Les journalistes ont l’obligation morale de déclarer l’urgence climatique

Les journalistes ont l’obligation morale de déclarer l’urgence climatique

Start

" J’appelle tous les dirigeants du monde entier à déclarer l’état d’urgence climatique dans leur propre pays jusqu’à ce que la neutralité carbone soit atteinte. » C’est ce qu’a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, dans son discours au sommet Climate Ambition du 12 décembre dernier, organisé pour le cinquième anniversaire de l’Accord de Paris. L’appel de Guterres semblait s’adresser aux dirigeants des gouvernements nationaux ; le Secrétaire général a ainsi noté que « trente-huit pays ont déjà » fait de telles déclarations. Mais Les dirigeants politiques ne sont pas seuls concernés ; il est temps que les médias du monde entier déclarent également l’état d’urgence climatique.

Les journalistes et les responsables de l’information en charge des journaux, des émissions de télévision et de radio, des organes de presse sur Internet exercent une profonde influence sur la façon dont le public pense et ressent le problème déterminant de notre époque — et ce que, le cas échéant, les gouvernements, les entreprises et d’autres acteurs puissants finissent par faire à propos de cet enjeu.

Les médias ne devraient-ils pas dire la vérité sans détours sur le problème climatique et, surtout, sur ses solutions ? Les médias peuvent-il faire preuve de leadership, d’autorité, et donner à l’urgence climatique l’attention soutenue et l’importance qu’elle mérite ? UP’ Magazine fait partie des rares médias qui s’y sont engagés dès octobre 2019.  Un mois plus tard, les dictionnaires d’Oxford ont désigné « urgence climatique » comme mot de l’année pour 2019, en partie en reconnaissance des centaines de villes, villages et pays qui avaient déclaré de telles urgences. Pourtant, les grands médias sont restés pour la plupart sur leur réserve.

Certains journalistes se sentiront mal à l’aise à l’idée de prendre une telle mesure, craignant que cela ne franchisse la frontière entre le journalisme et le plaidoyer. C’est une préoccupation sérieuse et compréhensible — après tout, les militants du mouvement Fridays For Future de Greta Thunberg, Extinction Rebellion et le mouvement Sunrise, entre autres, ont tous invoqué à plusieurs reprises l‘« urgence climatique» comme cri de ralliement pour exiger une décarbonisation rapide des économies du monde.

Mais voici un fait complémentaire que trop de rédactions semblent ignorer : ce ne sont pas seulement les militants qui parlent d’une « urgence climatique ». Plus de onze mille scientifiques de premier plan ont expressément choisi l’expression « urgence climatique » pour décrire la situation à laquelle notre civilisation est actuellement confrontée. Les journalistes sceptiques doivent garder à l’esprit que les scientifiques ont tendance à être des individus axés sur les données, orientés rationnellement, qui évitent généralement les mots chargés d’émotion. Les scientifiques adoptent maintenant l’expression « urgence climatique » parce que les réalités physiques sont devenues si extrêmes, le temps restant pour résoudre le problème si limité et les réformes nécessaires si difficiles qu’aucun autre mot ne suffit. L’humanité doit réduire ses émissions de 45% d’ici 2030 pour éviter une catastrophe totale, ont averti les scientifiques de l’ONU. Cet objectif nécessitera de transformer l’énergie, l’agriculture, la finance et d’autres secteurs clés du monde à un rythme et à une échelle sans précédent dans l’histoire.

" Les scientifiques ont l’obligation morale d’avertir clairement l’humanité de toute menace catastrophique et de « dire les choses telles qu’elles sont ». Ainsi commence la déclaration signée par les onze mille scientifiques.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Les journalistes ont démontré une telle obligation morale en couvrant le coronavirus cette année. Malgré les réductions de personnel qui ont obligé de nombreux journalistes à travailler dans des conditions très difficiles, les organes de presse ont héroïquement relevé le défi d’informer le public sur ce qui se passait pendant la pandémie, pourquoi et comment les gens pouvaient se protéger et protéger les autres. Les médias ont également demandé des comptes aux dirigeants politiques, la plupart des médias mettant en lumière les affirmations non fondées ou dangereuses des multiples fournisseurs de désinformation

Désormais, les journalistes doivent apporter ce même sens de dévouement professionnel à la couverture de l’urgence climatique. Comme l’a souligné António Guterres, la Terre « se dirige vers une augmentation catastrophique de la température de plus de 3°C. au cours de ce siècle ». Une telle augmentation, les scientifiques le prédisent clairement, serait une condamnation à mort pour des centaines de millions de personnes et la civilisation telle que nous la connaissons. Le dire n’est pas plus partisan que de dire que le coronavirus est très contagieux et menace de tuer des millions de personnes, mais peut être contenu si les gens portent des masques et prennent des distances physiques entre eux.

Le journalisme climatique a parcouru un long chemin en 2020. Si 2019 a été l’année où les médias grand public ont enfin abandonné le « silence climatique » qui avait émoussé la compréhension publique et l’action politique pendant si longtemps, 2020 a été l’année où les politiciens et les rédactions ont commencé à traiter le climat comme un problème de premier plan qui exigeait une attention particulière. Mais il reste encore beaucoup à faire.

Les mois à venir seront une période charnière dans l’urgence climatique. À l’échelle mondiale, le sommet de l’ONU en novembre décidera si les gouvernements du monde ne s’engagent pas seulement en paroles à atteindre des émissions « nettes nulles » d’ici le milieu du siècle, mais prennent également des mesures concrètes pour le faire.

Déclarer une « urgence climatique » est certes une question de mots, mais la politique est souvent une danse savante entre des mots et des actes. Les mots peuvent préparer le terrain pour les actes, à la fois en clarifiant ce qui est en jeu et en fournissant une norme destinée à demander des comptes aux dirigeants. Les organes de presse ont un avantage : ils possèdent de gros mégaphones et, en 2020, ils ont su les utiliser pour aider nos sociétés à traverser la terrible pandémie. 2021 sera l’année où les médias déclareront l’humanité en urgence climatique. Une urgence que nous promettons, de notre côté, d’éclairer de notre mieux pour, nous l’espérons, aider chacun à la surmonter.

 

 

 

 

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.


Covering Climate NowCet article est publié ici dans le cadre du partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 400 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique du changement climatique.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

1 Comment
The oldest
Most recent Most Votes
Inline Feedbacks
View all comments
Member
marc.guiraud***
9 months

Chère Fabienne Marion, permettez-moi d’exprimer un désaccord avec votre article et son titre. Tout d’abord, cela fait des dizaines d’années que les médias traitent le sujet du réchauffement climatique et que les politiques prennent des mesures. Si elles sont insuffisantes, c’est peut-être parce qu’il n’était pas, collectivement, possible de faire plus et mieux, tant les inerties sont considérables, face à un problème effectivement systémique. Rien de sert de culpabiliser et en tout cas ce n’est pas aux journalistes de le faire. Au-delà, les journalistes ne doivent avoir aucune « obligation morale », quel que soit le sujet. Ce serait extrêmement dangereux pour… Read more "

Previous article

Une forêt tropicale microscopique fait fondre la calotte glaciaire du Groenland

Climat, pandémies, biodiversité : l’avenir est pire que tout ce que vous pouvez imaginer
Next article

Climat, pandémies, biodiversité : l’avenir est pire que tout ce que vous pouvez imaginer

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share230
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print