/

Our future is at the bottom of the ocean

Start

Les terra incognita existent encore sur notre planète.
Le fonds des océans en est une, de taille.

Dans un numéro spécial de la revue Science publié le 22 mai, une équipe de chercheurs, internationale et multidisciplinaire, a cartographié l’extraordinaire biodiversité d’un large éventail d’organismes marins. Issues d’une partie des 35 000 échantillons collectés dans les océans de la planète durant l’expédition Tara Oceans, ces données constituent des ressources sans précédent pour la communauté scientifique, dont un catalogue de plusieurs millions de nouveaux gènes, qui vont transformer la façon dont on étudie les océans et dont on évalue le changement climatique.

Depuis plus de 10 ans la goélette Tara a parcouru 300 000 kilomètres sur tous les océans et réalisé 10 expéditions pour étudier et comprendre l’impact des changements climatiques et de la crise écologique sur l’Océan, avec des résultats concrets.

Tara is first of all a family story: that of a mother and a son who love the sea, the land, men and nature. « Tara, c’est aussi, au départ une histoire émouvante, témoigne Agnès Troublé, fondatrice et égérie d’Agnès b. Celle de ce bateau appelé Antarctica, conçu par Jean-Louis Étienne avec les architectes navals Luc Bouvet et Olivier Petit, qui devient le Seamaster de Sir Peter Blake, qui trouvera la mort à bord. Ensuite, c’est sa femme Lady Blake qui se prend d’estime pour mon fils Étienne qui rêve d’expéditions polaires et scientifiques… "The rest we know. « In 2003, Étienne and I decided to acquire this boat in order to act in favour of the environment. This is my contribution, through the Agnès b. endowment fund, co-producing Tara's expeditions with other indispensable sponsors. "
Tara's ten-year history speaks for itself. But there is urgency: in thirty years, it is estimated that 75 % of the volume of sea ice at the end of summer has disappeared in the Arctic. The pack ice at the end of summer has gone from some 8 million km2 to nearly 3 million km2 today. « Nous ne pouvons rester contemplatifs, renchérit Étienne Bourgois. C’est pourquoi Tara est un projet international, qui dépasse les frontières. Le but de nos expéditions implique aussi, et à grande échelle, un partage de nos résultats. "

A successful ambition since the data collected during these round-the-world races make us discover a new, strange world, full of promise. An extraordinarily fragile world that is the future of our planet.

If the large ecosystems vital to our planet are more reminiscent of tropical forests, ocean plankton is just as crucial. These microscopic beings drifting in the oceans produce half of our oxygen, act as a carbon sink, influence and are influenced by climate and are at the base of the ocean food chains that feed fish and marine mammals.
Expedition researchers collected microscopic viruses, microbes and eukaryotes (from single-celled algae to fish larvae) from all major ocean regions and assembled all their genetic material in a comprehensive database now available to the entire scientific community.
Grâce à des techniques avancées d’étude des gênes, les scientifiques ont découvert près de 40 millions de gênes de microbes, virus, bactéries et autres protistes qui forment le plancton. Tous ces organismes microscopiques ne se battent pas pour leur survie mais collaborent, cela pourrait changer l’idée que l’on se fait de l’évolution explains Eric Karsentithe scientific director of the expedition. 

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Eric Karsenti, Scientific Director of the Tara Oceans Expedition

La moisson de l’expédition est d’une importance scientifique capitale. Par son ampleur d’abord. Eric Karsenti explique avoir caractérisé 150 000 types d’organismes eucaryotes, ce qui est dix fois plus que ce qui était connu jusqu’à présent. Ce travail a permis de caractériser la quasi-totalité des organismes eucaryotes vivant dans les eaux tempérées. Pour les virus, nous avons trouvé qu’il n’y avait pas une énorme diversité constate-t-il. Par contre celle-ci est plus importante localement que globalement : on a l’impression qu’il existe des zones dans l’océan, « sources de diversité » des virus, probablement reliées à une grande complexité d’hôtes, mais qu’ensuite ces virus sont dispersés dans les océans. Quant aux bactéries, sur les 40 millions de gènes identifiés, la majorité sont nouveaux.

Another figure worth mentioning: 39 marine viruses were known before this expedition, 5,437 were discovered during Tara Oceans!
Tout ceci représente, le séquençage de près d’un milliard de codes-barres génétiques et surtout la plus grosse base de données écosystémique jamais réalisée.

On the site 20 minutesCNRS researcher Chris Bowler explained that with this study it would be possible to anticipate the state of the oceans 100 years from now. what will be the impacts of temperature change, ocean acidification, melting ice... ». Il ajoute que les chercheurs n’en sont qu’au début de leur travail qui pourrait prendre jusqu’à 10 ans. Quoi qu’il en soit il faut comprendre que cette étude est fondamentale. En effet, « These micro-organisms are at the base of the entire ocean food chain, but also of mechanisms that influence the entire planet, such as the carbon cycle. » Le résultat montrant que la température détermine quelles espèces sont présentes est particulièrement pertinent dans le contexte du changement climatique mais, dans une certaine mesure, ce n’est que le début » souligne Chris Bowler : « The resources we have generated will allow us to dive even deeper into the planktonic universe and begin to truly understand the workings of this invisible world. ".

 

 

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

 

 

 

 

The 22 May 2015 Cover of Science. Reprinted with permission from AAAS. All Rights Reserved

 The Tara Oceans expedition site

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
biodiversity
Previous article

Doctor bees detect diseases

biodiversity
Next article

When biodiversity invades our roofs...what a great energy!

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print