centrale solaire de Cestas
/

Le plus grand parc solaire d’Europe inauguré en Gironde

Start

Les chiffres donnent le vertige : un million de panneaux solaires installés sur une superficie de 260 hectares, soit l’équivalent de 350 terrains de football. 300 MW d’électricité produits, de quoi  alimenter 300 000 foyers, soit une ville de la taille de Bordeaux. Un prix des panneaux solaires divisé par quatre en cinq ans, un cout de l’électricité deux fois moindre que celui d’une centrale nucléaire type EPR. La centrale solaire de Cestas, dans le sud de la Gironde, qui a été inaugurée aujourd’hui en pleine COP 21, semble un succès.
 
Aa construction de ce mastodonte, prévue à l’origine pour s’étaler sur soixante mois, n’a duré que dix mois et doit être mise au crédit pour moitié de fleurons de l’industrie française et notamment Eiffage Energie et Schneider Electric Le chantier a été pilotée par une PME française Neoen qui acquiert ainsi un prestige international. Son PDG, Christian Barbaro explique que du simple fait de la disposition Est-Ouest des panneaux, le rendement a été multiplié par trois. Les autres centrales solaires sont en effet orientées vers le sud et bénéficient finalement d’un moindre ensoleillement pour une surface plus importante.
 
A Cestas, le prix de rachat de l’électricité a été fixé à 104.50€ le mégawattheure sur vingt ans. C’est un prix deux fois moins élevé que celui que l’on calculait en 2010 ; c’est aussi un tarif qui se situe en-dessous de celui de l’EPR anglais, dernière génération des centrales nucléaires.
 
La centrale de Cestas a commencé sa production il y a quelques semaines et son raccordement a permis de faire bondir au troisième trimestre la capacité de production en France d’électricité d’origine solaire (+ 22 % par rapport à la période équivalente de 2014) qui représente désormais 1,7 % de la consommation électrique nationale, contre 1,4 % un an auparavant.
 
Pour les acteurs de cette aventure, ce site ne doit pas être considéré comme une fin en soi, mais comme un tremplin. Xavier Barbaro affirme que « c’est une équipe de France du photovoltaïque » qui a été constituée avec ce projet. Il devient ainsi une vitrine capable d’attirer d’autres pays souhaitant s’engager dans la voie du solaire. C’est le cas de la Chine, du Mozambique ou de l’Australie qui se sont déjà rendus sur place pour découvrir ce qu’il est possible de faire aujourd’hui.
 
Hier à la COP 21 était annoncée la création de l’Alliance Solaire Internationale, preuve d’une réelle dynamique pour cette énergie propre. Nul doute que le photovoltaïque, si possible français, a de beaux jours devant lui.
 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Climate crime
Previous article

Climate crime in Indonesia

agriculture
Next article

Agriculture and the bioeconomy: living soil for climate protection

Latest articles from Resources

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print