Un tiers des terres agricoles sont polluées par les pesticides qui enrichissent les géants de l’agrochimie

Un tiers des terres agricoles sont polluées par les pesticides qui enrichissent les géants de l’agrochimie

Start

Un tiers des terres agricoles dans le monde sont à « haut risque » de pollution par des résidus de pesticides, qui peuvent se retrouver dans les nappes phréatiques et menacer la biodiversité, selon une étude publiée ce 29 mars. Des produits chimiques présentant des dangers avérés pour la santé humaine, animale et l’environnement mais qui continuent à alimenter par milliards les caisses des géants de l’agrochimie.

Des chercheurs en Australie ont étudié 59 herbicides, 21 insecticides et 19 fongicides et ont estimé leurs niveaux d’utilisation dans 168 pays en se basant sur des données de l’agence des Nations-Unies chargée de l’alimentation et de l’agriculture (la FAO) et de l’Institut américain de géophysique (USGS). Ils ont ensuite utilisé un modèle mathématique pour estimer les niveaux de résidus de pesticides dans l’environnement.

Il en ressort, selon cette study publiée dans Nature Geoscience, que 64% des terres agricoles, soit environ 24,5 millions de km2, sont menacées d’être polluées par plus d’un principe actif et 31% sont à haut risque. Ce résultat « est significatif car la pollution potentielle est généralisée, et certaines régions menacées abritent une grande biodiversité et souffrent de pénurie d’eau », souligne l’auteure principale de l’étude, Fiona Tang, de l’université de Sydney.

Une région est considérée à haut risque quand les niveaux de concentration d’un pesticide sont estimés à au moins 1.000 fois le niveau où ces concentrations n’ont pas d’effet néfaste. L’Asie est la zone la plus touchée, avec 4,9 millions de km2 à haut risque, dont 2,9 millions en Chine. En Europe, la Russie, l’Ukraine et l’Espagne concentrent l’essentiel (62%) des zones à haut risque.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à cette forte pollution, comme un usage excessif de pesticides, leur niveau de toxicité mais aussi des facteurs environnementaux comme des températures froides ou un sol pauvre en carbone qui jouent sur leur dégradation dans l’environnement.

L’étude ne se penche pas directement sur les impacts sur la santé humaine, mais les chercheurs indiquent que le passage des pesticides dans les eaux potables pourrait représenter un risque et demandent une meilleure analyse de la pollution des rivières, des estuaires et des cours d’eau. Elle appelle aussi à une transition vers une « agriculture durable », avec une réduction de l’usage des pesticides et du gaspillage alimentaire.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Le marché juteux des produits interdits

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) définissent les pesticides extrêmement dangereux comme « des pesticides reconnus comme présentant des niveaux particulièrement élevés de dangers aigus ou chroniques pour la santé ou l’environnement selon les systèmes de classification internationalement reconnus ». Les dangers environnementaux comprennent des problèmes tels que la contamination des sources d’eau ou la « perturbation des fonctions des écosystèmes », comme la pollinisation. Toutefois, l’OMS comme la FAO n’ont jamais produit de liste de pesticides extrêmement dangereux. Pour combler cette lacune, Pesticide Action Network International produit la seule liste consolidée, qui est basée sur les classifications faites par l’OMS, l’Agence européenne des produits chimiques, le Centre international de recherche sur le cancer et l’EPA des États-Unis.

In a survey publiée l’année dernière, dont UP’ a longuement fait écho, 41 % des principaux produits des géants de l’agrochimie que sont BASF, Bayer, Corteva, FMC et Syngenta contenaient au moins un pesticide hautement dangereux et que ces cinq sociétés ont réalisé en 2018, plus du tiers (36%) de leurs ventes mondiales avec des produits contenant ces substances. 4.8 milliards de dollars sont entrés ainsi dans leur caisse, en une année, grâce à la vente de produits toxiques. Un chiffre qui est sans doute sous-évalué car les calculs ne portent que sur les cinq plus grandes compagnies agrochimiques.

La conservation d’un modèle d’agriculture industrielle basé sur des cultures imprégnées de pesticides toxiques est un désastre écologique qui n’a qu’un seul intérêt : celui des entreprises qui fabriquent ces produits. Ces derniers n’ont pas leur place dans un monde qui se veut durable et dans des sociétés qui veulent assurer un environnement vivable et une alimentation saine à leurs citoyens. Comme toujours, c’est ici affaire de courage politique face aux pressions des lobbies et de capacité de décision des gouvernements.

With AFP

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Un délire environnemental : pendant la pandémie, des centaines de milliers de conteneurs vides voyagent sur les océans
Previous article

Un délire environnemental : pendant la pandémie, des centaines de milliers de conteneurs vides voyagent sur les océans

Latest articles from Pollutions

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
89 Shares
Share89
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print