Les villes menacées par les chaleurs extrêmes

Les villes menacées par les chaleurs extrêmes

Start

L’exposition à la chaleur urbaine extrême a considérablement augmenté depuis le début des années 1980, l’exposition totale ayant triplé au cours des 35 dernières années. Aujourd’hui, environ 1,7 milliard de personnes, soit près d’un quart de la population mondiale, vivent dans des zones urbaines où l’exposition à la chaleur extrême a augmenté. Cette situation, provoquée par la densité des villes et le réchauffement climatique, risque de priver les populations pauvres d’une vie meilleure dans ces villes.

« En Afrique et en Asie du Sud, où vivent déjà des centaines de millions de pauvres en milieu urbain (…) sans investissements suffisants, sans intervention humanitaire et sans soutien des gouvernements, la chaleur extrême peut limiter de manière décisive la capacité des populations pauvres à réaliser les gains économiques associés à l’urbanisation », écrivent les auteurs de l’study, parue dans la revue « Proceedings of the National Academy of Sciences ». En cause, les « îlots de chaleur » dus à la densité des villes, où le béton, l’asphalte et la moindre végétation tendent à enfermer la chaleur.

Pour parvenir à leurs résultats, les chercheurs ont étudié plus de 13.000 villes, en fixant un seuil de chaleur extrême à 30°C en température au thermomètre-globe mouillé (« Wet Bulb Globe Temperature »), un indice qui prend en compte la chaleur et l’humidité.

À partir de ce seuil, « même les personnes les plus saines ont du mal à rester longtemps à l’extérieur, et les personnes en mauvaise santé peuvent tomber très malades ou même mourir », explique l’Institut de la Terre de l’université de Columbia (New York), associé à l’étude.

Sur 13.115 villes étudiées, le nombre de personnes/jours (le nombre de personnes concernées multiplié par le nombre de jours) est passé de 40 milliards en 1983 à 119 milliards en 2016, calculent les scientifiques des universités de Californie Santa Barbara, Minnesota Twin Cities, Arizona et Columbia.

Parmi les villes les plus touchées figure Dacca, la capitale du Bangladesh, qui a connu une augmentation de 575 millions de personnes-jours de chaleur extrême pendant la période étudiée (1983-2016), une exposition accrue due à 80% à l’explosion de sa population (de quatre à 22 millions), selon l’Institut de la Terre. « Cela ne signifie pas que Dacca n’a pas connu un réchauffement substantiel, mais que la croissance démographique a été encore plus rapide », écrit l’Institut.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

D’autres villes présentent des tendances similaires, comme Shanghai, Guangzhou (Chine), Rangoun (Birmanie), Bangkok (Thaïlande), Dubaï (Emirats arabes unis), Hanoï (Vietnam), Khartoum (Soudan) ou encore plusieurs villes du Pakistan, d’Inde et de la péninsule arabique.

D’un autre côté, certaines autres grandes villes ont vu près de la moitié ou plus de leur exposition causée par le seul réchauffement climatique par rapport à la croissance démographique. Il s’agit de Bagdad (Irak), Le Caire (Egypte), Koweït City, Lagos (Nigeria), Calcutta, Bombay (Inde) et d’autres grandes villes d’Inde et du Bangladesh.

Les auteurs soulignent, dans un post publié par The Conversation, l’importance de parvenir à différencier les facteurs démographiques et climatiques pour mieux définir des politiques locales. Ce qui nous inquiète, écrivent les auteurs de l’étude, c’est que, parce que l’exposition à la chaleur extrême en milieu urbain a été largement écartée du radar des politiques de développement, les habitants pauvres des villes auront plus de mal à échapper à la pauvreté.

De nombreuses études ont montré que la chaleur extrême réduit la productivité du travail et la production économique. Les travailleurs à faible revenu bénéficient généralement de moins de protections. Ils doivent également faire face à des coûts élevés pour se nourrir et se loger, et sont souvent privés de climatisation.

Les mesures que les villes peuvent prendre

La pandémie de coronavirus et le mouvement Black Lives Matter ont amplifié les demandes d’une plus grande attention politique et scientifique aux inégalités et aux injustices. De meilleures données qui aident à saisir les véritables expériences vécues des individus sont une caractéristique essentielle d’une science climat-santé plus intégrée et socialement pertinente.

Les collaborations entre disciplines scientifiques peuvent aider les gouvernements et les entreprises à s’adapter aux nouveaux résidents urbains et à réduire les dommages causés par la chaleur.

La mise en œuvre de systèmes d’alerte précoce, par exemple, peut réduire les risques si elle s’accompagne d’actions telles que l’ouverture de centres de rafraîchissement. Les gouvernements peuvent également mettre en œuvre des normes de chaleur professionnelle afin de réduire les risques de chaleur pour les personnes marginalisées et leur donner les moyens d’éviter l’exposition. Mais ces interventions doivent atteindre les personnes qui en ont le plus besoin.

La grande majorité des personnes touchées vivront en Asie du Sud et en Afrique, dans des vallées fluviales comme le Gange, l’Indus, le Nil et le Niger. Ces berceaux de civilisation chauds, humides, peuplés et pauvres sont en train de devenir des épicentres du risque thermique.

Avec AFP, The Conversation

Première publication dans UP’ Magazine : 5/10/21

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

1 Comment
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
christian.campiche@bluewin.ch
1 month

« Les mesures que les villes peuvent prendre », cela reste pour le moins vague et ne résulte d’aucun programme précis. Il serait plus intelligent de consacrer l’énergie et l’argent de la guerre en Ukraine à aider les zones touchées en y dépêchant des urbanistes et des agronomes.

Faut-il battre en retraite face au changement climatique ?
Previous article

Faut-il battre en retraite face au changement climatique ?

Faut-il se préparer au pire ?
Next article

Faut-il se préparer au pire ?

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share19
Tweet
Share
WhatsApp
Email