Le réchauffement de la planète pousse les régions tropicales vers les limites de l'habitabilité humaine

Le réchauffement de la planète pousse les régions tropicales vers les limites de l’habitabilité humaine

Start

La crise climatique pousse les régions tropicales de la planète vers les limites de l’habitabilité humaine, la chaleur et l’humidité croissantes menaçant de plonger une grande partie de la population mondiale dans des conditions potentiellement mortelles, ont constaté de nouvelles recherches. Les études soulignent que trois milliards de personnes vivent actuellement dans cette bande tropicale qui risque de devenir une zone inhabitable.

Si les gouvernements ne parviennent pas à limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C au-dessus de l’ère préindustrielle, les zones de la bande tropicale qui s’étend de part et d’autre de l’équateur risquent de se transformer en un nouvel environnement qui atteindra « la limite de l’adaptation humaine ».

Chaleur mortelle

La capacité des humains à réguler leur chaleur corporelle dépend de la température et de l’humidité de l’air ambiant. La température centrale de notre corps reste relativement stable à 37°C, tandis que notre peau est plus fraîche pour permettre à la chaleur de s’échapper de l’intérieur du corps. Mais si la température du « thermomètre humide » – une mesure de la température et de l’humidité de l’air – dépasse 35°C, la température de la peau s’élève alors, empêchant le corps de se refroidir, entraînant des conséquences potentiellement mortelles.

S’il est trop humide, notre corps ne peut pas se refroidir par l’évaporation de la sueur – c’est pourquoi l’humidité est importante lorsque nous considérons l’habitabilité dans un endroit chaud », précise Yi Zhang, un chercheur de l’Université de Princeton qui a dirigé la further study, publiée dans Nature Geoscience. " Une température corporelle centrale élevée est dangereuse, voire mortelle ".

L’équipe de recherche a examiné diverses données historiques et simulations pour déterminer comment les températures extrêmes des zones humides vont changer à mesure que la planète continue de se réchauffer. Ils ont découvert que ces températures extrêmes dans les tropiques augmentent à peu près au même rythme que la température moyenne tropicale.

Cela signifie que l’augmentation de la température mondiale devra être limitée à 1,5°C pour éviter que les zones tropicales ne dépassent 35°C en température de thermomètre humide, une mesure qui est ainsi nommée parce qu’elle utilise un thermomètre dont le bulbe est enveloppé dans un tissu humide, pour reproduire la capacité des humains à refroidir leur peau par évaporation de la sueur.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Nous y sommes presque déjà

Les conditions dangereuses dans les tropiques se manifesteront même avant le seuil de 1,5°C :  l’article avertit en effet que 1°C d’augmentation extrême de la température du thermomètre humide « pourrait avoir un impact négatif sur la santé équivalent à celui de plusieurs degrés d’augmentation de la température ». Le monde s’est déjà réchauffé d’environ 1,1°C en moyenne en raison de l’activité humaine et bien que les gouvernements aient promis dans l’Accord de Paris sur le climat de maintenir les températures à 1,5°C, les scientifiques avertissent que cette limite pourrait être dépassée d’ici une décennie.

Cette situation aurait des conséquences désastreuses pour une grande partie de l’humanité. Environ 40 % de la population mondiale vit actuellement dans les pays tropicaux, et cette proportion devrait atteindre la moitié de la population mondiale d’ici 2050 en raison de la forte proportion de jeunes dans cette région. La recherche de Princeton s’est concentrée sur les latitudes situées entre 20 degrés Nord, une ligne qui coupe le Mexique, la Libye et l’Inde, et 20 degrés Sud, qui passe par le Brésil, Madagascar et le nord de l’Australie.

Mojtaba Sadegh, expert en risques climatiques à l’Université d’État de Boise, a déclaré que l’étude fait « un excellent travail » en montrant comment la hausse des températures « peut rendre certaines parties des tropiques inhabitables si des investissements considérables dans les infrastructures ne suivent pas ".

Si cette limite est dépassée, les infrastructures comme les abris d’air frais deviendront absolument nécessaires à la survie de l’homme« , a déclaré Mojtaba Sadegh, qui n’a pas participé à la recherche. « Étant donné qu’une grande partie de la zone touchée est constituée de pays à faible revenu, il sera difficile de fournir l’infrastructure nécessaire" . " Théoriquement, aucun humain ne peut tolérer une température de bulbe humide supérieure à 35°C, quelle que soit la quantité d’eau qu’il doit boire« he added.

Trois milliards de personnes concernées

L’étude n’est que le dernier avertissement scientifique sur les graves dangers que représente la chaleur. Des vagues de chaleur extrêmes pourraient pousser certaines régions du Moyen-Orient au-delà de l’endurance humaine, ont constaté les scientifiques, la hausse des températures présentant également des risques énormes pour certaines régions de Chine et d’Inde.

Le résultat de ces études est profondément alarmant : même si la température de la Terre devait augmenter en moyenne que de deux degrés Celsius par rapport à l’époque préindustrielle, la température en été dans ces régions augmentera de plus du double. Au milieu du siècle, pendant les périodes les plus chaudes, les températures ne tomberont pas en dessous de 30 degrés la nuit et pendant la journée, elles pourraient atteindre 46 degrés Celsius. À la fin du siècle, les températures de midi pendant les journées chaudes pourraient même grimper à 50 degrés Celsius. Une autre constatation : les vagues de chaleur pourront se produire dix fois plus souvent qu’aujourd’hui.

Dans ces conditions extrêmes, l’habitabilité humaine devient intolérable et( laisse prévoir des vagues de migrations climatiques plus importantes que jamais.

Le nombre mondial d’épisodes d’humidité et de chaleur potentiellement mortels a doublé entre 1979 et 2017, selon les recherches, et les prochaines décennies devraient voir jusqu’à 3 milliards de personnes dépasser la fourchette historique de température à laquelle les humains ont survécu et prospéré au cours des 6.000 dernières années.

Source : Nature, The Guardian

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Le Gulf Stream ralentit encore. Quand le point de bascule sera atteint, notre vie ne sera plus la même.
Previous article

Le Gulf Stream ralentit encore. Quand le point de bascule sera atteint, notre vie ne sera plus la même.

Y’a plus de saisons ma bonne dame !
Next article

Y’a plus de saisons ma bonne dame !

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
30 Shares
Share30
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print