plain water
/

The water we drink is millennia old but vulnerable.

Start
Elle s’est infiltrée dans le sol quand les mammouths peuplaient encore la Terre. L’eau que nous utilisons aujourd’hui est bien souvent multimillénaire, souligne une étude, qui met en garde contre les risques de pollution de ces précieuses réserves.
 
Sous terre, les nappes profondes sont largement nourries d’eau issue de précipitations datant d’il y a plus de 12.000 ans, avant l’époque géologique actuelle, selon ces travaux présentés mardi à Vienne devant l’Union européenne des sciences de la terre.
Cette équipe scientifique internationale a passé en revue 6.500 aquifères, en Europe et aux Etats-Unis mais aussi notamment au Japon, en Inde, au Sénégal, usant de méthodes de datation par le radiocarbone (l’eau plus « jeune » en étant plus chargée, de par son exposition récente à l’atmosphère et aux sols).
 
Une large part (42 à 85%) de l’eau dans le premier km de la croûte terrestre a plus de 12.000 ans (la part se réduit à 10-63% quand l’aquifère est à moins de 100 m de profondeur), selon l’étude parue dans Nature Geoscience. « Une part substantielle de l’eau douce dans le monde est d’âge fossile » résume l’auteur principal, Scott Jasechko, de l’Université de Calgary. « Seule une petite portion des eaux souterraines est récente, quelques années ou quelques décennies ».
 
« Cette eau remonte à l’époque des mammouths ! », appuie James Kirchner, de l’Ecole polytechnique de Zurich (ETH). Globalement, elle représente « à peu près deux fois le volume d’eau moderne situé sous nos pieds. Quant aux puits descendant au-delà de 250 m, ils pompent essentiellement de l’eau fossile ».

Pas renouvelables

Mais cette ressource ancienne, qui aujourd’hui fournit de l’eau potable ou permet d’irriguer les champs de Californie (via notamment un aquifère à – 260 m) ou de la grande plaine de Chine du nord, est fragile.
« On croit souvent ces eaux non touchées par les contaminations modernes », soulignent les auteurs. Il n’en est rien : « Les eaux de puits fossiles sont plus vulnérables que nous ne le pensions jusqu’ici ».
 
Car dans la moitié des nappes contenant de l’eau « ancienne », les chercheurs ont aussi décelé la présence d’eaux de pluie ou de neige des 50 dernières années infiltrées via des zones plus perméables ou encore des fuites sur les puits. Une source potentielle de pollution des eaux fossiles, par exemple par des pesticides, des engrais, des substances industrielles…
« Il faut veiller à la qualité des ressources souterraines anciennes, et aussi les gérer de manière durable », insistent les chercheurs. Face aux sécheresses, au déclin de nappes proches de la surface, aux nouvelles techniques de forage, le recours aux eaux profondes tend en effet à s’accélérer.
 
Les réserves souterraines sont immenses, constituant 99% de l’eau douce sur Terre (calottes polaires non inclues). Mais elles ont mis longtemps à se constituer, et mettront du temps à se recharger. Beaucoup « ne sont sans doute pas renouvelables à l’échelle d’une vie humaine », souligne M. Kirchner.
 
Il en va ainsi de l’aquifère des hautes plaines qui irrigue le centre des Etats-Unis, formé par des précipitations datant de la dernière période glaciaire. Une fois épuisé, il faudra 6.000 ans pour le remplir, selon les experts.
En Libye, le Bassin de Nubie fournit 6 millions de m3 d’eau par jour, pompée par 1.300 puits descendant jusqu’à – 500m. « C’est le projet de Grande rivière artificielle de Kadhafi », souligne M. Kirchner. Mais le bassin s’est constitué quand le pays était vert et humide. Aujourd’hui, la pluviométrie moyenne y est de seulement 30 mm par an, dont l’essentiel s’évapore. Le Bassin « n’est pas près de se reconstituer », note le scientifique américain.
 
Source: AFP
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Arctique pollution
Previous article

L’Arctique est en train de devenir un réservoir de plastiques

Sustainable development objectives
Next article

The paradox of the UN SDOs (Sustainable Development Goals)

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print