Les glaciers du Groenland fondent cent fois plus vite que nous ne le pensions

Les glaciers du Groenland fondent cent fois plus vite que nous ne le pensions

Start

Les prévisions actuelles concernant la fonte des glaces dans l’Arctique sont probablement très erronées. Selon un modèle actualisé, les glaciers du nord pourraient glisser dans la mer jusqu’à 100 fois plus vite que prévu.

Ce n’est pas la première fois que les prévisions relatives à la fonte des glaces sont examinées ou révisées. En 2020, une étude a révélé que les simulations informatiques actuelles de l’interaction des glaciers avec le reste du système climatique ne correspondent pas tout à fait à la réalité.

Quelque chose dans nos modèles actuels doit être incorrect, ou les modèles doivent manquer quelque chose. Mais quoi ? Des scientifiques de l’université du Texas à Austin (UT) pensent avoir trouvé au moins une partie du problème. Leur étude a été publiée dans Geophysical Research Letters.

En raison de lacunes dans les données, les climatologues ont ajouté des observations sur les glaciers accessibles pour construire des modèles de la fonte de tous les glaciers. Mais ce qui arrive à la calotte glaciaire de l’Antarctique dans un contexte de réchauffement rapide de la planète est très différent de ce qui se passe pour les glaciers de l’Arctique.

Au Groenland, par exemple, de récentes études d’observation ont révélé que l’eau chaude de l’océan dans les fjords du pays ronge certaines parties de la couche de glace flottante par en dessous. Cette fonte sous-marine est incroyablement difficile à mesurer, surtout si l’on considère que les navires de recherche doivent s’approcher dangereusement des icebergs qui vêlent. Pour éviter les risques, les scientifiques ont étudié les « langues glaciaires » de l’Antarctique, plus accessibles, et ont utilisé les données comme approximation pour l’Arctique. Mais si l’Antarctique et le Groenland abritent des calottes glaciaires continentales, ils ne sont pas de vrais jumeaux.

Il est urgent de discerner les différentes façons dont ces glaciers interagissent avec l’eau de mer pour améliorer les futurs modèles climatiques. En 2019, des chercheurs travaillant sur des fronts de glaciers flottants en Alaska ont tenté d’analyser la physique sous-jacente à la fonte des glaces. L’équipe a utilisé des kayaks autonomes pour s’approcher au plus près des formidables structures, prenant des mesures précises juste là où la glace rencontre la mer à un angle aigu.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

L’eau de fonte a été mesurée dans l’océan jusqu’à 400 mètres du mur de glace, ce qui suggère que la fonte de la glace était beaucoup plus rapide que les estimations précédentes – cent fois plus, pour être exact.

Les chercheurs ont maintenant utilisé ces mesures plus précises pour créer un meilleur modèle de la fonte des glaciers arctiques dans d’autres parties de l’hémisphère nord. « Pendant des années, les gens ont pris le modèle de taux de fonte des glaciers flottants de l’Antarctique et l’ont appliqué aux fronts verticaux des glaciers du Groenland », explique l’océanographe physique Kirstin Schulz de l’UT. « C’était le mieux que nous pouvions faire compte tenu des observations limitées. Si c’était faux ou juste, qui le savait ? Mais il y a de plus en plus de preuves que l’approche traditionnelle produit des taux de fonte trop faibles sur les fronts verticaux des glaciers du Groenland. »

La pire fonte glaciaire est en Arctique

Les modèles actualisés utilisent la forme des glaciers ainsi que la température et la salinité des eaux environnantes pour prédire l’ampleur de la perte de glace sous-marine au Groenland. Ce n’est qu’avec des observations sur le terrain que les modèles climatiques informatisés peuvent mieux résoudre les différences régionales. Leurs conclusions suggèrent que lorsque les glaciers arctiques plongent leurs doigts et leurs orteils glacés dans la mer, ils deviennent particulièrement vulnérables à la fonte sous-marine. Baignant dans des eaux chaudes profondes, parfois à une centaine de mètres sous la surface, leurs extrémités fondent progressivement à un rythme de fond constant et faible.

Étant donné que l’Arctique se réchauffe quatre fois plus vite que le reste du monde, les chercheurs soupçonnent que la fonte sous-marine y est pire qu’en Antarctique. « La fonte par les eaux profondes et chaudes augmente le sapement des terminaisons des glaciers, induisant ainsi le vêlage et le recul du front des glaciers », écrivent Schulz et ses collègues, « ce qui entraîne une perte de masse dynamique qui s’ajoute à l’élévation du niveau de la mer. »

Dans un scénario futur sinistre, où toute la glace permanente du Groenland fondrait, le niveau des mers s’élèverait de plus de 7 mètres, et des studies suggèrent déjà que le processus d’élévation du niveau des mers est commencé. En fait, certains scientifiques affirment que la calotte glaciaire du Groenland a déjà dépassé le point de non-retour ; d’autres pensent qu’elle pourrait disparaître d’ici 2035.

Rien qu’en 2019, la moitié d’un trillion de tonnes de glace a disparu du continent. L’Antarctique, en comparaison, perd sa masse de glace à un rythme moyen d’environ 150 milliards de tonnes par an.

Les effets mondiaux de la perte des glaciers vont bien au-delà de l’élévation du niveau de la mer. Lorsque la glace du Groenland fond dans l’océan, elle pourrait stopper les principaux courants océaniques qui contribuent à refroidir l’équateur de notre planète et tempérer notre hémisphère nord.

Pour corser le tout, à mesure que la calotte glaciaire fond, elle commence à libérer des bactéries inconnues dans le monde. « Les résultats des modèles climatiques océaniques sont très importants pour l’humanité, car ils permettent de prédire les tendances associées au changement climatique, alors veut vraiment les établir le plus correctement possible », explained M. Schulz. Si nous ne savons pas ce qui nous attend, nous n’avons aucun moyen de nous préparer.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
COP27 : comme un goût amer de regret
Previous article

COP27 : comme un goût amer de regret

Le monde est assis sur une bombe à retardement
Next article

Le monde est assis sur une bombe à retardement

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share39
Tweet
Share
WhatsApp
Email