Boycott sur la prochaine AG de TotalEnergies

Start

Treize ONG appellent par une lettre publique, les actionnaires de TotalEnergies à voter contre son plan climat, considéré comme « faux », ainsi qu’à sanctionner sa stratégie d’expansion dans les hydrocarbures, en s’opposant au renouvellement des administrateurs de l’entreprise. Alors que la major est sous le feu des critiques en raison de son développement de nouveaux projets pétroliers et gaziers, tels que le méga-projet EACOP en Afrique du l’Est, elle tente de verrouiller le débat lors de son assemblée générale (AG) et vient de rejeter une résolution portée par des actionnaires engagés sur le climat.

Du côté des actionnaires, une ligne de fracture commence à se dessiner entre les investisseurs progressistes qui mènent des démarches actives pour demander à l’entreprise d’en faire davantage sur le climat (dépôt de résolution, appel à voter contre l’entreprise) et les grands acteurs financiers, notamment français, qui sont pour l’instant silencieux et risquent d’apporter une nouvelle fois leur blanc-seing au plan climat défaillant de TotalEnergies.

Comme l’année dernière, l’entreprise prévoit de consulter ses actionnaires sur son plan climat. Mais le caractère intrinsèquement défaillant du plan et le risque de voir cette initiative servir de stratégie de diversion et de greenwashing ont poussé certains investisseurs à déposer eux-mêmes des résolutions alternatives visant toutes deux à pousser TotalEnergies à en faire plus sur le climat (1). Aucune de ces deux résolutions ne devrait finalement être mise au vote lors de l’AG de la major qui a poussé certains des actionnaires impliqués dans la première à se retirer (2) tout en rejetant unilatéralement la seconde, suscitant la colère de plusieurs actionnaires (3).

Guillaume Pottier, chargé de campagne à l’ONG Reclaim Finance, estime que « TotalEnergies décroche la palme de l’obstruction et refuse de discuter des enjeux climatiques avec ses actionnaires. Si les investisseurs ne veulent pas se montrer complices de la stratégie climaticide de l’entreprise mais au contraire tenir leurs propres promesses en matière climatique, ils n’ont qu’une option : voter contre le faux plan climat de l’entreprise et contre les administrateurs qui sont comptables de son expansion dans les hydrocarbures. »

L’unique résolution climatique restant à l’ordre du jour de l’AG porte donc sur la validation du plan climat présenté par l’entreprise elle-même. Or ce plan n’est pas compatible avec l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5°C, comme cela a été démontré par une étude produite par un groupe de plus de 700 investisseurs représentant plus de 68 000 Mds$ d’actifs (4), mais également par plusieurs analyses indépendantes réalisées par des ONG (5) :

  • TotalEnergies poursuit sa stratégie d’expansion dans les hydrocarbures et la hausse de sa production gazière l’amènera à consommer l’intégralité de son budget carbone compatible avec l’objectif 1,5°C dès 2035 (6).
  • Malgré sa communication volontariste sur le développement des énergies renouvelables, la major consacre toujours 70% des dépenses au gaz et au pétrole, y compris pour développer de nouveaux projets.
  • TotalEnergies prévoit de ne baisser ses émissions que de 6 à 7% par an d’ici 2030 alors que les investisseurs parmi ses actionnaires principaux se sont pour la plupart engagés à baisser leurs émissions de 50% d’ici 2030.

Face à cette situation, un investisseur néerlandais vient d’annoncer publiquement qu’il voterait contre le plan climat de TotalEnergies et a appelé les 700 investisseurs membres de l’initiative Climate Action 100+ à faire de même (7).

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Un collectif de 13 ONG, dont Reclaim Finance, s’associe à cette demande à travers une lettre publique (8), et appellent également les actionnaires de TotalEnergies à s’opposer au renouvellement du mandat de trois administrateurs qui doivent être tenus comptables de la stratégie expansionniste poursuivie par l’entreprise. Reclaim Finance publie par ailleurs un guide aux investisseurs présentant des recommandations de vote détaillées en vue de l’AG de TotalEnergies le 25 mai prochain (9).

Par le passé, des investisseurs comme Amundi et AXA n’ont pas eu de problème à signer des déclarations reconnaissant l’insuffisance des plans climatiques des entreprises, puis à les approuver lors des AG. Cette année, nous les appelons à enfin mettre leurs votes en accord avec leurs déclarations et à suivre la recommandation de leur homologue hollandais en votant contre le plan “climat” de TotalEnergies” conclut Lucie Pinson, Directrice de Reclaim Finance.
Source : Reclaim Finance

  1. L’une pour établir un mécanisme de consultation annuelle des actionnaires sur la stratégie climatique (“Say on Climate”) sur la base de critères détaillés, l’autre pour demander à la société de se doter de cibles climatiques alignées sur l’Accord de Paris.
  2. Voir le news release annonçant ce retrait, faisant suite à de nouveaux engagements de TotalEnergies qui reprennent partiellement les demandes formulées par les co-déposants (mais faisant l’impasse sur des points cruciaux, comme la référence à une trajectoire limitant le réchauffement à 1.5°C).
  3. TotalEnergies motive ce rejet par le fait que la résolution elle “empiète[rait] sur la compétence du conseil d’administration de fixer la stratégie de la société”. Les co-déposants ont décidé d’interpeller l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) pour lui demander d’intimer à TotalEnergies de réintégrer la résolution à l’ordre du jour de l’AG, sans que le résultat de cette démarche ne soit ni acquis ni connu à ce stade. 
  4. Le “Net Zero Company Benchmark” de Climate Action 100+ conclut que TotalEnergies satisfait seulement 3 des 9 critères pour un plan de transition complet aligné sur 1,5°C.
  5. Rapports “Major Failure” (Reclaim Finance) et “Oil & Gas Sector: 2022 Climate Transition” (ACCR).
  6. Voir l’analyse comparative des plans de transition des majors européennes produite par Reclaim Finance.
  7. Voir le news release de MN Services, pour le compte de PMT, ainsi que son appel aux autres investisseurs à voter contre le plan climat de TotalEnergies.
  8. This letter est signée par : Les Amis de la Terre France, Reclaim Finance, 350.org, Le Mouvement, Oxfam France, GreenFaith France, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous, Réseau Action Climat, Mouvement Laudato Si’, France, Alternatiba, ANV-COP21 et Sum Of Us.
  9. Consulter le guide de vote aux investisseurs en vue de l’AG de TotalEnergies. 

To go further :

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Les dérives du plan français de plantation d'arbres devant la Commission européenne

Charbon : un amer retour en arrière
Next article

Charbon : un amer retour en arrière

Latest articles from Ecological and Energy Transition

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share4
Tweet
Share
WhatsApp
Email