Une espèce d'arbres sur trois est menacée dans le monde
/

Une espèce d’arbres sur trois est menacée dans le monde

Start

Environ un tiers des espèces d’arbres à travers le monde sont menacées d’extinction, selon un rapport qui avertit que le changement climatique pourrait mettre à mal des écosystèmes forestiers entiers.

Cet « Etat des arbres dans le monde » a été mis en œuvre par le Botanical gardens conservation international (BGCI), qui regroupe notamment des jardins botaniques, et des experts de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Il porte sur 58.497 espèces d’arbres. Il en ressort que 30% (17.500 espèces) sont menacées d’extinction, avec 7% supplémentaires « peut-être menacés ». Même des arbres communs, comme les magnolias, font partie des plus menacés, les chênes, érables et ébènes n’étant pas épargnés.

L’exploitation forestière et la déforestation pour faire place à des cultures ou de l’élevage sont de loin les plus grandes menaces pesant sur les arbres.

Restaurer les forêts

Un total de 142 espèces sont considérées comme disparues et plus de 440 sont sur le point de l’être, avec moins de 50 arbres existant à l’état sauvage dans le monde. « De nombreuses espèces sont au bord de l’extinction, certaines comptant encore un seul individu vivant », s’alarme Jean-Christophe Vié, directeur général de la fondation Franklinia basée en Suisse, dans la présentation du rapport.

Il juge « choquant » les niveaux toujours élevés de déforestation, alors que les arbres jouent un rôle vital dans la nature, fournissant un habitat à de nombreuses espèces animales et végétales, absorbant du CO2 et fournissant les ingrédients de certains médicaments.

Le Brésil, qui abrite une large part de la forêt tropicale amazonienne compte le plus d’espèces d’arbres (8.847) et le plus grands nombre menacées (1.788), conséquence de l’agriculture intensive. Mais la plus forte proportion d’espèces menacées se trouvent dans les régions tropicales d’Afrique, en particulier à Madagascar et sur l’île Maurice où 59% et 57% respectivement des espèces sont en danger. À Madagascar, l’importance culturelle du baobab Grandidier, qui peut vivre autour de 2.000 ans, ne l’a pas protégé des incendies, de l’agriculture sur brûlis ou de la surexploitation pour son écorce et ses fruits.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Des espèces d’arbres qui ont évolué sur des millions d’années, s’adaptant aux changements climatiques, ne peuvent pas survivre à l’avalanche de menaces humaines », avertit Jean-Christophe Vié. « À quel point manquons-nous de prévoyance pour permettre la perte d’espèces d’arbres dont les sociétés à travers le monde sont écologiquement et économiquement dépendantes », s’interroge-t-il.

Le rapport pointe aussi du doigt les conséquences en cascade créées par ces destructions. Il donne en exemple la disparition d’un million d’hectares d’épicéas en Alaska et d’environ 10 millions d’hectares de pins tordus en Colombie britannique.

Effondrement d’écosystèmes

Des écosystèmes forestiers peuvent s’effondrer quand ils sont soumis à plusieurs menaces, comme les incendies, l’exploitation forestière et le morcellement des habitats pouvant « entraîner un changement écologique abrupt », explique le rapport. « Le changement climatique a le potentiel pour devenir la principale cause d’effondrement dans la plupart, si ce n’est pas tous les écosystèmes forestiers », indique Adrian Newton, de l’université de Bournemouth, dans le rapport.

Le réchauffement climatique menace ainsi directement plus d’un millier d’espèces, en modifiant leur habitat, en augmentant les risques de tempêtes, inondations, incendies ou encore de maladies.

Pour Jean-Christophe Vié, la restauration des forêts pour lutter contre le changement climatique est « une grande opportunité pour modifier cette terrible image ». Mais il faut s’assurer que les bons arbres sont plantés au bon endroit, souligne-t-il. « Si nous pouvions seulement apprendre à respecter les arbres, de nombreux défis environnementaux en profiteraient sans aucun doute », relève-t-il.

With AFP

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Reboiser l’Europe pour lutter contre la sécheresse
Previous article

Reboiser l’Europe pour lutter contre la sécheresse

Climat : l'inaction est un très mauvais calcul économique
Next article

Climat : l'inaction est un très mauvais calcul économique

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share42
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print