Faut-il battre en retraite face au changement climatique ?

Faut-il battre en retraite face au changement climatique ?

Start

Selon des chercheurs, il est impératif que les sociétés humaines intègrent un « retrait contrôlé » stratégique dans leur manière de réagir et de s’adapter au changement climatique. Le retrait contrôlé est le déplacement coordonné des personnes et des bâtiments pour les éloigner des risques qui, dans le contexte du changement climatique, se présentent sur de nombreux fronts, notamment l’élévation du niveau de la mer, les inondations, la chaleur extrême, les incendies de forêt et d’autres dangers.

Bien que la notion de retraite puisse être une idée impopulaire, il est essentiel de recadrer le débat sur ce qu’est réellement la retraite gérée, affirment les chercheurs, afin de nous donner les meilleures chances de faire face au changement climatique avec un ensemble complet d’options viables qui seront efficaces à long terme.

Le changement climatique affecte les populations du monde entier et tout le monde essaie de savoir ce qu’il faut faire« , explique dans la revue Science A.R. Siders, chercheur en catastrophes naturelles à l’université du Delaware. « Une stratégie potentielle, s’éloigner des dangers, pourrait être très efficace, mais elle est souvent négligée.

La retraite est souvent méprisée

Parmi les autres formes de mesures d’adaptation – classées dans les catégories académiques de la résistance, de l’accommodation, de l’évitement et de l’avance – la retraite est souvent méprisée, disent les chercheurs. Mais il est important, insistent-ils, étant donné l’ampleur de la crise climatique, que nous ne considérions pas la retraite comme une forme de défaite.

La retraite a souvent été considérée comme un échec de l’adaptation ou envisagée uniquement lorsque toutes les autres options sont épuisées« , expliquent Siders et sa co-auteure Katharine Mach, chercheuses sur les risques climatiques à l’université de Miami, dans leur further study. " Mais cette conceptualisation ignore les leçons tirées de nombreuses disciplines s’appuyant sur une longue histoire du mouvement humain et limite les chercheurs et les décideurs en matière d’adaptation dans la préparation d’un large éventail de futurs.

Dans cette nouvelle recherche, Siders et Mach passent en revue la littérature scientifique existante sur la stratégie de retraite gérée, et esquissent une feuille de route de ce à quoi pourrait ressembler à l’avenir une retraite stratégique réussie face au changement climatique. Ils indiquent notamment que les futurs cas de retraite contrôlée seront différents des cas de retraite contrôlée du passé, axés sur des catastrophes localisées, isolées et à plus petite échelle. « Par exemple, aux États-Unis, les rachats volontaires de maisons ont permis à environ 45 000 familles de quitter des maisons inondables au cours des 30 dernières années". Nicole Teke, spokesperson for the French Movement for a Basic Income (MFRB), created in 2013, write researchers. « Cela représente une fraction minuscule des millions de personnes à risque [aujourd’hui et à l’avenir] et est inférieur au nombre de maisons subissant des dommages répétés dus aux inondations et au nombre de nouvelles maisons construites dans les plaines inondables.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Une retraite contrôlée pour faire face aux effets du climat

À l’avenir, le retrait géré pourrait devenir un élément central complétant d’autres formes de réponse au changement climatique. Outre l’abandon pur et simple de certaines zones, la retraite contrôlée pourrait permettre de faire de la place pour des adaptations technologiques conçues pour résister aux effets du climat, comme la construction de colonies flottantes ou l’encerclement des villes par des barrières anti-tempête ou anti-incendie.

Il est probable que de nombreuses incarnations futures de la retraite contrôlée ne ressembleront pas aux formes que nous avons vues dans le passé, qui se sont produites principalement en réponse aux inondations. Si les risques d’inondation et d’inondation côtière font certainement partie du changement climatique, d’autres risques, tels que les feux de forêt et leur fumée, impliquent que de nouveaux types de retraite seront nécessaires.

Le recul futur peut aussi résulter de plus en plus de tendances à évolution plus lente, telles que la subsidence continue, les inondations récurrentes dues aux marées hautes, la fonte du pergélisol, la salinisation des eaux souterraines ou la désertification« , expliquent les auteurs.

Le retrait proactif, planifié avant que les changements à évolution lente ne menacent gravement les vies, les moyens de subsistance et d’autres choses auxquelles les gens tiennent, est susceptible d’être plus efficace et de réduire les charges psychologiques, socioculturelles et de mise en œuvre du retrait.

Selon les chercheurs, pour réussir à anticiper et à planifier ces problèmes, les parties prenantes devront communiquer entre les communautés locales, régionales, nationales et même internationales, en impliquant à la fois les citoyens, les multiples niveaux de gouvernement et le secteur privé.

Dans le même temps, la retraite dirigée doit absorber de nouveaux types de visions de l’adaptation influencées par l’architecture, l’ingénierie environnementale, la fiction climatique, la prospective et les évaluations de la sécurité – autant de disciplines qui pourraient apporter des idées nouvelles pour aider à résoudre les problèmes auxquels nous sommes actuellement confrontés.

Les visions de l’adaptation ont le potentiel d’être audacieuses, dans la poursuite de futurs préparés aux chocs climatiques qui promeuvent la justice sociale, améliorent la qualité de vie et favorisent des relations plus fortes entre les peuples et entre les peuples et la nature« , expliquent les chercheurs.

Le retrait stratégique et géré peut ne pas être mis en œuvre dans de nombreux endroits. Pourtant, l’intégrer dès maintenant dans les débats sur l’adaptation, malgré (ou même à cause) de ses complexités, crée de meilleures chances de bien-être durable à long terme dans un contexte d’intensification des risques climatiques"

Lacanau voudrait être relocalisée plus loin de l’océan

Face à la montée des eaux et des risques de submersion certaines (rares) communes françaises réfléchissent à des stratégies de « repli stratégique ». C’est notamment le cas de Lacanau en Gironde, et son projet « Lacanau-2050 », qui envisage deux scénarios : la construction d’ouvrages de protection, ou carrément la relocalisation, c’est-à-dire le déménagement d’une partie de la commune, dont 1.200 logements et 120 commerces. « C’est ce qu’on appelle le repli stratégique« , détaille au micro de FranceInfo, l’ingénieur spécialisé en risques côtiers, Thomas Bulteau.

A Lacanau, l’océan gagne environ deux mètres sur la terre chaque année. Face à cela Lacanau se protège avec un enrochement bientôt renforcé et une option plus radicale envisagée après 2050 : déplacer 1 200 logements et 120 commerces du front de mer à l’intérieur des terres. « Quand on parle de 1 200 logements cela peut paraitre totalement fou, reconnaît Eléonore Geneau, chargée de mission Littoral pour la commune. Mais quand on est face à l’urgence d’un ouvrage qui cède et qu’on doit déguerpir, je pense que c’est aussi fou."

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Pour le moment cette « relocalisation » d’un quartier d’environ 1 km sur 250 m n’est qu’une piste. Manque d’outil juridique pour exproprier, coût estimé à plus de 300 millions d’euros… le maire MoDem Laurent Peyrondet préfèrerait s’en passer, mais il met en garde : « Ce que l’on dit aux gens qui achètent sur ce périmètre de vulnérabilité c’est aujourd’hui, vous faites un achat plaisir parce qu’on ne peut pas vous garantir que dans 30 ans, vous serez encore là. Et quand ils signent chez notaire, on leur précise bien qu’il y a un risque sur cette zone. Ça sera bien difficile pour eux de venir se faire indemniser par la suite.

Image d’en-tête : Lacanau (Gironde), le 9 décembre 2020 (JEROME JADOT / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

1 Comment
The oldest
Most recent Most Votes
Inline Feedbacks
View all comments
allotoxconsulting@yahoo.fr
1 month

Bonne logique. A moins de créer des polders comme en Hollande, il ne reste qu’à reculer face à la mer.

Les pays du Golfe face au spectre d’un climat invivable
Previous article

Les pays du Golfe face au spectre d’un climat invivable

L’Arctique chauffe : notre hiver sera-t-il glacé ?
Next article

L’Arctique chauffe : notre hiver sera-t-il glacé ?

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share8
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print