Un enfant sur cinq dans le monde n’a pas assez d’eau pour vivre

Start

À l’échelle mondiale, plus de 1,42 milliard de personnes – dont 450 millions d’enfants – vivent dans des zones où la vulnérabilité hydrique est élevée ou extrêmement élevée, d’après une nouvelle analyse publiée par Unicef. Cela signifie qu’un enfant sur cinq dans le monde n’a pas assez d’eau pour la vie de tous les jours. Unicef lance une nouvelle initiative, Water Security for All visant à mobiliser des ressources et un appui international en faveur des enfants vivant dans des régions particulièrement vulnérables.

Aujourd’hui, 1,42 milliard de personnes – dont 450 millions d’enfants – vivent dans des zones où la vulnérabilité à l’eau est élevée ou extrêmement élevée. Moins de 3 % des ressources en eau de la planète sont constituées d’eau douce, et celle-ci se raréfie de plus en plus. Ces pénuries d’eau constituent un risque majeur pour la planète.

Des décennies de mauvaise utilisation, de mauvaise gestion, de surextraction des eaux souterraines et de contamination des réserves d’eau douce ont exacerbé le stress hydrique. Dans le même temps, la demande en eau augmente en raison de la croissance rapide de la population, de l’urbanisation et de l’accroissement des besoins en eau de toute une série de secteurs. Le changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes aggravent le stress hydrique.
L’impact qui en résulte sur la santé, le développement et la sécurité des enfants menace les progrès significatifs réalisés en matière de survie de l’enfant et de développement durable au cours des dernières décennies. Il met la vie des enfants en danger aujourd’hui et menace les générations futures.

C’est le résultat d’une étude réalisée par l’Unicef, décrivant les causes de l’insécurité de l’eau, son impact sur les enfants et les actions à entreprendre. Cette analysis, qui s’inscrit dans le cadre de l’initiative Water Security for All (Sécurité hydrique pour tous), recense les zones où la pénurie physique d’eau coexiste avec un faible niveau des services nécessaires à son utilisation. Les habitants de ces zones dépendent des eaux de surface, de points d’eau non améliorés ou de points d’eau situés à plus de 30 minutes de chez eux.

" La crise mondiale de l’eau ne se profile pas seulement à l’horizon ; elle est déjà là, et les changements climatiques ne feront que l’aggraver », explique la directrice générale d’Unicef, Henrietta Fore. « Les enfants en sont les premières victimes. Quand les puits s’assèchent, ce sont les enfants qui manquent l’école pour aller chercher de l’eau. Quand il y a moins à manger à cause de la sécheresse, les enfants souffrent de malnutrition et de retards de croissance. Quand il y a des inondations, les enfants sont atteints de maladies transmises par l’eau. Et quand les ressources en eau diminuent, les enfants ne peuvent se laver les mains pour se protéger des maladies"

Les données montrent que, dans plus de 80 pays, des enfants vivent dans des zones où la vulnérabilité hydrique est élevée ou extrêmement élevée. C’est en Afrique de l’Est et australe que la proportion d’enfants vivant dans ces zones est la plus élevée, plus de la moitié (58 %) des enfants de ces régions ayant tous les jours des difficultés à accéder à suffisamment d’eau. Viennent ensuite l’Afrique de l’Ouest et centrale (31 %), l’Asie du Sud (25 %) et le Moyen-Orient (23 %). L’Asie du Sud compte le nombre le plus élevé d’enfants vivant dans des zones à la vulnérabilité hydrique élevée ou extrêmement élevée : plus de 155 millions.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Dans 37 pays « sensibles », la situation est particulièrement grave lorsqu’on considère le nombre absolu et la proportion d’enfants touchés par le problème et les zones ayant besoin de la mobilisation des ressources, de l’appui et de l’action urgente de la communauté internationale. Sur cette liste figurent notamment l’Afghanistan, le Burkina Faso, l’Éthiopie, Haïti, l’Inde, le Kenya, le Niger, le Nigéria, le Pakistan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Soudan, la Tanzanie et le Yémen.

La demande en eau continue d’augmenter considérablement à mesure que les ressources diminuent. En plus de l’accroissement rapide de la population, de l’urbanisation et de l’utilisation non rationnelle et de la mauvaise gestion de l’eau, les changements climatiques et les phénomènes météorologiques extrêmes réduisent les quantités d’eau salubre disponibles. D’après un rapport publié par Unicef en 2017, d’ici à 2040, près d’un enfant sur quatre dans le monde vivra dans des zones où le stress hydrique sera extrêmement élevé.

Comment l’insécurité de l’eau affecte les enfants

Si les effets de la pénurie d’eau peuvent être ressentis par tous, ce sont les enfants les plus vulnérables qui souffrent le plus. Les enfants et les familles vivant dans des communautés vulnérables paient un double tribut : ils font face à d’importantes pénuries en eau tout en ayant le moins de services nécessaires à son utilisation. L’insécurité de l’eau affecte les enfants sur de nombreux plans : la santé, la nutrition, l’éducation, la sécurité, l’emploi.

La raréfaction de l’eau affecte, on ne le sait que trop, la santé des enfants. Chaque jour, plus de 700 enfants de moins de 5 ans meurent de diarrhées liées à une eau insalubre, le manque d’assainissement et une mauvaise hygiène. Lorsque la dysenterie sévit, les enfants ne peuvent absorber les nutriments dont ils ont besoin pour grandir. Au fil du temps, cela peut entraîner un retard de croissance et avoir un impact irréversible sur leur développement physique et mental. Environ 144 millions d’enfants de moins de 5 ans dans le monde souffrent d’un retard de croissance.

Sur le plan de l’éducation, lorsque les sources d’eau s’assèchent, les enfants peuvent être contraints d’abandonner l’école pour pouvoir passer plus de temps à collecter l’eau de sources plus éloignées. Non seulement cela perturbe leur scolarité, mais cela provoque une surcharge physique importante sur les enfants qui doivent porter de lourdes charges d’eau. Lorsque les écoles ne disposent pas d’eau en quantité suffisante, les enfants sont mal équipés pour apprendre, étudier et pratiquer une hygiène sûre comme le lavage des mains. La pénurie d’eau peut avoir un effet particulièrement sur les filles, car la collecte de l’eau leur incombe le plus souvent. Non seulement cela les amène à manquer l’école ou à l’abandonner, mais cela les met aussi potentiellement en danger lorsqu’elles sont obligées de parcourir de longues distances à pied.

Des années de sécheresse consécutives peuvent également avoir un impact significatif sur les enfants et les moyens de subsistance de leurs familles, en limitant les revenus des ménages et le coût des articles ménagers de base. Sur l’ensemble des emplois constituant la main-d’œuvre mondiale, 78 % sont fortement dépendants de l’eau. Dans les régions où l’économie est soutenue par l’eau, le produit intérieur brut et les opportunités économiques sont nécessairement affectés par la pénurie d’eau. L’agriculture en est un excellent exemple, car la rareté de l’eau, la fluctuation des températures et la précarité des précipitations peuvent réduire la productivité de la terre. À mesure que les enfants atteignent l’âge adulte, les zones de pénurie d’eau posent de plus en plus de problèmes à leurs enfants, mettant en péril leurs opportunités économiques, voire même les obligeant à quitter leur foyer. La pénurie d’eau et le chômage des jeunes sont parmi les causes profondes de migrations.

Quelles sont les causes de l’insécurité de l’eau ?

En première position : le changement climatique. Environ 74 % des catastrophes naturelles entre 2001 et 2018 étaient liées à l’eau, notamment les sécheresses et les inondations. La fréquence et l’intensité de ces événements devraient encore augmenter en raison du changement climatique. Lorsque ces catastrophes surviennent, elles peuvent détruire ou contaminer l’ensemble des infrastructures d’eau et d’assainissement.
La hausse des températures et du niveau des mers peut entraîner la contamination des sources d’eau douce, compromettant les ressources en eau de millions de millions de personnes. Les modifications du régime des pluies et des cours d’eau, ainsi que l’augmentation de la demande, peuvent contribuer à l’augmentation de la fréquence et de la gravité des sécheresses. En outre, lorsque la pluie tombe dans les régions frappées par la sécheresse, le sol ne peut absorber l’eau dont elles ont tant besoin, ce qui entraîne des inondations, une réduction de la recharge des aquifères et une contamination des eaux contaminées. L’augmentation des températures et l’imprévisibilité des précipitations peuvent également entraîner une réduction des périodes de culture, ce qui oblige les agriculteurs à puiser davantage l’eau souterraine pour l’irrigation, qui est souvent utilisée de manière inefficace.

La seconde raison est la croissance démographique et l’augmentation du niveau de vie. La demande mondiale en eau devrait augmenter de 20 à 30 % par an d’ici 2050. La croissance démographique et l’augmentation du niveau de vie contribuent à une augmentation de la demande alimentaire et énergétique, donc à de plus grandes quantités d’eau. Souvent, cette croissance démographique se concentre dans les villes, ce qui peut épuiser et contaminer les ressources en eau qui alimentent les zones urbaines. En moins de 10 ans, 45 grandes zones urbaines comptant plus de 3 millions de personnes devraient subir un stress hydrique élevé ou extrêmement élevé. Ironiquement, une partie de l’urbanisation accrue est due au fait que les familles quittent les zones rurales lorsque leurs moyens de subsistance ont été décimés par la pénurie d’eau.

Autre raison : les conflits et les migrations. La pénurie d’eau peut être à la fois un moteur et un résultat des conflits et des migrations. Les incidents de violence liés à l’eau ont plus que doublé au cours des dix dernières années et les crises de l’eau sont classées comme la première préoccupation en termes de risques sociétaux. La pénurie d’eau est l’une des causes profondes de la migration, et l’on estime qu’elle restera une cause principale de déplacements à l’avenir.
Lorsque les ressources en eau sont rares, la concurrence peut exacerber les tensions et conduire à des conflits et migrations. Les tensions peuvent être encore exacerbées lorsque des afflux importants de personnes déplacées migrent vers les communautés d’accueil et créent de nouvelles demandes sur l’approvisionnement en eau. Et lorsque les gouvernements sont incapables de fournir un approvisionnement adéquat d’eau potable, la confiance du public dans ces institutions diminue et crée des troubles civils.
La pénurie d’eau est aggravée pendant les périodes de conflit, lorsque les services d’eau et d’assainissement sont fortement interrompus. Cela se produit souvent lorsque les infrastructures sont détruites ou endommagées, ou lorsque l’accès à l’électricité est interrompu, ou même lorsque le conflit empêche les opérateurs de faire fonctionner les systèmes de communication et d’information. Dans certains cas, les infrastructures d’eau et d’assainissement ont été délibérément endommagées, restreintes ou contaminées par les parties en conflit.

Enfin, dernière raison : la mauvaise gestion et mauvaise utilisation de l’eau. Lorsque l’eau n’est pas perçue comme une ressource rare, ou n’est pas réglementée de manière adéquate, les utilisateurs de l’eau ne sont pas incités à l’utiliser plus efficacement. L’agriculture représente environ 70 % de l’utilisation de l’eau douce, et dans de nombreuses régions du monde, cette utilisation est l’un des principaux facteurs de pénurie d’eau, en particulier lorsqu’elle est utilisée de manière inefficace.
Dans plusieurs pays, le taux de perte d’eau à travers les réseaux en raison de fuites est élevé, tout comme le nombre de raccordements illégaux. Cette situation constitue un défi pour les sociétés de gestion d’eau, qui doivent pomper des quantités d’eau encore plus importantes, parfois le double de ce qu’elles devraient être, afin de compenser l’eau perdue, ce qui représente un coût financier et énergétique important.
De même, lorsque les pays partagent des ressources en eau comme les aquifères, les lacs et les rivières, qui chevauchent les frontières, une utilisation inéquitable peut provoquer l’insécurité de l’eau, en particulier pour les pays situés en aval. À ce jour, 60 % des bassins fluviaux transfrontaliers ne font pas l’objet d’un accord sur l’utilisation de l’eau. Même lorsqu’ils existent, ils ne sont souvent pas opérationnels. En l’absence de traités applicables régissant ces ressources en eau, et l’augmentation de la construction de barrages, le partage des ressources en eau entre plusieurs États peut conduire à une plus grande incertitude quant à la disponibilité de l’eau, avec une augmentation des tensions.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Sécurité hydrique pour tous

Face à tous ces défis, Unicef lance l’initiative  » Water Security for All » afin que chaque enfant ait accès à des services d’approvisionnement en eau durables et résilients face aux changements climatiques. Cette initiative vise à mobiliser des ressources, des partenariats, des innovations et l’action mondiale en faveur des zones sensibles où les besoins en services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène sûrs, résilients et durables sont les plus importants et les plus urgents.

Unicef s’emploie à fournir des services d’approvisionnement en eau potable sûrs et d’un coût abordable : cela veut dire l’accès à des services d’approvisionnement en eau qui soient durables, proches des lieux d’habitation et gérés par des professionnels. Mais aussi des services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène et des communautés résilients face aux changements climatiques : des services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène qui résistent aux chocs climatiques, utilisent des sources d’énergie à faible émission de carbone et renforcent la résilience et les capacités d’adaptation des populations locales. Il faut aussi prévoir des mesures de prévention de la pénurie d’eau : des évaluations des ressources disponibles, des prélèvements d’eau durables, une utilisation rationnelle et des mesures d’alerte rapide et de prévention, et la coopération dans le domaine de l’eau pour la paix et la stabilité, soit un appui aux populations locales et aux principaux acteurs afin que la gestion équitable des services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène renforce la cohésion sociale, la stabilité politique et la paix, et la coopération dans les zones de conflit en vue de prévenir les attaques contre l’infrastructure d’approvisionnement en eau et d’assainissement et son personnel.

" Nous devons agir maintenant, à la fois pour remédier à la crise de l’eau et pour l’empêcher de s’aggraver », affirme Henrietta Fore. « Nous ne pouvons parvenir à la sécurité hydrique pour chaque enfant qu’au moyen d’innovations, d’investissements et de collaboration et qu’en veillant à ce que les services disponibles soient durables et résilients face aux chocs climatiques. Pour nos enfants et notre planète, nous devons agir. "

To go further :

Header photo : UNICEF

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Les humains ont complètement transformé la façon dont l'eau est stockée sur Terre
Previous article

Les humains ont complètement transformé la façon dont l'eau est stockée sur Terre

Next article

Des peintures biosourcées à la rescousse de l'océan

Latest articles from Resources

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share40
Tweet
Share
WhatsApp
Email