L'historique des émissions de CO2 confirme la responsabilité des grandes nations dans la crise climatique
/

L’historique des émissions de CO2 confirme la responsabilité des grandes nations dans la crise climatique

Start

Une analyse des émissions totales de dioxyde de carbone des pays depuis 1850 a révélé les nations ayant la plus grande responsabilité historique dans l’urgence climatique. Mais six des dix premiers pays doivent encore prendre de nouvelles mesures ambitieuses pour réduire leurs émissions avant le sommet crucial des Nations unies sur le climat, la Cop26, qui se tiendra à Glasgow en novembre. Parmi ces six pays figurent la Chine, la Russie et le Brésil, qui arrivent juste derrière les États-Unis en tant que plus gros pollueurs cumulés. Le Royaume-Uni est huitième et le Canada dixième. Le dioxyde de carbone reste dans l’atmosphère pendant des siècles et la quantité cumulée de CO2 émise est étroitement liée au réchauffement de 1,2 °C que la planète connaît.

La responsabilité historique du changement climatique est au cœur des débats sur la justice climatique. L’affaire est importante car la quantité cumulée de dioxyde de carbone (CO2) émise depuis le début de la révolution industrielle est étroitement liée au réchauffement de 1,2 °C qui s’est déjà produit. Au total, l’homme a injecté environ 2 500 milliards de tonnes de CO2 (GtCO2) dans l’atmosphère depuis 1850, ce qui laisse moins de 500 GtCO2 pour rester sous la barre des 1,5 °C de réchauffement. Cela signifie que, d’ici à la fin de 2021, le monde aura collectivement brûlé 86 % du budget carbone pour une probabilité de 50-50 de rester en dessous de 1,5 °C, ou 89 % du budget pour une probabilité de deux-tiers.

Lors des négociations des Nations unies, les émissions historiques sous-tendent les revendications de justice climatique formulées par les pays en développement, ainsi que la disparité de richesse entre les nations. Les pays qui se sont enrichis grâce aux combustibles fossiles ont la plus grande responsabilité d’agir, affirment les pays en développement, et de fournir des fonds pour un développement à faible émission de CO2 et une protection contre les effets du réchauffement de la planète. Le Royaume-Uni accueille la Cop26 et le premier ministre, Boris Johnson, a reconnu cette responsabilité dans un discours prononcé à l’ONU en septembre.

L’analyse, produite par Carbon Brief, inclut, pour la première fois, les émissions provenant de la destruction des forêts et d’autres changements dans l’utilisation des sols, parallèlement aux combustibles fossiles et à la production de ciment. Cela propulse le Brésil et l’Indonésie dans le top 10, contrairement à ce qui se passe lorsque l’on considère uniquement les émissions liées aux combustibles fossiles.

Les données montrent également que le monde a désormais utilisé 85 % du budget CO2 qui donnerait une chance sur deux de limiter le réchauffement à 1,5 °C, la limite de danger convenue à Paris en 2015.

Le top 10

Les États-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et le Canada sont les seules nations du top 10 à avoir pris l’engagement de réduire davantage leurs émissions avant la Cop26. Bien que les États-Unis aient déclaré qu’ils doubleraient leur contribution au financement de la lutte contre le changement climatique en faveur des pays en développement, certains considèrent que c’est trop peu de la part de la plus grande économie du monde.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

La Russie a fait une nouvelle promesse, mais elle autorise une augmentation des émissions, et le groupe Climate Action Tracker (Cat) la qualifie de « gravement insuffisante » par rapport aux objectifs de Paris. La Chine et l’Inde n’ont pas encore pris de nouveaux engagements, tandis que ceux du Brésil, de l’Indonésie et du Japon n’améliorent pas les engagements précédents.

« Il existe un lien direct entre les 2 500 milliards de tonnes de CO2 injectées dans l’atmosphère depuis 1850 et le réchauffement de 1,2 °C que nous connaissons déjà », a déclaré Simon Evans de Carbon Brief. « Notre nouvelle analyse met en lumière les personnes et les pays les plus responsables du réchauffement de notre planète.

« Nous ne pouvons pas ignorer le CO2 provenant de la foresterie et du changement d’affectation des terres, car il représente près d’un tiers du total cumulé depuis 1850. Si l’on tient compte de ce facteur, il est vraiment frappant de voir le Brésil et l’Indonésie se hisser dans le top 10. »

La France quant-à-elle, échappe de peu au classement dans le top 10 ; elle figure à la 11th place du classement. Ses émissions cumulées de CO2 sur l’ensemble de la période analysée s’élèvent à 35,6 GtCO2. C’est environ deux fois moins que celles de la Grande-Bretagne (74,3GtCO2) ou de l’Allemagne 88,5GtCO2) et sans commune mesure avec celles de États-Unis : 509,1GtCO2.

Justice élémentaire

Mohamed Nasheed, ambassadeur du Climate Vulnerable Forum (CVF), un groupe de 48 nations, et président du parlement des Maldives, a déclaré : « La justice élémentaire exige que ceux qui ont le plus contribué à l’urgence climatique prennent l’initiative d’y remédier. Cette nouvelle analyse montre clairement à qui incombe la responsabilité : principalement aux États-Unis, mais aussi, dernièrement, à la Chine et à la Russie.

« Les émetteurs historiques ont absorbé tout le budget carbone pour 1,5°C et l’ont consacré à leur propre développement. En ce sens, nous leur avons prêté notre budget carbone et ils nous le doivent. À l’approche de la Cop[26], nous avons constaté une augmentation des promesses de financement, mais elles sont encore bien inférieures aux 100 milliards de dollars [73,5 milliards de livres] par an que le CVF réclame. »

Tom Athanasiou, partenaire du Climate Equity Reference Project, a déclaré que la capacité différente des nations riches et pauvres à financer l’action climatique était importante. « La responsabilité historique est un principe clé de l’équité, mais ce n’est pas le seul », a-t-il déclaré. « Il est essentiel de tenir compte de la capacité si nous voulons éviter que l’action climatique ne se fasse sur le dos des pauvres. »

L’analyse de Carbon Brief montre qu’environ 85 % des émissions cumulées des États-Unis et de la Chine proviennent de la combustion de combustibles fossiles, et 15 % de la déforestation, l’inverse étant vrai pour le Brésil et l’Indonésie. L’Indonésie a fait quelques progrès en mettant un terme au rasement des arbres, mais l’abattage des forêts au Brésil s’est accéléré sous la présidence actuelle de Jair Bolsonaro.

La responsabilité est engagée

Les États-Unis ont été le plus grand pollueur cumulé de 1850 à aujourd’hui. La Russie était le deuxième plus gros pollueur jusqu’en 2007, date à laquelle ses émissions ont été dépassées par celles de la Chine, dont les émissions ont commencé à augmenter rapidement à partir des années 1970. Le Royaume-Uni a été le troisième plus gros émetteur pendant un siècle, de 1870 à 1970, date à laquelle il a été dépassé par le Brésil.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

« Nous avons lancé la révolution industrielle en Grande-Bretagne. Nous avons été les premiers à envoyer vers les cieux de grandes bouffées de fumée âcre à une échelle telle qu’elle dérange l’ordre naturel », a déclaré M. Johnson devant l’assemblée générale des Nations unies en septembre. « Nous comprenons quand le monde en développement se tourne vers nous pour l’aider et nous prenons nos responsabilités. »

Le président de la Cop26, Alok Sharma, a déclaré : « Les grands émetteurs, en particulier ceux du G20, ont la responsabilité d’envoyer un message fort et puissant au monde, à savoir qu’ils rehaussent leurs ambitions et accélèrent leur action sur le changement climatique. Si ceux qui ont le plus contribué au problème du réchauffement de la planète doivent prendre l’initiative, tous les pays et toutes les composantes de la société ont un rôle à jouer pour relever ce défi commun. »

Robbie Andrew, de Cicero, un centre norvégien de recherche sur le climat, a déclaré : « Si les émissions historiques sont très importantes, près des deux tiers de nos émissions de CO2 fossile sont apparues depuis 1980 environ, et environ 40 % depuis 2000 [et] c’est sur ce qui se passe maintenant que nous pouvons agir. »

La semaine dernière, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a déclaré que les économies développées devaient prendre l’initiative et Greta Thunberg a également soulevé la question de la responsabilité historique.

« Je reconnais que les pays qui ont émis le plus de [dioxyde] de carbone ne l’ont pas fait dans l’intention de nuire au climat », a déclaré Mohamed Nasheed. « Le moteur à combustion interne a été inventé pour la mobilité, pas pour noyer les nations insulaires. J’appelle donc à une approche collective de cette question, où nous agissons ensemble pour mettre rapidement à l’échelle les technologies propres dont nous avons besoin, au lieu de jouer à un jeu de blâme postcolonial. »

L’analyse de Carbon Brief a utilisé des données provenant du Centre d’analyse des informations sur le dioxyde de carbone, de Our World in Data, du Global Carbon Project, de Carbon Monitor et d’études sur les émissions dues à la déforestation et aux changements d’utilisation des terres. Elle commence en 1850, date avant laquelle les données fiables sont rares, et n’inclut donc pas les émissions dues à la déforestation qui a eu lieu avant cette date. Elle tient compte de l’évolution des frontières nationales au fil du temps, mais n’attribue pas les émissions des pays précédemment colonisés à la nation colonisatrice.

Avec The Guardian / Covering Climate Now, collaboration journalistique mondiale visant à renforcer la couverture de la crise climatique, dont UP’ Magazine est membre.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Les villes menacées par les chaleurs extrêmes
Previous article

Les villes menacées par les chaleurs extrêmes

Des modélisateurs du climat reçoivent le prix Nobel de physique
Next article

Des modélisateurs du climat reçoivent le prix Nobel de physique

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share41
Tweet
Share
WhatsApp
Email