Les assemblées de Loire : Observer, fêter, débattre

Start

Et si face à un état d’alerte, une des solutions était de mieux connaître la Loire, de nous mettre à l’écoute du fleuve, de l’observer, de le comprendre ? Et si … nous considérions le fleuve non comme un objet à exploiter mais comme un sujet, une personne avec qui habiter ? Et si, pour la première fois en Europe, un fleuve avait la possibilité de s’exprimer et de défendre ses intérêts à travers un système inédit de représentation ? Et si… nous invitions la Loire à la table des négociations ?Les assemblées de Loire sont une performance entre arts, sciences et droits de la nature autour d’une fiction juridique. Rendez-vous public à Tours, Les assemblées de Loire réunissent les acteurs engagés dans la démarche vers un parlement de Loire, une fiction institutionnelle au long cours qui imagine de nouvelles manières de cohabiter avec le fleuve.

Du 9 au 12 septembre, plus de 150 artistes, scientifiques, philosophes, auteurs, juristes investissent une quinzaine de lieux à Tours et dans le Val de Tours pour proposer des formats qui expérimentent de nouvelles relations à la Loire. Orchestrées par le POLAU-pôle arts & urbanisme, Les assemblées de Loire visent à donner la parole au fleuve, à le reconnaître comme personnalité morale pour mieux considérer les entités qui le constituent.

The event assemblées de Loire est un point d’orgue de l’expérience du parlement de Loire, une fiction institutionnelle au long cours qui imagine de nouvelles manières de cohabiter avec le fleuve. Conçu suite aux auditions publiques du parlement de Loire, mises en récit par Camille de Toledo (interview à venir dans UP’), cet événement propose des débats, tables-rondes, ateliers, rencontres, gestes artistiques, expositions sur le thème du lien et de l’alerte.
Orchestrées par le POLAU-pôle arts & urbanisme, les assemblées de Loire visent à donner la parole au fleuve, à le reconnaître comme personnalité morale pour mieux considérer les entités qui le constituent.

Une expérimentation territoriale : La démarche du parlement de Loire produit une série de projets, parcours, objets de recherche, situés entre les arts, les sciences et les droits de la nature.
Orchestrée par le POLAU, cette expérimentation territoriale et culturelle invite divers publics à basculer regards et perspectives, à mieux considérer le vivant, à penser le milieu naturel comme un sujet et non comme un objet, et à prendre soin des attachements au fleuve.

Une fiction institutionnelle : En 2019, le POLAU propose d’imaginer ce que pourrait être les contours d’un parlement de Loire, un parlement bottom-up, retournant les points de vue anthropocentrés. Maud Le Floc’h convie Camille de Toledo, écrivain juriste, qui développe les notions d’institution potentielle et de fiction institutionnelle.

Les assemblées de Loire — 4 jours d’expériences entre arts, sciences et droits de la nature

Quelle est notre relation au fleuve (à l’eau que nous buvons !) ? Comment le fleuve pourrait s’exprimer, être représenté dans les instances qui le gouvernent ? Des débats vont s’engager autour de la publication du livre Le fleuve qui voulait écrire – les auditions du parlement de Loire  – mis en récit par Camille de Toledo – Manuella Editions et Les Liens qui Libèrent (rendez-vous à l’Université et au Centre de Création Contemporaine – CCC OD).

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

C’est aussi l’occasion d’une performance de trente bateaux qui remontent le fleuve, la célébration des 20 ans d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO, et l’expérience d’une reconnexion urbaine d’un morceau de ville avec le fleuve (échangeur A10).

Et si nous considérions le fleuve comme un sujet de droits ? Et si nous cohabitions avec les différentes entités qui constituent le milieu ? Tels sont les motifs qui animent les assemblées et plus globalement la démarche du parlement de Loire.

Observer : Face à l’alerte climatique, faire meilleure connaissance avec la Loire
La Loire et ses affluents irriguent le territoire. Refuge, couloir de migrations, lieu de vie pour de nombreuses espèces, tour à tour en stress hydrique et en crue, la Loire est un grand paysage de l’alerte. De ses sources à l’estuaire, elle nous relie à la montagne autant qu’à l’océan, révèle et compose des paysages.
Elle est l’eau que nous buvons.
Les assemblées de Loire sont une invitation à écouter, comprendre la complexité du fleuve et son bassin versant, à travers une programmation d’expositions, d’un cycle de balades (à la nage, à pied, à vélo…)

Fêter : Inventer de nouvelles manières de pratiquer le fleuve
On prête à la Loire un tempérament capricieux, imprévisible. Ses culs de grève, ses variations hydrologiques et ses sables mouvants rendent la baignade téméraire… Alors la ville s’est peu à peu construite autour et contre elle. La présence du fleuve est peu visible. Les assemblées de Loire invitent à envisager d’autres façons de la pratiquer et de la fêter. À travers « l’activation » d’un site délaissé en bord de Loire, des performances-funambules, une remontée exceptionnelle de bateaux, ce rendez-vous public propose de réinventer des manières d’être avec le fleuve et ses abords.

Débattre : Inviter la Loire à la table des négociations
La Loire est souvent considérée comme une ressource à exploiter, à gérer. Aujourd’hui, juridiquement, le fleuve appartient à la catégorie des « objets ». Le mouvement international des droits de la nature invite les écosystèmes à la table des négociations en les reconnaissant comme des sujets de droit.

L’hypothèse portée au débat lors des assemblées de Loire est celle de considérer la Loire comme une personnalité juridique.
Reconsidérer la valeur “Loire”, reconnaître les services écologiques qu’elle rend aux communautés vivantes, inventer des nouvelles gouvernances, sont au menu des ateliers, rencontres, tables rondes…

Le fleuve qui voulait écrire… : une déclaration à plusieurs voix [performance]

Après plus de deux années d’auditions publiques orchestrées par Camille de Toledo, la commission pour un parlement de Loire restitue au grand public son travail vers une reconnaissance du fleuve comme sujets de droits.

Une partition à 7 voix
Cette restitution mélange les registres scientifiques (liés à la transition écologique et sociétale), juridiques (droits de la nature, personnalité juridique des écosystèmes) et narratif. Elle se déploie en une partition sonore : Camille De Toledo établit cette partition pour sept voix à travers une mise en scène sobre et un dispositif sonore immersif de l’audio naturaliste Boris Jollivet.

Les archives de la commission vers un parlement de Loire
La partition sonore est accompagnée d’un récit de cent cinquante images pour se plonger dans les grandes étapes des auditions pour un parlement de Loire. Cette exposition des pièces d’archives permet au public d’être immergé dans la dimension théorique et sensible des auditions et de prendre connaissance des différentes « preuves » collectées lors de la recherche.

Un atelier contributif
Au-delà de la dimension immersive et théorique, cette restitution prend la forme d’atelier contributif intitulé « les Tutos de l’anthropocène : comment donner des voix à la Loire ? » collectivement à travers des schémas, des dessins et la présence d’une facilitatrice graphique

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

🕒 Vendredi 10 septembre, Centre de Création Contemporaine – CCC OD

Expérimentation urbaine et fluviale sur le site de l’échangeur A10 entre Tours et Saint-Pierre-des-Corps [tyrolienne + tannerie + balades]

En entrée de ville à Tours, dit « ERE 21 » (sortie 21 de l’A10) sert de laboratoire urbain en termes de démarche évolutive et collaborative, d’approche paysagère, de programmation, de montage économique et partenarial. ERE 21 est un site à la frontière de Tours et Saint-Pierre-des-Corps, en bords de Loire et d’entrée d’autoroute, à l’emplacement de l’ancienne Gare du Canal. Et s’il servait de démonstrateur des transitions ? Et si on y installait des activités et des activations (ferme urbaine, belvédère, incubateur, jardin ouvert, refuges ligériens…) ? Et si ce lieu routier devenait un espace apaisé ?

La circulation coupée sur l’échangeur 21 de l’A10 permettra de reconnecter ce site avec la Loire à travers diverses expériences savantes autant que récréatives : attractions et explorations inédites pour relier le fleuve au site.

Masterclass de tannerie de peau de silure, animaux de ferme, trocante de Loire, fabrication de cabanes, tyrolienne, balades expérimentales sur le risque inondation, mais aussi impressionnante traversée en slackline du funambule Théo Sanson, la restitution de la masterclass de tannerie de peau de silure de l’artiste suédoise Lotta Rahme et du pêcheur Thierry Bouvet.

🕒 Dimanche 12 septembre, Échangeur 21 de l’A10

Quelles suites pour un écosystème de projets ?

The assemblées de Loire, dès septembre, est un événement fédérateur de nombreux acteurs. C’est aussi au long cours, un parcours d’éco-tourisme, des marches exploratoires, des représentations cartographiques, des architectures d’attachement, un jeu-dispositif de traduction des êtres de la nature, des journées d’études arts-écologie en partenariat avec l’Agence de l’eau, etc.

La démarche du parlement de Loire produit une série de projets, itinéraires, objets de recherche. Ingénieurs, chercheurs, urbanistes, artistes, éducateurs à l’environnement, élus, qui prolongent le récit dans la suite des auditions. Diverses initiatives culturelles sensibilisent les ligériens aux enjeux climatiques, aux risques, aux menaces sur les milieux, aux pollutions notamment agricoles… Elles activent le territoire et agrègent des coopérations inédites entre acteurs. 

L’artiste Rocio Berenguer expliquait, lors de son exposition en février 2020, en clôture de la biennale des arts numériques Nemo, que « Notre système économique est en guerre contre notre planète. Donner le statut de sujets juridiques aux êtres vivants non-humains pourrait être une façon de considérer et respecter les autres formes de vie sur terre ".

Programme complet de l’événement

Header photo : L’Assemblée immatérielle | Zazü, 2021 © Francis Vautier

To go further :

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Cobalt: The Human and Environmental Cost of the Blue Gold of our Energy Transitions
Previous article

Cobalt: The Human and Environmental Cost of the Blue Gold of our Energy Transitions

Next article

L'énergie au cœur des préoccupations des français

Latest articles from Resources

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share42
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print