Ces victimes invisibles des pesticides

Ces victimes invisibles des pesticides

Les pesticides nuisent définitivement aux organismes vitaux du sol.

Start

Dans une première étude complète sur la question, des chercheurs ont constaté que les impacts des produits chimiques agricoles sur les vers de terre, les coléoptères, les collemboles et d’autres organismes étaient majoritairement négatifs. D’autres scientifiques ont déclaré que ces résultats étaient alarmants, étant donné l’importance de ces « héros méconnus » qui maintiennent les sols en bonne santé et sous-tendent toute la vie sur terre.

L’analyse a mis en garde contre le fait que les organismes du sol sont rarement pris en compte lors de l’évaluation de l’impact environnemental des pesticides. Les États-Unis, par exemple, ne testent les produits chimiques que sur les abeilles domestiques, qui ne sont peut-être jamais en contact avec le sol, une approche qualifiée de « folle ». Un rapport de l’ONU publié en décembre a constaté que l’avenir s’annonçait « sombre » pour les sols sans action urgente pour mettre fin à la dégradation, étant donné qu’il faut des milliers d’années pour que de nouveaux sols se forment. On pense que les sols contiennent près d’un quart de toute la biodiversité de la planète.

Nathan Donley, du Center for Biological Diversity aux États-Unis et auteur de la further study, a déclaré : « Le niveau de préjudice que nous constatons est beaucoup plus grave que je ne le pensais. Les sols sont incroyablement importants. Mais la façon dont les pesticides peuvent nuire aux invertébrés du sol est beaucoup moins couverte que les pollinisateurs, les mammifères et les oiseaux – il est vraiment important que cela change"

Les coléoptères et les collemboles ont un impact énorme sur la porosité du sol et sont vraiment mis à mal, et les vers de terre sont définitivement touchés aussi ", he added. « Beaucoup de gens ne savent pas que la plupart des abeilles nichent dans le sol, c’est donc une voie d’exposition majeure pour elles"

Le professeur Dave Goulson, de l’université du Sussex, au Royaume-Uni, qui ne fait pas partie de l’équipe de l’étude, a déclaré : « La découverte d’effets nocifs sur les organismes du sol de la grande majorité des pesticides testés est alarmante, étant donné l’importance vitale de ces ‘héros méconnus’ pour maintenir le sol en bonne santé"

The analysis, published in the journal Frontiers in Environmental Science, a passé systématiquement en revue près de 400 études sur les effets des pesticides sur les invertébrés non ciblés qui vivent au moins une partie de leur vie dans le sol. Elle a porté sur plus de 275 espèces et 284 pesticides. Les études ont fourni plus de 2 800 « paramètres testés », où un pesticide spécifique avait été testé sur un organisme spécifique pour une caractéristique particulière, comme la mortalité, l’abondance, le comportement, la reproduction et les changements biochimiques et morphologiques.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Les scientifiques ont constaté que 71% des paramètres testés montraient des effets négatifs de l’exposition aux pesticides, tandis que 28% ne montraient aucun effet significatif et 1% montraient des effets positifs. Par exemple, 84 % des paramètres testés chez les vers de terre ont été affectés négativement par les classes d’insecticides les plus courantes. Certains herbicides et fongicides ont également nui aux vers de terre.

Nathan Donley précise : « Ce ne sont pas seulement un ou deux pesticides qui causent des dommages, les résultats sont vraiment très cohérents dans toute la classe des poisons chimiques. » « Le niveau élevé d’effets négatifs sur la reproduction dans l’ensemble des études est l’un des résultats les plus inquiétants qu’elles mettent en évidence », observe Matt Shardlow, de l’organisation de défense de la biodiversité Buglife au Royaume-Uni. « Il s’avère également que les fongicides sont presque aussi mauvais que les insecticides pour les animaux du sol. Cela n’a rien d’étonnant puisque les vers de terre, les cloportes, les mille-pattes et les collemboles se nourrissent en grande partie de champignons sur les matières végétales en décomposition ".

Nous voulons tous des sols agricoles fertiles, mais cela montre que les pesticides que nous appliquons s’attaquent à la fertilité des animaux qui vivent dans le sol », constate Matt Shardlow. « Si nous voulons protéger des sols sains, nous devons prendre en considération les organismes du sol lorsque nous décidons si un pesticide peut être utilisé en toute sécurité"

Aux États-Unis, le seul organisme sur lequel les pesticides sont testés est l’abeille à miel, regrette Nathan Donley. La réglementation des pesticides est généralement encore moins stricte dans les nations moins développées, bien que l’agriculture représente une part plus importante de leur économie. Les réglementations de l’Union européenne sur les pesticides prévoient des tests sur une espèce d’acarien, de collembole et de ver de terre, ainsi que sur l’activité microbienne. « C’est bien, mais j’aimerais quand même en voir plus », regrette l’auteur de l’étude.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Serons-nous capables de prévenir la prochaine pandémie ?
Previous article

Serons-nous capables de prévenir la prochaine pandémie ?

COVID-19 may be just the beginning of mass pandemics
Next article

Covid-19 pourrait bien n’être que le début des pandémies de masse

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share15
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print