L'extinction des langues indigènes conduit à une perte irréparable de connaissances sur les plantes médicinales
/

L’extinction des langues indigènes conduit à une perte irréparable de connaissances sur les plantes médicinales

Start

« La mort d’une langue, fut-elle chuchotée par une infime poignée sur quelque parcelle de territoire condamné, est la mort d’un monde » écrivait le penseur George Steiner. Une étude de l’Université de Zurich montre qu’une grande partie des connaissances existantes sur les plantes médicinales est liée à des langues indigènes menacées. Dans une étude régionale portant sur l’Amazonie, la Nouvelle-Guinée et l’Amérique du Nord, les chercheurs ont conclu que 75 % des utilisations des plantes médicinales ne sont connues que dans une seule langue.

L’étude a évalué 645 espèces végétales du nord-ouest de l’Amazonie et leurs usages médicinaux, selon la tradition orale de 37 langues. Elle a révélé que 91 % de ces connaissances existent dans une seule langue, et que l’extinction de cette langue implique également la perte des connaissances médicinales.

Au Brésil, les écoles indigènes jouent un rôle important dans la préservation des langues, parallèlement aux projets de catalogage et de revitalisation, comme ceux menés par les Karitiana dans le Rondônia et les Pataxó à Bahia et Minas Gerais.

Chaque fois qu’une langue disparaît, une voix parlante disparaît également, une façon de donner un sens à la réalité disparaît, une façon d’interagir avec la nature disparaît, une façon de décrire et de nommer les animaux et les plantes disparaît », explique Jordi Bascompte, chercheur au département de biologie évolutive et d’études environnementales de l’université de Zurich.

The Project Ethnologue a conclu que 42 % des plus de 7 000 langues existantes dans le monde sont en danger. Sur les 1 000 langues indigènes parlées au Brésil avant l’arrivée des Portugais en 1500, seules 160 environ sont encore vivantes, selon l’association de recherche linguistique SIL International.

Dans une étude récente, M. Bascompte et le spécialiste de la biodiversité Rodrigo Cámara-Leret préviennent que l’extinction des langues indigènes équivaut à une perte des connaissances traditionnelles sur les plantes médicinales, ce qui pourrait réduire les chances de découverte de futurs médicaments. De nombreux médicaments vendus en masse aujourd’hui sont en effet dérivés de plantes médicinales. Ils vont de l’acide acétylsalicylique – communément appelé aspirine, dont le principe actif est extrait du saule blanc (Salix alba L.) – à la morphine, qui est extraite du pavot (Papaver somniferum).

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Les groupes indigènes s’appuyant traditionnellement sur la parole pour la transmission des connaissances d’une génération à l’autre, la disparition de ces langues emportera avec elle un univers d’informations.

Rituel du peuple Yawalapiti, dont la langue est l’original du Haut Xingu, actuellement parlé par seulement trois personnes. Photo : Jean Marconi

Un double défi

Les scientifiques de l’étude ont analysé 3 597 espèces végétales ayant 12 495 usages médicinaux et ont associé ces données à 236 langues indigènes provenant de trois régions biologiquement et culturellement diverses – le nord-ouest de l’Amazonie, la Nouvelle-Guinée et l’Amérique du Nord. Ils en ont conclu que dans ces régions, 75 % des usages médicinaux des plantes médicinales ne sont connus que dans une seule langue. « Nous avons constaté que les langues possédant des connaissances uniques sont celles qui sont le plus exposées au risque d’extinction », explique M. Bascompte. « Il y a une sorte de double-problème en termes de disparition des connaissances ».

Les Amériques se sont distinguées dans l’étude comme un hotspot pour les connaissances indigènes dans lequel la plupart des connaissances médicinales sont liées à des langues en danger, et le nord-ouest de l’Amazonie s’est particulièrement avéré être un exemple parfait du double-problème mentionné par Bascompte. L’étude a évalué 645 espèces végétales et leurs usages médicinaux selon la tradition orale dans 37 langues et a constaté que 91% de ces connaissances n’existent que dans une seule langue. Par conséquent, si une langue disparaît, comme cela pourrait se produire pour beaucoup d’entre elles en Amazonie dans les années à venir, les connaissances médicinales qu’elle contient disparaîtront également.

Les plantes amazoniennes évaluées dans l’étude ont été tirées du livre The Healing Forest : Medicinal and Toxic Plants of the Northwest Amazonia, écrit en 1990 par Richard E. Schultes, auteur nord-américain considéré comme le père de l’ethnobotanique.

Les points sur les cartes indiquent la distribution des langues qui citent les plantes médicinales. Les barres rouges indiquent le pourcentage de connaissances médicinales limitées à une seule langue en Amérique du Nord (A), dans le nord-ouest de l’Amazonie (B) et en Nouvelle-Guinée (C).

La perte culturelle est plus importante que la perte de biodiversité

En analysant la vulnérabilité de ces espèces médicinales, l’étude a révélé que le statut de mise en danger de 64 % et 69 % des plantes associées à des langues menacées en Amérique du Nord et dans le nord-ouest de l’Amazonie respectivement n’a pas été évalué par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). En raison de cette absence d’évaluation, moins de 4 % et 1 % des espèces, respectivement, sont actuellement classées comme menacées.

Les chercheurs ont complété les données limitées des rapports sur l’état de conservation de l’UICN par d’autres prédictions issues d’une étude distincte d’apprentissage automatique et ont conclu que « la plupart des espèces de plantes médicinales de notre échantillon ne sont pas menacées » ; ils notent toutefois que « des évaluations de conservation de l’UICN sont encore nécessaires de toute urgence pour ces espèces végétales. »

Tout en maintenant cet appel à l’action, l’étude souligne que la perte des langues aura probablement un impact plus important sur l’extinction des connaissances médicinales que la perte de la biodiversité. En ce qui concerne le maintien des services écosystémiques, le patrimoine culturel est aussi important que la survie des plantes, comme l’ont déjà prouvé des études scientifiques. Mais les résultats d’une autre étude que les mêmes scientifiques ont dirigée en 2019 ont montré que les connexions culturelles et biologiques sont indissociables – un concept encore plus solidement établi par leur nouveau document.

« Nous ne pouvons pas ignorer ce réseau maintenant et ne penser qu’aux plantes ou qu’à la culture », dit Bascompte, en soulignant la tendance à minimiser la diversité. « Nous, les humains, sommes très doués pour homogénéiser la culture et la nature, de sorte que la nature semble être plus ou moins la même partout. »

Début septembre, lors du troisième cycle du projet Amazoniar organisé par l’Institut de recherche sur l’environnement amazonien (IPAM), l’artiste et éducateur Denilson Baniwa a évoqué cette homogénéisation d’un point de vue indigène : « Si je parle aussi bien le portugais, c’est parce que, d’une certaine manière, mon peuple et d’autres peuples du Brésil ont été contraints de comprendre les technologies, les connaissances et les informations d’autres peuples, pour la plupart non indigènes, afin de pouvoir survivre. »

L’éducation plutôt que l’extinction

« Quand on parle de préservation au Brésil, les écoles indigènes tiennent un rôle important », explique Luciana Sanchez Mendes, linguiste spécialisée dans les langues indigènes. « C’est dans les écoles indigènes situées dans les villages que les enfants vont apprendre – à la fois en portugais et aussi dans la langue de la communauté. »

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Une initiative visant à préserver la culture du peuple Karitiana, le Lexique pédagogique des plantes et des animaux de Karitiana, a été créé au cours d’une étude pour être utilisé comme matériel didactique dans l’enseignement bilingue à l’école de la réserve indigène Karitiana, dans l’État brésilien de Rondônia. Le projet a commencé par une liste et une description des plantes et des animaux présents dans la réserve en langue Karitiana. La production du document a impliqué des anciens, des chefs, des cueilleurs et des enseignants qui ont enregistré les connaissances traditionnelles sur le biome amazonien.

Pendant ce temps, dans les États de Bahia et du nord de Minas Gerais, un groupe de chercheurs a étudié et revitalisé la langue Pataxó, considérée comme éteinte depuis des années. Avec des jeunes et des enseignants pataxos, ils ont étudié des documents et effectué des travaux sur le terrain, ce qui a donné lieu au projet de recherche et de documentation sur la culture et la langue pataxos. La langue retrouvée, qui est maintenant enseignée dans un certain nombre de villages, s’appelle Patxohã.

Hommes du peuple Pataxó, dont la langue a été ravivée ces dernières années. Image par Valter Campanato/ABr.

« Les linguistes considèrent qu’une langue est en danger lorsque les gens cessent de parler avec leurs enfants dans leur langue maternelle », explique Mendes, titulaire d’un diplôme post-doctoral de l’Université fédérale de Roraima, au Brésil. Au Brésil, la dévalorisation des langues indigènes s’est faite au profit du portugais et de l’espagnol – qui dominent depuis l’époque coloniale – alors que les parents indigènes renoncent à leur langue maternelle dans le but de donner à leurs enfants les moyens de réussir socialement. De nombreuses autres pressions exercées sur les peuples autochtones, ainsi que la mort récente de dirigeants de Covid-19, ont également entraîné des pertes culturelles.

Afin d’aider les peuples autochtones du monde entier à préserver, revitaliser et promouvoir leurs langues, l’UNESCO a lancé sa Décennie d’action pour les langues autochtones de 2022 à 2032.

« Il y a une vie en dehors de l’anglais », explique Mme Bascompte. « Ce sont des langues que nous avons tendance à oublier – les langues de personnes pauvres ou inconnues qui ne jouent pas de rôle national parce qu’elles ne sont pas assises dans des panels, ou assises aux Nations unies ou dans des endroits comme ça. Je pense que nous devons faire un effort pour utiliser cette déclaration des Nations unies afin de sensibiliser à la diversité culturelle et à la chance que nous avons, en tant qu’espèce, de faire partie de cette incroyable diversité. »

Sibélia Zanon, Mongabay

Image d’en-tête : Femme Koreguaje de Colombie récoltant des plantes médicinales. Photo : actcolombia

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Une espèce d'arbres sur trois est menacée dans le monde
Previous article

Une espèce d'arbres sur trois est menacée dans le monde

Mountain plants
Next article

Les plantes migrent aussi, poussées par l’accélération du dérèglement climatique

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share146
Tweet
Share
WhatsApp
Email