/

The worm in our gardens, that invisible worker...

Start

Il est le plus humble des hôtes de nos champs et de nos jardins, celui qu’on remarque à peine, loin de susciter intérêt ou fascination ! Et pourtant, si vous saviez… Ce modeste invertébré, ce lombric -redonnons-lui sa véritable identité-, mérite qu’on lui prête toute notre attention.
Il aère les sols, limite leur érosion et favorise leur fertilité, tout en contribuant à la biodiversité. Une aide précieuse pour les agriculteurs et les jardiniers, et une vraie contribution à la démarche « Produisons autrement ». Rendons justice à cet invisible !

Acharné, le lombric ! Infatigable ! Mais à quoi donc peut-il servir, cet étrange habitant des sous-sols de nos champs, massifs et potagers ? Réponse : tout au long de son existence, le lombric brasse, remue, retourne, fractionne, laboure, aère la terre. Nouvelle question : quel intérêt ? Nouvelle réponse : ainsi, cet animal qui n’a ni pattes, ni yeux, ni poumons, mais pas moins de cinq à sept paires de cœurs, apporte sans relâche et de toutes ses forces sa coopération à la qualité des sols où la nature l’a mis à l’œuvre.

De façon plus sérieuse et plus scientifique, disons qu’en en stimulant l’activité des micro organismes, bactéries et champignons invisibles, il participe au recyclage des éléments et à leur remise à disposition pour les végétaux.
Par ailleurs, il limite l’érosion du sol en freinant le ruissellement des eaux grâce à la rugosité de surface créée par ses déjections. Ses galeries verticales et ouvertes à la surface du sol constituent des voies d’écoulement privilégiées pour l’eau de pluie.
Poursuivons : Les agrégations biologiques liées à leurs déjections participent à une meilleure stabilité de la structure du sol. Et en favorisant sa porosité, ils facilitent une bonne circulation de l’eau, de l’air et d’autres organismes vivants.

Un précieux concours aux équilibres naturels

C’est donc le plus sérieusement du monde qu’un vivarium, qui reproduit en miniature la structure d’un sol, a été présenté sur le stand du ministère au Salon de l’Agriculture en février dernier, explications à l’appui. Démonstration in vivo pour les visiteurs…

Et du côté des chercheurs, qu’en est-il ? « La recherche poursuit deux objectifs principaux en s’intéressant à ces organismes, explique Guénola Peres, ingénieur de recherche à l’Unité Mixte de Recherche EcoBio de l’université de Rennes 1-CNRS. Nous cherchons d’abord à améliorer nos connaissances sur leur écologie et leur impact sur les propriétés et les fonctions du sol. Puis nous cherchons à voir comment les pratiques agricoles influent à leur tour sur cette biodiversité. Ce second objectif a pour but de proposer des outils de décision aux agriculteurs et de voir si l’on peut conduire des pratiques à la fois réalistes et durables sur le plan économique, environnemental et sociétal. Nous sommes là en pleine agroéologie, où comme vous voyez, le ver de terre y joue un double rôle, celui d’acteur et d’indicateur ! »

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

A l’heure où l’agroécologie se définit à la fois comme un mode de pensée et de production, le développement de la biodiversité et de ces minuscules animaux qu’on nomme aussi « sentinelles des champs », insectes, oiseaux, petits rongeurs, est particulièrement précieux, dans le concours qu’ils apportent par leur action aux équilibres naturels. Et comme tous les organismes vivants de notre planète, la diversité lombricienne contribue au patrimoine génétique commun !

Étrange et injuste destin, pourtant, que celui de cet être minuscule, regardé à tort avec un peu (si, si…) de répulsion, ou, au mieux, d’indifférence. Il finira peut-être dans l’estomac d’une poule, d’un pigeon ou d’une chouette, ou tranché en deux par la bêche d’un jardinier. Quel cruel manque de reconnaissance, tout de même…

Visiter le site de l’Observatoire participatif des vers de terre de l’université de Rennes-1
(Source : Magazine agriculture gouv.fr – 4 février 2015)

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
biodiversity
Previous article

"La Planète Revisitée" : un renouveau des grandes expéditions

Next article

Transition écologique : halte au détricotage !

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print