui a mis fin à la pandémie ' John Hultquist, director of intelligence analysis for the cybersecurity company FireEye, reminds André Veillette, immunologiste à l’Institut de recherche clinique de Montréal au Canada. « Aujourd’hui, ce coronavirus circule désormais largement dans la communauté de manière plutôt pacifique ".

Source : Science, MedicalXPress

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
L’Inserm se veut rassurant sur le variant anglais du coronavirus
Previous article

L’Inserm se veut rassurant sur le variant anglais du coronavirus

Comment empêcher de futures pandémies ?
Next article

Comment empêcher de futures pandémies ?

Latest articles from Health -Medicine

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share118
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print