ecological transition

Essec signs a partnership with the Ministry of the Environment in favour of energy transition

Start
En septembre 2016 était inauguré l’incubateur de la GreenTech Verte avec pour ambition de faire émerger des produits et services facilitant la transition écologique et énergétique. L’ESSEC Business School et le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer ont signé ce mardi 31 janvier une convention de partenariat pour accompagner l’incubateur.
 
Ae Ministère et L’Essec Business School ont signé ce mardi 31 janvier une convention de partenariat à l’occasion du Workshop #HackUrba dans les locaux du Numa. Ce partenariat sera porté opérationnellement par Julien Morel (directeur de l’incubateur Essec Ventures), Viviane de Beaufort (Directrice des Women Essec programmes), et par Matthieu Humbersot (Responsable de l’incubateur Green Tech verte – campus Ponts et Chaussées).

GreenTech Verte, le premier incubateur de start-ups écologiques créé par l’Etat pour la transition écologique et énergétique

Inauguré le 8 septembre dernier par Ségolène Royal à l’Ecole nationale des ponts et chaussées, l’incubateur de la GreenTech Verte (1) a pour ambition de faire émerger des produits et services facilitant la transition écologique et énergétique, en essayant de développer des pistes pour éviter les dépenses écologiques trop coûteuses et sensibiliser les Français à leur environnement.
Les projets numériques innovants relèvent les défis de huit secteurs clés. La valeur ajoutée de l’incubateur « GreenTech verte » sera aussi de développer des synergies et des passerelles pour créer un écosystème dynamique, maillant l’ensemble du territoire français. Le but du partenariat avec l’ESSEC est de fournir un continuum d’outils d’accompagnement et de financement adaptés à chaque entreprise sélectionnée.
 
« A ce jour, nous accompagnons plus de 100 startups engagées pour la transition écologique. Pour leur permettre de créer les emplois verts de demain, nous avons besoin de partenaires reconnus et capables de leur apporter l’expertise entrepreneuriale dont ils ont besoin » a déclaré Matthieu Humbersot, Responsable de l’incubateur Green Tech verte.

L’ESSEC, école pionnière dans l’accompagnement de l’entrepreneuriat en France

L’ESSEC est reconnue comme pionnière dans l’accompagnement de l’entrepreneuriat en France. En 2000 l’école ouvre ESSEC Ventures, le premier incubateur étudiant, à Cergy. Suivront la pépinière à La Défense et la création d’un fonds d’amorçage pour les startups. Aujourd’hui, ESSEC Ventures est largement reconnu pour ses résultats (385 entreprises accompagnées, 72% taux de pérennité à 5 ans, 3 M€ gérés par le fonds d’amorçage), son expertise et le vaste écosystème entrepreneurial développé dans le temps. Les programmes Women ESSEC portent l’expertise en matière de gender, entrepreneuriat au féminin et ESS.
 
« L’ESSEC a un ADN entrepreneurial. Les filières d’excellence bâties au sein d’ESSEC Ventures sont complétées par une approche transversale sur l’Entrepreneuriat Au Féminin et l’ESS ou l’ESSEC dispose d’une légitimité toute particulière. Fortes de ces atouts, il était naturel que le Centre d’excellence Entrepreneurship ESSEC participe à la dynamique collective de l’incubateur GreenTech verte du Ministère du Développement Durable. » déclare Viviane de Beaufort, Directrice des Women ESSEC programmes.

Un partenariat visant le partage de l’excellence

Dans le cadre de sa stratégie sectorielle visant la valorisation de ses filières d’excellences, l’ESSEC apportera à ce partenariat son expertise en matière d’entrepreneuriat à travers un plan d’accompagnement qui inclut des conférences thématiques (droit et fiscalité, ESS) et des ateliers d’experts (stratégie de communication et relations presse, réseaux sociaux, fonds d’amorçage et levée de fonds et la participation à des jurys). L’ESSEC complétera ainsi le portfolio de compétences nécessaire aux startups de la Greentech pour se développer.
Une collaboration est également prévue autour du dispositif des « chèques conseil » qui pourront être mobilisés par les startups. Les organismes du réseau scientifique et technique du ministère de l’environnement qui le souhaitent pourront intégrer le dispositif de l’ESSEC et participer à la montée en compétence de quelques porteurs de projets sur leurs sujets d’expertise.
 
 
(1)    Impulsée par Ségolène Royal, l’initiative Green Tech verte accompagne 106 projets d’entreprise en faveur de la transition écologique, sélectionnés lors de 2 appels à projets « jeunes pousses », d’un concours école et de hackathons, en leur permettant de rejoindre l’un de ses incubateurs. Les projets retenus reçoivent un double accompagnement entrepreneurial et environnemental. http://www.developpement-durable.gouv.fr/Greentech-verte.html
 
 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
energy observer
Previous article

Energy Observer sets course for the energies of the future

biocarburants
Next article

Première mondiale : production d’ETBE entièrement renouvelable

Latest articles from Ecological and Energy Transition

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print