Climat : L’ONU dit aux enfants d’aller se faire voir ailleurs

Climat : L’ONU dit aux enfants d’aller se faire voir ailleurs

Start

Il y a deux ans, un groupe d’adolescents et de préadolescents a déposé une pétition auprès des Nations unies, affirmant que cinq grands émetteurs de gaz à effet de serre violaient leurs droits. Lundi, le comité des Nations unies chargé d’examiner leur plainte leur a remis un trophée de participation, puis a rendu un jugement largement favorable aux pays pollueurs. Les enfants sont ainsi priés d’aller se faire voir ailleurs. Ils sont pourtant non seulement concernés mais mobilisés. L’une de leur figure de proue, Greta Thunberg, s’est confiée à nous lors d’un entretien avec le consortium de médias Covering Climate Now dont UP’ Magazine est partenaire.

La plainte a été déposée contre l’Argentine, le Brésil, la France, l’Allemagne et la Turquie, cinq pays du G20 qui ont signé la Convention relative aux droits de l’enfant. Dans leur plainte, Greta Thunberg et 15 codemandeurs ont affirmé que ces pays violaient leurs droits en utilisant l’atmosphère comme une décharge de dioxyde de carbone, en dépit de leur connaissance des risques liés au changement climatique. Ces pays ont répondu qu’ils avaient des plans climatiques et qu’ils faisaient de leur mieux, et que si les enfants voulaient vraiment une solution, ils devaient déposer des plaintes dans chaque pays pour que les tribunaux puissent s’en occuper.

Après deux ans d’audiences, les enfants n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient. Le Comité onusien des droits de l’enfant a décidé que oui, le changement climatique est un problème énorme et que oui, les pays sont responsables de la réduction des émissions en raison des dommages qu’elles causent aux enfants du monde entier. Mais elle a jugé que les enfants n’avaient pas épuisé les voies légales dans les cinq pays cités dans la plainte, et que le Comité ne demanderait pas de comptes à ces pays tant que cela ne serait pas fait.

Je n’ai aucun doute que ce jugement hantera le Comité à l’avenir », a déclaré une des pétitionnaires, Alexandria Villasenor, dans un communiqué. « Lorsque les catastrophes climatiques seront encore plus graves qu’aujourd’hui, le Comité regrettera sévèrement de ne pas avoir fait ce qu’il fallait quand il en avait l’occasion. Les enfants sont de plus en plus en première ligne de la crise climatique, puisqu’ils représentent plus de 80 % des décès liés au climat. Une fois de plus, les adultes n’ont pas réussi à nous protéger ".

" Ce qui est surprenant, c’est la manière dont le Comité a essentiellement reconnu que les droits de ces enfants ont été violés, qu’il y a un lien de causalité entre ces émissions et les dommages subis par les enfants, et que ces États ont l’obligation de réduire ces émissions pour éviter que les enfants ne subissent des dommages en dehors de leurs frontières », a commenté Scott Gilmore, un des avocats qui a contribué à la plainte, avant de noter que l’idée de déposer un tas d’affaires au niveau national ne tient pas debout. « Ce processus en lui-même prendrait des années. Et comme nous le savons tous, il ne reste plus d’années pour atténuer les émissions. Il faut le faire immédiatement"

En effet, l’affaire climatique la plus marquante devant les tribunaux américains est peut-être celle de Juliana contre les États-Unis, une affaire déposée par des enfants et de jeunes adultes en 2015, qui continue de se frayer un chemin dans le système judiciaire. Au cours de cette période, les émissions ont augmenté de manière incontrôlée, à l’exception de l’année 2020, qui correspond à la pandémie. La science du climat, quant à elle, montre que la pollution par le carbone doit commencer à diminuer maintenant à un taux d’environ 8 % par an, chaque année de cette décennie, afin d’avoir une chance de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius, un objectif défini dans l’accord de Paris. Ce niveau « sûr » de réchauffement de la planète se traduirait néanmoins par un monde très différent du nôtre, qui s’est réchauffé d’environ 1 degré Celsius depuis l’ère préindustrielle.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Si l’affaire n’a pas eu l’issue que les enfants espéraient, cela ne fera qu’accroître la pression sur les dirigeants mondiaux qui se réuniront le mois prochain à Glasgow pour des négociations cruciales sur le climat. Ce ne devrait pas être aux enfants, bien sûr, de rappeler aux dirigeants les enjeux, étant donné les alarmes hurlantes des scientifiques et d’autres observateurs de la société civile depuis des années. Mais il semble que tout le monde soit sur le pont. « Cette décision souligne vraiment la nécessité de l’activisme climatique que les enfants ont déjà adopté dans le monde entier », juge Scott Gilmore. « C’est une nouvelle illustration que, très franchement, le système des droits de l’homme mis en place par les adultes laisse tomber la jeunesse du monde"

Comme un disque rayé

Face à ce revers, les jeunes activistes ne désarment pas et répètent inlassablement leurs injonctions aux dirigeants d’agir, vite. Greta Thunberg, une adolescente de 16 ans aujourd’hui, est devenue en seulement trois ans, depuis qu’elle a commencé à sécher les cours le vendredi pour protester seule devant le parlement suédois, une figure mondiale, donnant une voix à la fureur de sa génération face à l’incapacité du monde à s’attaquer à un problème connu depuis des décennies.

Greta Thunberg

Lors d’un entretien avec le consortium de médias Covering Climate Now dont UP’ Magazine est partenaire, la jeune militante du climat a répété ses doutes sur les sommets internationaux qui se succèdent. Elle craint ainsi que la prochaine COP26 de Glasgow n’aboutisse sur rien de concret. « Je m’attends à ce que nous entendions beaucoup, beaucoup de beaux discours, beaucoup d’engagements qui, si l’on se penche vraiment sur les détails, sont plus ou moins dénués de sens, mais ils les disent simplement pour avoir quelque chose à dire, pour que les médias aient quelque chose à raconter », répète-t-elle.

Et puis je m’attends à ce que les choses continuent à rester les mêmes. Les COP telles qu’elles sont actuellement ne mèneront à rien, à moins qu’il n’y ait une pression importante, massive, de l’extérieur. »  « Dans une urgence telle que celle dans laquelle nous nous trouvons actuellement, chacun doit prendre sa responsabilité morale, du moins je le pense, et utiliser tout pouvoir qu’il a, toute plateforme qu’il a, pour essayer d’influencer et de pousser dans la bonne direction, pour apporter un changement », a-t-elle appelé.  « Je pense que c’est notre devoir en tant qu’êtres humains ".

Pour que la COP26 soit un succès, Greta Thunberg a suggéré qu’il fallait faire preuve d’une honnêteté sans faille quant au « fossé entre ce que nous disons et ce que nous faisons réellement… »  Ce n’est pas ce que nous faisons actuellement.  Nous essayons de trouver des petites solutions concrètes et symboliques pour donner l’impression que nous faisons quelque chose, sans vraiment nous attaquer au problème.  Nous ne comptons toujours pas toutes les émissions lorsque nous annonçons des objectifs.  Nous utilisons toujours une comptabilité créative lorsqu’il s’agit de réduire les émissions, et ainsi de suite.  Tant que ce sera le cas, « nous n’irons pas très loin"

Le message central de la jeune militante suédoise a été cohérent depuis qu’elle a émergé pour la première fois sur la scène mondiale avec une dénonciation enflammée des élites mondiales au Forum économique mondial de Davos en janvier 2019 : écoutez la science et faites ce qu’elle exige ; la science dit que notre maison planétaire est littéralement en feu, et les dirigeants mondiaux et tout le monde devraient agir comme tel.

Le fait que les dirigeants mondiaux, de son propre aveu, ne font pas ce qu’elle et des millions de militants exigent ne l’a pas amenée, elle et d’autres leaders du mouvement, à envisager de nouvelles stratégies et tactiques, du moins pas encore. « Pour l’instant, nous ne faisons que répéter le même message, comme un disque rayé », fait-elle observer. « Et nous descendons dans la rue parce qu’il faut répéter le même message… jusqu’à ce que les gens le comprennent. Je suppose que c’est la seule option que nous ayons. Si nous trouvons d’autres façons de faire à l’avenir qui fonctionnent mieux, alors peut-être que nous changerons"

Greta Thunberg souligne néanmoins qu’elle voit « beaucoup, beaucoup de points positifs », faisant référence aux millions de personnes dans le monde qui agissent. « Quand j’agis, je ne me sens pas impuissante et que les choses sont sans espoir, car alors j’ai l’impression de faire tout ce que je peux "she says. « Et cela me donne beaucoup d’espoir, surtout de voir toutes les autres personnes dans le monde entier, les militants, qui agissent et qui se battent pour leur présent et leur avenir"

Avec Earther, Covering Climate Now

Image d’en-tête : UNICEF/UN0372811/Ocon/AFP-Service

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.


Covering Climate NowCet article est publié dans le cadre de Covering Climate Now, une collaboration journalistique mondiale visant à renforcer la couverture de la crise climatique, dont UP’ Magazine est membre.


 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Nous faisons face à notre moment de vérité
Previous article

Nous faisons face à notre moment de vérité

Montée des eaux : on ne peut plus dire « si » mais « quand »
Next article

Montée des eaux : on ne peut plus dire « si » mais « quand »

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share49
Tweet
Share
WhatsApp
Email