Même des réductions drastiques de CO2 ne ramèneront pas le climat que nous avons perdu

Même des réductions drastiques de CO2 ne ramèneront pas le climat que nous avons perdu

Start

Selon une nouvelle étude publiée dans Nature, le changement climatique est si avancé que même une réduction radicale des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère ne suffira pas pour que les systèmes météorologiques du monde retrouvent leurs caractéristiques antérieures. Mais cette étude suggère également que nous pouvons encore avoir un impact considérable sur la gravité de ce changement.

À l’aide d’une série de simulations de modèles climatiques avancés, les chercheurs ont examiné l’effet d’une augmentation des niveaux de CO2 à 1 468 ppm – soit quatre fois leur niveau actuel – au cours des 140 prochaines années, puis d’un retour aux niveaux actuels au cours des 140 années suivantes.

Ils ont constaté que lorsque les niveaux de CO2 commencent à redescendre, la zone de convergence intertropicale (ZCIT), responsable de 32 % des précipitations mondiales, se déplace vers le sud, ce qui peut entraîner un changement permanent des conditions du type El Niño.

L’équipe à l’origine de la modélisation souligne que ces changements irréversibles des systèmes météorologiques doivent être pris en compte dans la planification du changement climatique, parallèlement aux prévisions plus courantes concernant les températures et les précipitations à l’échelle mondiale.

« Il est impossible de refléter correctement le système climatique complexe si l’on ne tient compte que des niveaux moyens de température et de précipitations à l’échelle mondiale lors de la création de politiques d’atténuation visant à prévenir le changement climatique, telles que la neutralité ou la réduction des émissions de carbone », explained le spécialiste de l’environnement Jong-Seong Kug, de l’université des sciences et des technologies de Pohang, en Corée du Sud.

Dans certaines régions du monde, le changement climatique serait permanent

Alors que des études antérieures suggèrent que la température et les précipitations pourraient finir par revenir à leur niveau actuel – bien qu’il faille plusieurs centaines d’années – la nouvelle recherche suggère que les effets en chaîne de l’évolution du changement climatique ne sont pas aussi clairs.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Dans certaines régions du monde, le changement climatique serait permanent même si les niveaux de CO2 baissaient, selon ces derniers modèles. Par exemple, les précipitations augmenteraient de 15 % en Amérique du Nord et du Sud, ce qui entraînerait une augmentation des inondations, même après une baisse significative des niveaux de CO2.

Dans le même temps, la zone du Sahel – qui comprend le sud de l’Europe et le désert du Sahara – a connu une diminution de 20 % des précipitations annuelles, même après une réinitialisation du dioxyde de carbone, ce qui risquerait d’entraîner une nouvelle désertification.

« Les gaz à effet de serre déjà émis ont des effets durables sur la planète, nous devons donc reconnaître leurs impacts à long terme ainsi que leur effet immédiat sur le changement climatique », explained M. Kug.

Le déplacement de la ZCIT peut avoir des effets importants et de grande portée. Par exemple, il peut modifier la circulation de Hadley, qui est à la base de la circulation atmosphérique pour l’ensemble de la planète (l’air chaud s’élevant à l’équateur).

Les chercheurs ont découvert que la ZCIT est susceptible de rester dans l’hémisphère sud après une augmentation du CO2, même si les niveaux de CO2 diminuent ensuite. Alors que l’hémisphère nord se refroidirait avec la baisse du dioxyde de carbone atmosphérique, l’hémisphère sud resterait chaud, comme lors des années El Niño.

La modélisation du changement climatique est incroyablement compliquée, mais plus nous disposons de données, plus nos préparatifs et nos mesures d’atténuation sont efficaces – et il s’agit bien sûr d’un nouvel avertissement sur l’urgence de réduire au maximum les émissions de CO2.

« Notre étude montre que les effets du CO2 qui se sont déjà produits persisteront plus longtemps que prévu et que les futures émissions de CO2 entraîneront d’autres effets retardés et irréversibles », écrivent les chercheurs dans leur article.

La recherche a été publiée dans Nature Climate Change.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Macron : pas un mot sur le climat et le vivant
Previous article

Macron : pas un mot sur le climat et le vivant

Antarctique : le glacier de l’Apocalypse nous menace tous
Next article

Antarctique : le glacier de l’Apocalypse nous menace tous

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share47
Tweet
Share
WhatsApp
Email