chauffage collectif bois

Le chauffage au bois revient à Paris

Start
Les Parisiens pourront se chauffer au bois grâce à une nouvelle chaudière biomasse XXL installée par la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) à Saint-Ouen qui vient d’être inaugurée ce jeudi 10 mars. Désormais, le chauffage urbain parisien proviendra pour plus de moitié des énergies renouvelables et de récupérationLes réseaux de chaleur connaissent ainsi une nouvelle jeunesse en abandonnant les combustibles fossiles pour les énergies renouvelables, comme la biomasse et la géothermie.
 
Cinq grands silos de bois accueillent des granulés de bois acheminés par des wagons sur rails : deux trains pour 1 300 tonnes quotidiennes pour l’alimentation des chaudières. Une galerie d’un kilomètre relie la plate-forme biomasse à la chaudière de CPCU située à l’opposé de la ZAC des docks. Puis le charbon est amené et mélangé aux granulés quelques mètres avant l’entrée dans le brûleur. Car certaines chaudières ne sont pas encore compatibles au tout-biomasse. « Nous sommes pour le moment à 50-50, mais nous allons tenter de passer à 60% de biomasse, explique le président de CPCU, Frédéric Martin. Le prochaine objectif est de supprimer la seconde moitié du charbon de notre mix énergétique. »
Les granulats de bois, déjà séchés et «étuvés », arrivent par bateau des Etats-Unis puis sont acheminés par train de Rouen à Saint-Ouen. C’est le petit hic de l’opération. Car la filière bois française n’a pas pu répondre favorablement à l’appel d’offres de CPCU. « Nous avons besoin de 140 000 tonnes de granulés chaque année, alors qu’en France nous ne pouvions en avoir que 40 000 tonnes pour un prix plus élevé de 30%, détaille Marc Barrier, directeur général de CPCU. Nous lancerons un nouvel appel d’offres en avril 2017 pour prendre le relais d’approvisionnement en 2019, et nous espérons que la filiale française pourra en être. »
 
Un retard dû au faible usage de granulés en France, le plus souvent utilisé à des fins domestiques. La filière du bois française doit maintenant prendre en compte l’usage industriel du granulé, au risque d’être à nouveau délaissée au profit des États-Unis.
 
 
La CPCU est la filiale de la Ville de Paris et du groupe Engie qui fournit du chauffage à 500 000 logements chaque année à Paris dont un tiers des logements collectifs parisiens et dans 16 communes de banlieue, à travers 480 kilomètres de réseau. 75 millions d’euros ont été investis pour construire cette plate-forme logistique biomasse afin d’arriver aux objectifs fixés par le Plan climat de Paris, financé pour moitié par la Banque européenne d’investissement. Le charbon, désormais remplacé pour moitié par de la biomasse sous la forme de granulés de bois, va permettre d’éviter le rejet de 300 000 tonnes de CO2 par an dans l’air. 
 
La Compagnie voit ainsi l’utilisation d’énergies propres devenir majoritaire dans sa création de chaleur : un mix énergétique de CPCU composé désormais pour 41% de la valorisation des déchets, 10% de biomasse, 2% de biocombustible et 1% de géothermie pour les énergies vertes, auxquels il faut ajouter 16% de charbon et 30% de gaz. CPCU avance aussi que ses émissions atmosphériques ont été drastiquement diminuées en ce qui concerne les poussières (-90 %), les oxydes d’azote (-85 %) et le dioxyde de soufre (-95 %).
 
Le site établi à proximité de la ZAC des Docks, est mitoyen avec un éco-quartier, forçant ainsi le projet à intégrer une dimension architecturale afin de mieux fondre les grosses installations dans le paysage urbain. 
 
Toute la région parisienne se met au vert, à l’image d’Ivry sur seine qui a lancé en décembre 2015 ses premiers forages géothermiques pour alimenter le réseau de chauffage : ce réseau, baptisé Géotelluence, d’une puissance totale de 70 MW (dont 10 MW de géothermie) fournira chauffage et eau chaude à hauteur de 45% de l’énergie renouvelable distribuée. Et grâce à une autre connexion au réseau de chaleur CPCU, lui-même alimenté pour moitié en énergies renouvelables et de récupération, il atteindra les 67% d’énergie renouvelable au total.
 
Sur le campus universitaire de Paris-Saclay, le réseau de géothermie qui va être construit récupérera aussi la chaleur dégagée par les grands équipements de recherche. Son concepteur, la société Idex, évoque une première mondiale.
 
Très développés en Europe du Nord, ces réseaux de chauffage collectif vont dans le sens de la transition énergétique ; ils sont en train de vivre une nouvelle jeunesse.
 

 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Cellules photovoltaïques organiques
Previous article

Les films photovoltaïques organiques vont révolutionner l’accès à l’énergie propre

biogas
Next article

Biogas, a sector that is struggling to develop

Latest articles from Ecological and Energy Transition

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print