transition-energetics
/

Coal: the bête noire of the energy transition

Start

Le monde doit prendre en compte le coût réel du charbon pour vraiment protéger le climat, selon Angel Gurría de l’OCDE. Dans un précédent article, UP’ faisait  état de la démarche commune de mobilisation d’économistes pour souligner le rôle des instruments économiques et de la tarification du carbone dans tout accord international, seule véritable incitation à réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’OCDE lance là un pavé dans la mare en alertant sur la ré-utilisaton du charbon comme solution à la transition énergétique…

« Les gouvernements devraient reconsidérer le rôle du charbon dans les approvisionnements énergétiques, car l’ampleur des nouveaux investissements consacrés aux centrales à charbon polluantes représente la menace climatique la plus pressante », a déclaré aujourd’hui le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría.

Le charbon produit 40 % de l’électricité mondiale et représentait 44 % des émissions de CO2 en 2012 (830 millions de personnes ont eu accès à l’énergie ces vingt dernières années grâce au charbon). Les experts scientifiques du changement climatique estiment que 88 % des réserves actuelles (ainsi que 35 % des réserves de pétrole et 52 % de celles de gaz) doivent être laissées sous terre pour permettre à la planète de limiter la hausse de la température moyenne à + 2 °C d’ici à 2050. Cet objectif, qui fait consensus au sein de la communauté internationale, doit faire l’objet de l’accord espéré en fin d’année à Paris lors de la conférence sur le climat COP21.

En attendant, les pays devraient procéder à une évaluation plus rigoureuse du coût réel du charbon (l’Allemagne et la Chine notamment). Selon l’OCDE, les prix ne tiennent pas pleinement compte des coûts environnementaux, sanitaires et financiers de ce combustible, beaucoup de centrales électriques aujourd’hui en construction devraient peut-être être fermées avant la fin de leur durée de vie utile, a souligné M. Gurría lors d’une conférence donnée à l’invitation de la London School of Economics (LSE) et d’Aviva Investors, associés à ClimateWise.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

S’il s’avère que les énergies de remplacement du charbon sobres en carbone ne sont pas à la portée de certains pays en développement, les pays donneurs devraient mobiliser des financements pour combler l’écart.
« Le charbon n’est pas une énergie bon marché, a noté M. Gurría. Les gouvernements doivent se demander sérieusement si le choix de cette énergie est bénéfique pour les citoyens. » (Lire son allocution dans son intégralité – en anglais)

En l’absence de nouvelles mesures d’atténuation, on estime que la production d’énergie à partir de charbon émettra plus de 500 milliards de tonnes de CO2 entre aujourd’hui et 2050, ce qui représente la moitié environ du « budget carbone » qu’il s’agira de ne pas dépasser pour maintenir l’élévation de la température mondiale en dessous de 2°C.

De manière générale, les contributions des pays à la réduction des émissions après 2020 ne correspondent pas à celles qui seraient nécessaires pour atteindre l’objectif de limitation du réchauffement à moins de 2°C, a mis en garde M. Gurría. Pour lui, le temps presse dans la lutte contre les émissions de carbone, et la COP21 qui aura lieu à Paris en décembre doit signifier de façon claire et crédible que les gouvernements sont déterminés à se montrer plus ambitieux.

« Les contributions prévues à l’atténuation du changement climatique qui sont actuellement présentées par les pays ne permettront pas d’aboutir à la situation voulue en 2030. Il ne suffit pas de parler de processus pour obtenir des résultats. En l’occurrence, c’est un processus sur plus de 20 ans qu’il faudra mener à bien, et pour l’heure, les engagements ne sont tout simplement pas à la hauteur. »

Les investissements soutenus dans le charbon sont l’un des nombreux défauts d’alignement qui existent entre les objectifs climatiques et les politiques suivies par les pays dans d’autres domaines.

Dans un nouveau rapport publié aujourd’hui et intitulé Aligner les politiques pour une économie bas carbone (uniquement disponible en anglais), l’OCDE, l’Agence internationale de l’énergie, l’Agence pour l’énergie nucléaire et le Forum international des transports, montrent comment les défauts d’alignement des politiques menées dans différents domaines – allant de la fiscalité aux échanges en passant par la réglementation des marchés de l’électricité et l’aménagement de l’espace – compromettent l’action en faveur du climat. Les deux tiers des investissements énergétiques réalisés dans le monde sont toujours consacrés aux combustibles fossiles, 50 % des subventions agricoles versées dans les pays de l’OCDE sont préjudiciables au climat, et il existe toute une série de dispositions fiscales qui encouragent la production et la consommation d’énergies fossiles.  

Ces incohérences limitent l’efficacité des efforts menés par les pays face au changement climatique et rendent plus coûteuse la transition vers la sobriété carbone. M. Gurría a exhorté les gouvernements à diagnostiquer ces défauts d’alignement et à réfléchir aux mesures à prendre pour les corriger, en commençant par exiger de chaque ministère qu’il rende régulièrement compte de ces politiques qui vont à l’encontre de la réalisation des objectifs climatiques. (Source : OCDE – Juillet 2015)

Pour le pape François, dans son encyclique «Laudato Si» (Loué sois-tu) publié le 18 juin dernier, un consensus mondial est urgent, souhaitant notamment en particulier,[…] le remplacement progressif, «mais sans retard», de la production énergétique basée sur les combustibles fossiles très polluants comme le charbon, mais aussi le pétrole et le gaz… Selon un rapport publié en mars par le réseau de chercheurs Coalswarm et l’ONG américaine Sierra Club, les fermetures de centrales à charbon dans le monde ont été entre 2003 à 2014 de 22 % supérieures aux nouvelles constructions. Et cette évolution ne semble pas près de s’inverser.

 

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

– Lire le rapport de Greenpeace « Le coût réel du charbon »

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
energy transition
Previous article

Climate change: towards a global carbon price coalition?

climate variability
Next article

Coopération pour une transition énergétique entre la France et l'Allemagne

Latest articles from Pollutions

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print